Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeLun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeSam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeMar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeMar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeJeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeMer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeMer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeDim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeSam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez
 

 L'étoile Céleste; son origine, sa nature.

Aller en bas 
AuteurMessage
kalidor
Nouveau


Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 15/07/2005

L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Empty
MessageSujet: L'étoile Céleste; son origine, sa nature.   L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Icon_minitimeVen 15 Juil - 8:57

Dans le tumulte naissant de l’univers, des entités de la taille d’une galaxie virent le jour. Certaines étaient immenses, et d’autres minuscules par leur masse, mais bon nombre d’entre elles disposaient d’une puissance considérable et de pouvoirs phénoménaux. A cette lointaine époque, les notions de bien et de mal n’avaient pas encore fait leur apparition ; autant demander à des amibes d’effectuer une telle distinction.

Durant plusieurs milliards de nos années Silvordiennes, il y eut assez d’espace pour toutes les contenir, mais l’inévitable se produisit. Se développant chacune dans un espace temps qui leur était propre, certaines finirent par se rencontrer, à des moments et à des lieux où d’autres n’étaient pas encore nées. S’ensuivirent alors les débuts de ce qui reste appelé dans l’histoire du cosmos « La guerre des anciens », le premier grand conflit du grand tout.

Ce conflit se généralisa, et les plus faibles des grands anciens furent anéantis en à peine cinq cent millions d’années. D’autres préférèrent ignorer ce conflit, et se déplacèrent sans cesse, jusqu’aux confins du grand tout, avant de se faire anéantir par d’autres, qui grandissaient continuellement, absorbant tout ce avec quoi ils entraient en contact. Ces derniers, constitués pour la plupart d’antimatière, furent appelés « les grands rien » (Nous précisons que cette traduction est rendue très difficile compte tenu des différences qui existent entre ces entités et leur concepts, ainsi que notre pauvre petit cerveau de mammifère sous développé).

La fin de la guerre approchait, car nulle entité ne pouvait s’opposer à la progression de ces « grands rien », qui s’agglutinaient les uns aux autres, et qui formaient de gigantesques variantes de ce que nous appelons les trous noirs. Dotés de conscience, leur développement stratégique et chaotique absorbât jusqu’aux dernières entités, parmis lesquelles se trouvaient les plus puissantes des entités physiques.

La première guerre du grand tout s’acheva ainsi. La seule entité physique restante était constituée de vide, d’« anté-physique ». Sa conscience guerrière se réjouit dans un premier temps à l’idée de pouvoir posséder l’univers à elle seule, mais bien des milliards d’années plus tard, elle finit par atteindre son apothéose. Comment le dernier grand rien parviendrait-il à atteindre son ultime ambition ; vider le cosmos de toute forme d’existence ? La seule entité restante était bien incapable de se détruire elle même, et rien ne pouvait s’opposer à sa puissance, encore moins elle même.

C’est ainsi que dans l’immensité du dernier « grand rien », doté de toutes les formes d’intelligence des grands anciens qu’il avait absorbé, naquit un nouveau conflit, interne cette fois, appelé « la bataille du grand rien ». Cette opposition pourrait être comparée à ce qui se passe dans notre cerveau de primate, et que nous qualifions de crise de conscience, mais à une échelle qui dépasse notre ridicule entendement, au delà des infinis, au delà du temps.
Sa volonté de survivre s’opposa à sa volonté de disparaître, mais cette dernière se retrouvait dans une impasse, puisqu’elle ne pouvait se faire disparaître elle même. Le conflit fut terrible, les dépenses d’énergie de non matière considérables, elles dépassèrent même celles mises en jeu lors de la création du grand tout.

Bientôt, la volonté de vivre et la volonté de mourir formèrent deux pôles majeurs, contenu dans une seule entité, le dernier grand rien. Deux existences spirituelles opposées dans un même espace temps, dans le même vide. La bataille fit rage, mais à chaque fois, la volonté de mourir et de détruire l’emporta, et la volonté de vivre disparut. Piège sans fin que venait de se construire le dernier grand rien, car à peine sa crise de conscience terminée, il se retrouvait dans la même situation qu’auparavant ; il ne pouvait se détruire lui même, et le conflit recommençait sans cesse. Cependant, lors de l’ultime crise, l’impensable finit par se produire, la volonté de vivre réussit à prendre légèrement le dessus sur la volonté de mourir. Le résultat fut littéralement explosif, et une masse de condensé de matière d’une luminescence inouïe fut expulsée du grand rien obscur. La volonté de vivre avait à présent sa propre entité matérielle.

Le grand rien animé de la volonté de mourir, se réjouit d’avoir à nouveau un adversaire à absorber, et se rua sur le nouveau né. Erreur ou sublimation que venait de commettre le grand rien, absorbant son contraire de matière qu’il venait de créer, il fut instantanément remplit de lumière et implosa, absorbant toute la matière alentours.

Ainsi disparurent physiquement les deux entités du dernier grand rien. De cette terrible opposition ne subsiste loin dans le cosmos que la forme éthérée de la volonté de vivre, de laquelle émane une magnifique lumière feutrée, que nous, pauvres hommes, avons baptisé « l’Etoile Céleste ».

L'étoile Céleste; son origine, sa nature. Mystique14hv

Cependant, bien que le dernier grand rien fut vaincu, des milliards de ses particules furent répandues dans tous les recoins de l’univers, semant alors les germes du chaos naissant. Ce n’est que bien plus tard que d’autres mondes furent créés, et que de nouvelles guerres éclatèrent.

La bataille du bien et du mal ne faisait que commencer…


Lorsque la balance du bien et du mal tend à être déséquilibrée en faveur de ce dernier, l'étoile céleste choisit les hommes les plus braves, les plus justes, et qui ont su fait preuve du plus grand sacrifice pour ces principes ; celui de mourir pour eux. La grande et merveilleuse Etoile Céleste use alors de ses pouvoirs mystiques pour les ramener à la vie, faisant d’eux des champions du bien.

Une seule devise guide alors leurs pas:

"Lorsque l'heure sera venue où le chaos déversera ses flots d'immondices sur les vertes prairies, seuls les braves resteront debout face à lui afin de défendre le bien et la justice."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'étoile Céleste; son origine, sa nature.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zoul de Pandore, spectre du Balrog de l'étoile céleste du talent
» David - Spectre de Janus de l'Etoile Celeste de la Machination
» Une étoile céleste est née [PV Luna]
» Seraphine, Spectre du Bénou de l'étoile Céleste de la Cruauté (ok)
» Du nouveau sur la toile--L'autreTV.com

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: Archives du forum :: Role play général :: Role Play des joueurs-
Sauter vers: