Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 Au pied des arbres - Le festin

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Ven 27 Avr - 12:40

Se lever, le vieux marin commence à la sentir la fatigue pesée sur lui. D'une pichenaude, il envoie sa clope dans un bel arc de cercle rougeoyant vers les buissons. Trop de questions qui trainassent, de doutes qui l'assaillent... Il ne remarque même pas que Sibylle ne le suit pas. Tout entier tourné vers les mystères que la vieille a promi de dévoiler pour eux. Il se demande si Celi viendra àavec lui. après tout, des questions, elle aussi devrait en avoir une bonne dos. Il hausse les épaules, direction Dellah.

Corso traverse les lieux, les mains dans les poches. Au loin, il remarque quelques convives entre les tables, le type qui fait tinter ses flacons et la femme qui est venue à leur rencontre la première fois qui joue à la doreuse de brochettes. James lui jette un de ces regards éffarouchés, plus malveillants qu'un cars de holligans en ballade à la foire du trône. Corso sourit amusé, quelle drôle de façon de se faire remarquer... L'animal ferait mieux de lui dire un de ces quatres, ce qui lui défrise la permanente. Bast ! Son rencard pour l'heure, c'est la vieille qui l'air un peu perdue après le départ du jésuite.

J'arrive devant elle, j'ai rien de mauvais dans le regard, ni dans la position, quoi qu'il puisse advenir, jusqu'à présent, les habitants des arbres nous ont offert l'accueil comme on le fait partout quand des pauvres hères comme nous débarquent quelque part. Mais, je ne vais surement pas y aller par quatre chemin non plus. Je veux des réponses.

" La mère, je crois qu'il est temps de discuter. non ? Comme vous avez dis, on se doit des réponses les uns au autres. Cette île, nous y avons fait naufrage, mais, on se croirait perdu sur un monde irréel. Il est peut-être temps de nous expliquer ce que c'est, où nous nous trouvons... Et vous d'où vous sortez ? Vous avez toiujours vécu ici ? "

Ca fait déjà beaucoup d'un coup. Je m'arrête d'un coup, la fixer du regard... J'zai rien perdu de vue, ni la proposition qu'elle a faite à Celi, ni le talisman qui réchauffe ma cuisse dans ma poche, ni même les autres mystères qui me tarabustent. Mais, faut jouer ça calmement. Et le principal, c'est de se repérer pour pouvoir se carapater non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duchesse Iris De Loncourt
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 138
Age : 35
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Sam 28 Avr - 9:57

Je serre… serre… pressant ce fruit pourri…

Charognard!

Je regarde sa bouche qui s'ouvre en vain à la recherche d'air, je regarde ses yeux étonnés qui roulent, frénétiques.

Tu as joué avec ma vie! Je savais qu'il fallait que je me méfie de toi. Tu m'as dépouillée de mon bien le plus précieux, le seul qui comptait vraiment.

Oui je suis matérialiste! Mais cette bague est au-delà… elle représente mes espérances, mes sacrifices, ma victoire… et toi tu me l'as volée sans vergogne… tu m'as laissé croire à mon impuissance.

J'en hurlerai… mais à cause de toi, j'ai perdu la voix.


Il attrape mes poignet et écarte l'étau que je forme sans pitié sur son larynx. D'un mouvement, il me fait basculer… tous mes efforts vain, encore une fois…

Je me débat comme s'il en voulait à ma vie… c'est peut-être le cas…

Il m'entraîne dans une bataille folle, nous roulons à n'en plus savoir où est le nord. La couse s'arrête… il a pris le dessus.

Coincée entre ses cuisses, je me débats comme un cheval fou, me tortillant, me cambrant… si tu tombes je ne te raterais pas. Une véritable rage s'est emparée de mon être. Je ne vis plus que pour le tuer…

Je soutiens son regard, lui promettant mille mort. Lui beugle comme un veau, plaidant non-coupable… mais son petit numéro ne m'est pas destiné… il parle pour les autres…

Menteur… menteur… MENTEUR!!!


Non je ne me calmerai pas… Fourbe! Scélérat! Tu m'as dépouillé!

Et ne remet pas sur la table ton sauvetage… je ne te dois rien… sans Matilde et ta copine asiatique tu m'aurais laissée crever sans mauvais conscience… Je …PAF!

Sa main vient de s'abattre sur ma joue… on ne m'a jamais giflée…

Si jamais quelqu'un me libère de ton étreinte… je te crèverai les yeux… à grand coup de diament…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louison
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 165
Age : 45
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Sam 28 Avr - 21:12

Cela fait un petit moment que je me promène dans ce havre de paix. Je marche sans penser à quoi que ce soit
si ce n’est de profiter du calme et de la beauté des lieux. Ma jambe me laisse tranquille. Il faut que je remercie
la personne qui a pris soin de moi pendant mon sommeil même si elle a bousillé mon pantalon. Une question
me taraude quand même l’esprit. D’où vient ce gnome bizarre et son arme qu’est ce que c’est, un nouveau
prototype de l’armée !
Arrête, Louison , de te prendre la tête comme ça ! Regarde ce que la nature t’offre.

Croacccccc!

Tiens ça faisait longtemps qu’il ne s’était pas manifesté celui-la. J’ai faim ! Une odeur de bonne bouffe m’arrive
comme par magie jusqu’au pife. Je jette un œil vite fait pour voir d’où ça vient. Là-bas, en haut, il y a du monde.
Je gravis la petite colline et tombe sur de magnifique table dressée comme dans les restos grand luxe. J’aperçois
la belle Rayana au loin. Je m’approche d’elle, c’est que sa présence me manque depuis notre arrivée. Discrètement,
je me glisse derrière elle.

Bonjour mademoiselle ! Qu’est ce qu’il se passe ici ? On fête quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Sam 28 Avr - 23:25

James à besoin de calme ... De se retrouver, tout ceci dépasse forcément nos pensées ... Interrogation sans fin ... Attente de quelque chose qui n’arrive pas ... Mourir s’abandonner vivre ? Des choix, on en n’a pas ... On est coincé ici sans personne à qui se raccrocher.. Tournant en rond, sans cesse ... Rien ne nous parvient, rien tout semble inatteignable ... Les nerfs a vif, les gens qui sont venu, qu’on à pas vu réapparaître ... Tout ... Ceux qui vont peut-être encore se faire avaler par un mal étrange qu’on ne cible pas..

Je suis en attente devant cet homme il semble un peu perdu finalement ... Peut-être qu’il ne sait pas quoi me répondre, peut-être qu’il à peur de me répondre ... Désemparée je suis.. Incapable de savoir quoi faire ... Attente ... Indéfinissable attente à des réponses qu’on n’aura pas ... Il faut essayer de tenir, de parcourir cette île, même si c’est sans sortie ...

Perdue dans mes pensées profondes, je n’arrive même pas à savoir ce qu’il se passe autour de moi, si J’ai vu Le Père Fausto se diriger vers la forêt, je le ressens mal, un déchirement quelque chose qui s’échappe, une disparition en quête d’un salut peut-être, cela me ronge, j’y ai parlé, je l’ai vu, je l’ai touché ...

Une présence s’approche, juste derrière mon dos, quelques pas feutrés qui viennent à ma rencontre ... James ? Vince ? ... Tout doucement je me retourne ... Je n’y croyais plus, c’est bien lui ! Louison ... Petit sourire de soulagement, il est en vie ... Je n’avais plus eu de nouvelle depuis qu’il était parti avec Miguel ... Miguel ... Lui il est parti ... Il ne reviendra pas ! Cette pensée, il faut que je la chasse, mon visage s'assombrit un instant mais .. il est là Louison ...

Alors, mon visage s’éclaire et reprend une toute petite clarté, et ma bouche ne peut pas retenir un soupir de soulagement qui en sort comme un poids qui s’en va !

Louison, comme je suis contente de te revoir !!! J’avais peur qu’il te soit arrivé quelque chose.. Ne te voyant plus, je n’y croyais plus ! Je suis contente de te revoir, en vie !

C’est un des seul avec qui j’ai partagé quelques infants, pendant le naufrage, dans les canots, il a soutenu Lyana ... Je suis tellement heureuse de le revoir que je ne peux m’empêcher de le prendre dans les bras, ne serais-ce qu’avoir ce contact, celui qui vous dit que la personne est bien vivante , qu’il est devant vous en chair et en os .. En vie.. Surtout !

Quelque chose à fêter dis-tu ? Je ne le crois pas, ca fait un moment qu’on est là, mais nous ne savons pas vraiment ce qu’on y fait, au moins il y a de la nourriture.. Juste manger, juste ça, c’est déjà un cadeau ...

Je lui redonne sa liberté, et relâche mon étreinte, je me recule d’un pas et le regarde avec des yeux interrogateurs..

Que t’es t’il arrivé dis moi ? Ou étais tu pendant tout ce temps là ?

Je suis si contente qu’il soit là, devant moi ... Je l’observe reprenant quelques instant espoir ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louison
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 165
Age : 45
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 1:53

Quel plaisir de revoir ce beau visage. Elle me sourit comme soulagée de me revoir.
Elle me sert fort dans ses bras. Quel bonheur de sentir son corps blotti contre le miens.
Elle répond à mes questions tout en restant collée à moi. Elle me lâche et tout en reculant
me questionne à son tour.

Je me suis fais sauvagement agressé l’arrière train pendant que j’essayais de me sortir
de la faille dans laquelle j’étais coincé. Sous l’effet de la douleur je me suis évanoui et quand
j’ai repris mes esprits, nous étions enfermés dans un tunnel semé d’embûches. Une fois traversé,
nous nous sommes retrouvés ici dans ce merveilleux paysage. Ma blessure me faisant de plus en
plus mal, je suis parti me réfugier dans une maison fabriquée dans une souche d’arbre pour me
reposer un peu. A mon réveil, quelqu’un était venu me soigner. Voilà et maintenant je suis là !


J’espère ne pas lui avoir fait peur avec ce que je viens de lui raconter. Je m’approche pour la prendre
à mon tour dans mes bras et lui glisse dans l’oreille…

T’inquiète pas, maintenant je vais bien !

Je recule ma tête et la regarde droit dans les yeux. Je vois une lueur d’espoir s’y dessiner.

Veux-tu aller faire un tour avec moi ? Toute ce monde me met mal à l’aise et puis en chemin, tu pourras
me raconter ce qu’il t’est arrivée depuis que nous avons débarqués !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 11:33

Je leur arrive dessus comme un boulet de canon.
Et c'est bien là le problème.
Il n'y a pas de freins à un boulet de canon.
Même si au fur et à mesure de mon approche la petite sale impression de faire erreur est devenue un grand signal d'alarme...

C'est pas ce que je croyais tout d'abord.
La fille se débat comme un animal enragé, les dents découvertes, les mains en griffes. Et lui la plaque au sol, oui, mais il a surtout l'air d'être à deux doigts de faire dans son froc à l'idée de lui lâcher un poignet.

Le schéma agresseur-victime n'est pas aussi simple que je l'imaginais...

Merde...

Trop tard...

Collision.
J'ai chopé le bras et l'épaule de Trapp et mon élan nous envoie rouler quelques mètres plus loin dans le sous-bois.
La fille est restée sur place, et elle n'a pas émis un son, mais son expression est limpide. Haine, fureur, folie.
Elle va le mettre en pièces si on la laisse faire.

Autant dire qu'il s'agit de récupérer mes esprits rapidement, de me dépétrer de ces membres non identifiés qui encombrent ma liberté de mouvement, et de me préparer à l'intercepter.
Au moins on a quelques mètres de champ, là.
Je suis un peu sonnée, mais ça va.
Et ça irait mieux si monsieur l'agressé, là, voulait bien dégager son bras qui me bloque, là !
Merde !
On a pas le temps de jouer au mikado, là.
Ni de faire erreur.
Après tout je viens de lui rentrer dans le chou, au Trapp.
S'agirait pas qu'il s'imagine avoir deux adversaires sur ce coup-là...
Alors je lui souffle rapido un ou deux petits mots.


Désolée... Pas trop de mal ? Vite avant qu'elle se relève...

La vache... me suis amoché l'épaule...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speaker Trapp
Piston & Cylindre
avatar

Masculin Nombre de messages : 396
Age : 47
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 11:47

Ah ben.. c’est pas tout à fait l’aide que j’attendais, mais ça peut le faire. Si ce n’est que j’ai l’impression d’avoir pris un tractopelle en pleine figure, tout va bien, la harpie est loin…
Pas tant que ça finalement.
Méfiance…

Je me dégage plus ou moins lamentablement de la prise de karaté pittoresque, et je dégaine mon flingue, visant la temps de Sibylle.
Nan, je déconne !

Je me dégage donc, mais sûrement lamentablement de notre mélange de membres, jambes et bras. On dirait une partie de jambes en l’air sauf que… j’ai un peu mal aux cotes moi.

Enfin debout, je tends une main amicale à Sib « je peux vous appeler Sib ? » pour l’aider à se relever.

En tout cas, merci ! Je crois que la duchesse n’a pas encore retrouvé tous ses esprits, et à mon humble avis, c’est pas gagné.


Sourire suspect, c’est quand même la pote de Céli.

Dites-moi, une idée pour la duchesse ?
On la ballonne et on l’oublie dans un coin ?
On lui donne une dose de tranquillisant spéciale pachyderme ?
Non ?
Oui ?
Faut se décider la, parce que partie comme c’est partie, je sens qu’elle va pas vraiment devenir votre copine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 11:54

Elle le regarde calmement. Il reste un peu de perplexité dans son regard, elle a fixé le chemin par où le prêtre s'est enfoncé dans la forêt... Il ne pourra aller loin, mais son attitude la surprend, elle ne comprend pas...

Elle s'est tournée vers Corso, et vu son regard décidé. Ses questions sont nettes, sensées. Trop nombreuses, oui, évidemment.


Tu as raison, Donneur, il est temps pour les réponses. Pour celles que j'ai en tout cas.


Elle s'installe à une table proche, et Arioh pose devant elle un plat chargé de viande rôtie et de légumes au fumet appétissant. Elle désigne à Corso le siège voisin, et commence à grignotter le contenu de son assiette. Son regard se perd vers le sentier, un éclair de désarroi, mais elle revient très vite à Corso, et son visage a retrouvé tout son calme.

Bien... Pour commencer, d'où sortons-nous ?
Nous sortons d'un peu partout.
Et nous sommes arrivés ici, il y a longtemps pour certains, il y a peu pour d'autres. De la même manière que vous.
Je ne saurais dire depuis combien de temps je vis ici.
La Cité existait déjà quand je suis arrivée.
Ceux qui sont venus ensuite y sont venus comme vous, comme moi.
Par la mer.


Elle marque une pause, le temps de se lever, de prendre un gobelet de métal et de l'emplir de vin. Elle repose le flacon, et un autre gobelet, à côté de Corso. Puis elle se réinstalle dans son fauteuil de bois et prends le temps de savourer une lampée de liquide...

(C1 pour la vieille...)
(C11 ou 12 pour Corso ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rick
Trait d'union
avatar

Masculin Nombre de messages : 125
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 12:13

Houla, ça chauffe là-bas...
Elle a peur de rien, celle-là, alors, son loup de mer, ça lui suffit pas, on dirait. Voilà qu'elle se jette sur ce type louche qui était en train de faire mumuse avec sa copine...

Pas croyable, tous ces gens ne pensent qu'à s'envoyer en l'air, comme si on était au club med version orgy freedom...ah, tiens, non, on dirait plutôt qu'elle cherche la bagarre, ok, ok c'est leur problème...

J'en connais un qui va être jaloux, si il se fait les mêmes idées que moi...

D'ailleurs, en parlant du loup de mer...on dirait bien qu'il se pose des questions, lui aussi.

Alors que je m'avance vers "La mère", assise à table, que Corso vient d'aborder, j'entends la fin de sa réponse.

"...Cité existait déjà quand je suis arrivée. Ceux qui sont venus ensuite y sont venus comme vous, comme moi. Par la mer."

Madame, puis-je me joindre à vous? J'étais sur le point de vous aborder, mais monsieur m'a devancé, je crois.

Sans attendre, je m'installe à la table de bois nu qui semble poli par des siècle d'accoudements, face à "La mère", à la gauche de Corso.
[C11 ou C10]

Vous devez être une sorte de dignitaire, ici, à ce qu'il semble, non?

Nous nous sommes déjà entretenus avec mademoiselle Arioh, tout à l'heure, mais elle semble ignorer ce qui se passe.
Alors, vous êtes des naufragés, comme nous? D'où veniez-vous, je veux dire, avant d'échouer ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graceella
Larme fatale
avatar

Féminin Nombre de messages : 142
Age : 30
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 14:26

Un regard jeté au loin, une fuite entraperçue. Deux hommes s’en sont allés, Celui qui l’a aidée et celui qui l’a blessée. Tous les deux quittent les lieux, un de chaque côté, avec leur rage pour compagnie.

Son regard se porte vers eux, à tour de rôle. Les épaules affaissées, l'air décidé, décidé à fuir, fuir les autres, s’isoler, elle connaît ça aussi.

Alors d’un air distrait, déjà ailleurs, elle parle à Isabelle, lui demande de l’attendre ici.

Je reviens vite Isabelle, commence à manger et garde une part pour moi. Je reviens très vite …

Elle s’éloigne de la table, ne sait vers qui elle doit aller. Lequel a le plus besoin d’aide ? Celui qui sait aider ou celui dont le cœur est trop sec pour s’ouvrir à l’autre.

Lequel souffre le plus, celui qui hait ou celui qui aime ?

Lequel veut-elle aider ? Vince ou James ?

Ses pas l’éloignent des autres, du buffet, de ceux qui gesticulent, et elle s’approche de celui qui l’a aidé. Il lui tourne le dos, enfermé sur lui-même, une bouteille dans la main, noyant sa colère dans l’alcool bon marché.

Elle prend garde de ne faire aucun bruit. Silencieuse elle s’avance et sa main se pose comme une hirondelle sur l’épaule de Vince.

Pas un mot, pas un bruit, simplement ce geste qui signifie qu’elle tient à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 14:39

Je continue a boire, par gorgée de temps en temps. Et là, quelqu'un sur son épaule. Quelqu'un qui enfin daigne faire attention à lui. mais il ne regarde pas qui.

Je pose alors ma bouteille. Des cheveux longs et doux, encore frais... Quelqu'un qui veut me voir? Kheira peut être? Bof, pour ce qu'elle doit avoir à me dire... Rayana? Elle veut que je me réconcilie avec James? Jamais... pas après ce qu'il a fait à Graceella...

Gracella... jeune enfant perdue. J'ai voulu la protéger, et je n'ai ecopé que des jurons et des abandons. Si aider quelqu'un entraine de telles conséquences je ferais mieux de rester dans mon coin. Moi personne ne m'aide, je sais même pas qui je suis, je connais de moi que mon nom, je n'ai plus de famille, plus de boulot, plus de passé. Mais ca les autres, a festoyer, ils s'en fichent... Et ils ont bien raison.

J'hésite à regarder de qui il s'agit. Doucement mes yeux se tourne sans que je ne puisse les commander. Le visage de celle que j'ai protégé il y a un instant se dessine. Graceella... Je ne sais si elle aurait dû venir. Elle a trop de soucis, et moi je ne suis pas celui qui l'aidera, vu comme les choses tournent.

Adossé à mon arbre, graceella sur mon épaule. Ca me donne envie de pleurer...

Deux larmes qui tombent sur le sol, les premières de tristesse depuis mon amnésie... J'aurais envie de crever maintenant, au moins je creverai aux côtés de quelqu'un de bien!


Dernière édition par le Lun 30 Avr - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Dim 29 Avr - 15:59

Tout sourire je l’écoute me compter son histoire ... Faux-semblant, quelque choses me tiraille le cœur ... Ce qu’il à vécu est bien pire que ce que moi j’ai vécu, aucun démons ne m’est parvenu aucun trouble mystère m’a rompu ... Juste une histoire vécue fluette comparé à la sienne ... Mais il est vraiment temps de faire quelque chose ... Rester ici on va devoir y être obligé, autant contrer les attaques qui pourraient nous tomber dessus ...

Je parcours l’horizon qui nous entoure des yeux ... Mon regard se perd à la lisière de la forêt ... Là, ou j’ai vu partir le Père Fausto ... J’aimerais tant pouvoir placer mes espoirs en lui ... Il pourrait sans-doutes nous éclairer, nous aider, gravir les remparts qui se dressent devant nous, un homme d’église ne pourrait-il pas mieux que n’importe qui repousser les démons qui hantent l’île ? Je ne sais que faire ... J’ai bien envie de courir ses pas, pour retrouver l’homme qui pourrait nous venir en aide ... Pourquoi cette envie soudaine de le retrouver ... Est-elle si soudaine en fait ?

Je réponds à Louison l’esprit vagabondant ...

Je suis désolée pour ce que tu as vécu Louison, mais vois tu je ne suis pas vraiment surprise, nous sommes entourés de choses inexplicable, surnaturelle, il faut faire avec.. Mais il ne faut pas s’enliser n’est-ce pas ?

Je lui accorde un petit sourire qui se fait timide ... Les idées ailleurs, ce n’est pas si facile !

Nouvelle étreinte pour me rassurer, ca fait du bien ... Chaleur qui manque vide en soi ... Je le remercie pour sa sollicitude !

Merci j’en suis heureuse que tu aille mieux ! Je crois que pour que nous puissions trouver réponses, il nous faut s’approcher de « Mère .. » Elle pourra sans doute juste un petit peu nous expliquer ... Cependant, restons sur nos garde, Louison tu ne sens pas les choses très bonnes non plus.. Veillons à ne pas se perdre ...

Lent attroupement qui se fait autour de Mère ... Avec Louison nous nous approchons gentiment ... Pas trop ... J’ai pourtant envie d’y poser maintes questions, mais pour le moment je garde certaine distance.. Juste écouter ce qu’elle doit dire, juste savoir ce que nous faisons ici, juste jauger et ensuite peut-être les questions enfouies dans mon esprit sortiront ...

Juste écouter ... tout prêt, mais pas trop ... Le yeux toujours sur le bois sombre avant de me retourner ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graceella
Larme fatale
avatar

Féminin Nombre de messages : 142
Age : 30
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 12:01

Il tourne légèrement la tête, surpris, surpris de la voir près de lui. Dans son regard plus de colère mais une tristesse incompréhensible, lui qu’elle croyait si fort, le voilà qu’il pleure en se cachant. Mais elle a vu les larmes briller dans ses yeux, elle a vu une goutte filer sur sa joue, goutte de pluie qui ira nourrir le sol.

Elle soulève sa main, comme s’il s’agissait d’un interrupteur, comme si ce simple geste pouvait faire tarir la source de douleur qu’elle sent en lui.

Elle n’ose parler, ni même bouger, elle attend patiemment qu’il relève la tête et la regarde. Mais le temps est long, cet instant surtout, cette attente sans savoir à quoi il pense, pourquoi cette peine.

Elle sait que ce n’est pas à cause de l’altercation qu’il a eu avec James qu’il se renferme, elle sait que c’est bien autre chose, quelque chose au fond de lui qui le ronge, qu’il faut extirper de son cœur avant qu’elle ne le perde. Pas lui, surtout pas lui, pas question de le perdre, pas cet ami, son seul ami.

Alors elle trouve les mots, c’est son cœur qui les lui dicte, c’est lui qui parle et elle le laisse faire.

Vince … Ne soit pas triste … Je suis là moi … A deux on peut y arriver, je suis sûre qu’on peut. Viens … Ne reste pas seul ... Viens … Regarde moi …

Elle s’est approchée pour lui murmurer ses paroles apaisantes, comme elle l’aurait fait pour un jeune enfant, pour enlever un trop plein de chagrin.

Il ne bouge pas, enfermé dans sa peine, elle pose un baiser sur sa joue, pour boire une larme qui n’a pas à être là. Elle pose son front contre son épaule et l’entoure de ses bras pour étouffer son chagrin, pour que personne ne le voit, pour que personne ne puisse lui faire du mal tant qu’ils n’auront pas assez de force à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 15:49

Gracella est toujours là. Et moi je pleures comme un enfant. J'ai honte de me montrer faible comme cela. Comment la réconforter dans sa douleur, si moi même je me montre incapable de dominer la mienne? Je dois passer pour un piètre protecteur. Kheira me faisait confiance... peut être a-t-elle eut tort.

Elle tente de me rassurer par quelques paroles. Douces parole à mes oreilles. Mais non suffisantes pour apaiser ma peine... Elle est là, oui je sais que elle est là, pour m'aider. Mais seule elle ne pourra rien. Même si elle pense qu'à deux nous serons plus fort, ce qui est vrai, nous ne nous suffirons pas. Nous ne le sommes pas assez...

La voilà qui me serre contre son épaule. Mes larmes se sèchent peu à peu. Je ne sais pourquoi, je ne sais comment. Je ne me commande plus. Je ne suis plus qu'un esprit qui regarde mon corps agir, sans rien pouvoir faire. Mais qu'importe, car mon esprit ressent toujours l'amitié que me porte cette jeunne femme, que je connais depuis seulement quelques heures, et qui est déja plus proche de moi que ceux que je connais depuis plusieurs jours...

Mon corps finit par décider de la serrer plus. Je vais subitement mieux, ma tristesse se renferme et ne se fait plus extérieure. Peu à peu mon esprit réintègre mon corps, et je me sens de nouveau maître de moi même.

Finalement je me détache de Graceella, et je regarde son visage, toujours aussi pur, malgré les sillons de larmes encore présents.

"Merci à toi. Je pense que tu as raison. Nous souffrons tous les deux, mais ensembles nous pouvons sans doute nous aider. Néanmoins je doute que nous nous suffisions à nous même, aussi nous devrions sans doute trouver d'autres personnes... Pour nous aider, et pour les aider"

Mon regard se tourne alors vers le buffet. Je vois la petite fille, que j'avais envoyé vers Graceella quelques minutes plus tôt. Puis j'apercois Rayana, et plus loin, isolé comme moi, le curieux bonhomme qui avait attaqué Graceella.

"Peut être devrions nous déja nous réconcillier avec celui ci, qu'en dis tu? Après tout, il ne nous veut pas grand mal, et nous non plus, quand on y regarde. Ou alors on va voir Rayana, une amie à moi? Mais peut etre préfères tu aller voir la petite fille que tu as rencontré.

Tu as le choix, mais s'il te plait... Ne me rejette plus comme tu l'a fait. Tu es la seule personne ici pour qui j'ai pu faire quelque chose de bien. Alors laisse moi continuer ma tâche..."


Dernière édition par le Lun 30 Avr - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 19:25

"Donneur" ! J'avais oublié que c'est ainsi qu'Arioh et Dellah me nomment. Je pince le nez, un brin refroidi. C'est pas que j'aime pas, mais le terme, c'est exactement ce qui c'est passé, on a refilé notre suc vitale, notre énergie pour soigner Vince Maverick. Et j'oublie absoluement pas que la vieille a expliqué que le Oog peut prendre bien plus qu'il ne donne. Je me dis qu'on a quand même bien joué avec le feu. Et la marque dans la paume de ma main fermée dans mon poing, je l"oublierais jamais non ! On parlera du talisman, bientôt. Dellah commence à répondre...

Ouais, ca que quelques uns soupçonnent depuis déjà quelques heures. Cette île c'est comme une toile d'araignée quelque part, peut-être entre tous les océans et tous les temps... C'est un truc troublant d'entendre ce qu'on aurait jamais voulu savoir. Putain, elle aurait pas pu dire par exemple : " On est une bande de hippies qui vivons loin de la société, dix heures de navigation et vous retrouverez la civilisation ! " Nan, comme nous tous des naufragés, naufragés du temps, comme le jésuite sauvageon. Dans son discour, c'est ça qui m'arrache une grimace sardonique et mauvaise. On dirait bien qu'ici le temps coule pas pareil qu'ailleurs, le Jésuite déjà jouait à glisser sur les mots. Mais, elle, elle me dirait, ca fait 400 ans qu'elle vit ici, je serais pas plus surpris.

Tiens, c'est le fils à papa qui débarque dans le baragouin. Drôle, en temps normal, j'aurais surement mis en joue le bonhomme et envoyé une lettre au gros père avec demande de rançon. Les vieilles recettes, y a bien que cela de vrai. Mais, là, on est tous dans la même merde jusqu'au cou. En fait, moi ce que j'entends dans son discours, à la matriarche, c'est que personne ne s'est jamais barré de ce bled de mort. Alors vas falloir se serrer les coudes si on veut tenter un truc sérieux. Et pis, le junior, on dirait bien qu'il a pris du plomb dans l'aile, comme tout le monde d'ailleur. Rien à voir la vision brumeuse que j'en avais quand ils m'ont ramassé sur leur passoire à nouille qu'à plongé par le fond comme une enclume. En guise de bienvenue, j'ai un sourire compatissant, même galère, même banc de rame et fouette la cadence. On verra bien jusqu'où on tient.

" Tiens, Vous avez perdu votre armoire normande sur patte ? Plus on est de fous... "

Ses questions sont interressantes, mais, avec Dellah, je m'attends à tout. Elle pourrait aussi bien descendre de Sumer ou d'Akkad, venir de Mars, ou bien de trifouillis les oies en 2047. Moi ce qui me taraude, c'est...

" Dites la mère, si ça fait si longtemps que vous êtes là, vous avez bien une idée de comment on pourrait se barrer. Personne n'a tenté de prendre la mer et de filer droit vers l'ouest ? Y a ici assez d'épaves et de bois dans cette forêt pour construire un raffiot convenable pour risquer l'aventure. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 20:38

Ma copine ?
Ho, je lui ai rien fait moi, à la fille. La Duchesse. Eh merde. Une duchesse. Manquait plus que ça. Ca me revient, son regard... Frisson. Dégoût ? Malaise en tout cas. J'ai pas aimé son regard sur la bateau...

Trapp me tend la main en souriant.
Je chope la main tendue, je glisse vaguement sur le sourire.
Rapide, le gars.
Un self-control à toute épreuve.
Relevé avant moi, et pas un pli à son costard...
Oui, bon, façon de parler.
Ca dénote d'une certaine vivacité de réaction...
Utile... pour autant qu'on puisse lui faire confiance.
Comment savoir ? Après l'histoire de Céli...
Il va falloir qu'on parle, Monsieur Trapp...
Dès que vous ne serez plus en danger de vous faire tronçonner à la lime à ongles.

Une fois debout, je regarde vers la fille, toujours étendue.
Bizarre.
J'aurais juré avoir vu ses yeux étinceler de rage.
Elle ferait la morte ?...


Mais qu'est-ce que vous lui avez fait pour qu'elle ait envie de s'offrir vos yeux en zakouskis ?
Vous vous êtes gourré sur son titre ?


Rien à faire, j'ai du mal avec les titres... Ca a toujours été comme ça. On ne se refait pas...
Bon.
On ne va pas la laisser là quand même...
Quand même troublant, cette immobilité...
Je fais deux pas, je m'arrête.
Ca ne m'inspire pas.

A mi-voix à Trapp, en tournant juste un peu la tête...


Dites...
C'est une gifle ou un crochet que vous lui avez mis ?
Elle était consciente, non ?


Ca ne m'inspire pas du tout...
Mais c'est pas une raison.
Je retourne vers la fille, je pose un genou à côté d'elle.


Mademoiselle ?
Est-ce que ça va ?


Je ne vois que son oreille et l'angle de sa mâchoire.
Cirage ? Pas cirage ? Comédie ?


Mademoiselle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duchesse Iris De Loncourt
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 138
Age : 35
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 21:37

Tout s'est passé très vite…

Clouée au sol par le salopard de service…

La main qui s'abat sur ma joue avec violence…

Ma tête qui cogne durement sur le sol…

Le bruit mat de l'os qui rencontre la pierre…

Le temps d'une menace et déjà des étoiles viennent danser devant mes yeux. A peine si j'ai le temps d'apercevoir la jolie brune qui saute sur Trapp.

J'ai les oreilles qui bourdonnent, je n'entends plus. Devant mes yeux danse un ballet de diament, qui scintillent de toutes leurs faces. Je voudrais tendre une main pour les toucher, mais mon bras reste obstinément cloué au sol. Je sens pulser le sang dans mes lèvres, j'ai la langue pleine de papillon…

Ma tête roule sur le côté, j'ai l'impression de tomber dans le vide. Je sens quelque chose couler sur ma nuque… c'est chaud… tellement chaud…

Lève-toi petite Duchesse…

Non encore cinq petites minutes… j'ai sommeil… encore cinq minutes…

Je la vois du coin de l'oeil, la jolie brune, cette qui fait des yeux doux au matelot. Elle se penche au-dessus de moi. Je vois ses lèvres bouger et avaler les diaments qui brillent devant mes yeux. Je souris…

J'ai froid… mais je ne tremble pas…

Encore cinq minutes… J'ai froid… Encore c…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graceella
Larme fatale
avatar

Féminin Nombre de messages : 142
Age : 30
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 22:11

Les larmes de Vince mouillent son cou, puis se tarissent enfin. Ses mains l’entourent, s’accrochent à elle, puisent son énergie, puis elles desserrent leur étreinte.

Il parle, la remercie. De quoi ? De vouloir qu’il continue qu’il veille sur elle, de ne pas supporter qu’il pleure, de venir à lui comme il est venu à elle ?

Elle le laisse reprendre des forces, déjà il va mieux. Il a encore ce petit air d’inquiétude qui l’émeut au fond d’elle et ce besoin d’avoir des amis, d’autres amis, beaucoup d’amis.

Lui aussi pense à James qui est seul, prostré. Elle ne sait pas s’il est bon qu’ils aillent vers lui, il leur a déjà fais du mal. Sont-ils prêts à accepter une nouvelle confrontation ?

Elle plonge ses yeux dans son regard, y cherche la réponse à ses interrogations, y puise l’énergie nécessaire pour aller lui parler.

Allons voir cet homme alors. Allons le voir pour savoir pourquoi, pourquoi il se plait à faire du mal aux autres, pourquoi aussitôt après il se sent si mal.

Elle va chercher sa main le long de son corps, cette main qui l’aide à traverser les moments difficiles, ceux où il vaut mieux être deux pour être sûr de ne pas tomber.

Elle la retrouve sous ses doigts, la garde un instant, savourant sa douceur, sa force, la sécurité qu’elle lui procure.

Enfin, elle l’entraîne. Déjà ses yeux cherchent James, déjà elle cherche ses mots tout en sachant qu’elle aura parcouru la moitié de la terre qu’elle n’aura toujours pas réussi à trouver les mots qui pourraient rompre le silence.

Il est là, recroquevillé sur lui-même, enfermé, seul. De son poignet coule un mince filet de sang. Ils s’en approchent sans faire de bruit, ayant peur qu’il lève la tête, qu’il les chasse, qui les rudoie comme il sait si bien le faire.

Graceella s’agenouille près de lui, le regarde, prend sa main, celle qui pleure des larmes de sang, celle par qui la souffrance s’enfuit.

Un simple mot, c’est un simple mot qu’elle prononça.

Viens …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 22:30

Elle tourne la tête et ses yeux...

Oh non...

Non...

Non, non, non non non pas question reviens ici toi pas question que tu files reviens reviens

Merde.
Du sang.
Elle saigne.
C'est poisseux sur mes doigts, et ses yeux qui se révulsent, non, pas question, reviens, reviens, merde, c'était juste une petite claque, je l'ai vue, reviens, reviens, bordel de putain de merde reviens tiens le coup on va te sortir de là tiens le coup Duchesse les Duchesses c'est costaud c'est solide alors accroche-toi accroche-toi putain tiens bon

CORSO !!!!!

De toutes mes forces, de toute ma voix, même que ça râpe sur la fin mais vite Corso, vite, amène le truc, là, le Oôg, vite elle fout le camps, elle fout le camps, je le sens, je peux pas la laisser foutre le camps, pas question, je plonge, pas de ça, Duchesse, accroche-toi, accroche-toi à moi

Accroche-toi
Duchesse
Tiens le coup, quelques petites secondes
Accroche-toi
Reviens avec moi
C'est pas grave
On va t'arranger ça, Duchesse
Pardon, je ne sais pas ton nom...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speaker Trapp
Piston & Cylindre
avatar

Masculin Nombre de messages : 396
Age : 47
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Lun 30 Avr - 23:31

Ohla…

Elle me harcèle de questions et déjà ça me saoule, j’ai pas manger moi, le vertige est pas loin alors faut freiner un peu sur la questionnite.

Mais non, je lui pas mis un crochet ! Qu’est-ce qu’elle croit, que je frappe les dames ! Et puis quoi encore. Non mais là, elle va me vexer…

Puuuutain !!

Mais…

Mais non ! C’est pas moi qui ait fait ça !

Je regarde la duchesse, le sang..
Sibylle qui appelle..
Et..

J’ai pas fait ça..
C’était une gifle, une simple gifle...
Une…


Mes jambes lâchent, je tombe à genoux devant le corps de la duchesse, mes bras sans force qui coulent le long de mon torse.
Le sang coule sous sa tête, épais et rouge, tellement rouge…

J’entends les hurlements de Sibylle, c’est comme si je voyais la scène de l’extérieur, comme si je voyais le salaud qui a tapé trop fort à travers un écran…
Et pourtant…
Les seuls mots qui sortent, inarticulés…

Une simple gifle…

Je suis le spéctateur de mon crime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rick
Trait d'union
avatar

Masculin Nombre de messages : 125
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Mar 1 Mai - 1:40

Mike? Oh ben je crois qu'il est parti se marier.
Il a chopé l'envoienlairite, comme tout le monde!

Et le voilà qui pose LA question, celle dont on est pas sûr d'avoir envie d'entendre la réponse...

On la noie un peu, la Mère, la... J'espère... j'espère qu'elle va répondre à ma question d'abord, et que ce sera moins bizarre que les réponses d'Arioh.

Je la regarde, impossible de dire ce qu'elle pense, elle a l'air si tranquille, avec une sorte de résignation, peut-être.

J'ai pas envie de me résigner. Corso non plus, je crois. S'il y a un mec capable de nous tirer de là, ce doit être lui. Lui et Mike, ils font la paire... enfin, ils pourraient. Je ne sais pas, j'ai senti comme une sorte de rivalité entre ces deux-là. S'ils nous la jouent pit-bull, on est mal. Mike est le genre de mec à se maîtriser, mais Corso, je suis moins sûr...


CORSO!

La fille a crié le nom de mon voisin. Ca a l'air sérieux. Son ton a suffit pour me faire dresser les cheveux sur la tête.

Je le regarde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Mar 1 Mai - 2:24

Le marin discutait bien peinardement, il croyais qu'il aurait enfin quelques réponses. A travers les yeux plissés de la vieille, il tentait de deviner ses réponses, ce visage sans âge qui l'intrigait. Le hurlement stoppe tout. Il jette un regard à Rick à ses côté. Merde ! C'est la voix de Sibylle qui vrille la clairière. Et c'est le nom du marin qu'elle beugle comme si elle allait se faire bouffer une patte par un croco.

Je suis debout sur mes pieds, sans réfléchir, y a vers le fond de la clairière un gros arbre qui me bouche la vue. J'ai pas dis à plus tard, ni au revoir. Et je me rends compte que je suis tendu comme une corde à violon. Qu'est-ce qui se passe là-bas ? Je courre comme un dératé et je débarque dans une drôle de scène. Merde, Sibylle, elle est là, elle est vivante et malgré la panique qui tord son joli visage n'a pas l'air touchée. je respire, enfin pas vraiment le temps...

Elle tient la duchesse entre ses bras, et vue le sang à l'arrière du crâne, la blonde aux yeux fous est en train de partir à fraises. En retrait, celui que Celi nous a présenté comme un pervers dangereux, Trapp, reste pétrifié devant le champ de merde à balbutier : " une Simple gifle "

Putain qu'est-ce qu'il a foutu ce con ? La duchesse avait l'air frappée d'alignement, mais ça valait pas le coup de la tabasser. Plus tard, les explications. Je crois que c'est très mal parti vu le sang qui coule. Dans ma poche, cette saloperie de truc, le Oôg. J'ai autant envie de le sortir que de me foutre une balle dans le pied.

Sibylle est là, visage ravagée au dessus de la pauvre duchessedont le sang s'écoule comme une fontaine. Salement amochée, et les réaction vitale c'est pas la joie. Je tombe aux côté de la sorcière. Mon bras l'entoure, c'est sa chaleur qui me donne assez de courage pour sortir le truc, la saloperie qui vas encore nous pomper l'energie. J'ai déjà vu des gens crever et là on est au bord de la dernière ligne droite. Ca pue la mort comme une charogne oubliée trois semaines au fond d'un trou.

Dans ma main, le talisman je saisi celle de Sibylle, garder le contact. J'ai la gorge sèche.

" On peut y arriver ! "

Qui j'essaye de convaincre ? Moi en premier lieu c'est sur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 38
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Mar 1 Mai - 4:02

Derrière moi rien que des hommes...
Pauvres frêles créatures, se débattant sans cesse pour échapper à leur destin. Le pire de tout c'est que j'en fait partie...
Là, c'est une femme qui est morte.
J'y ai jetté un coup d'oeil, elle est foutue.
Même si elle survivait ce ne serait qu'un bref surcis...
Le sol a frappé à un endroit où ça pardonne pas.
Dommage, elle était plutôt jolie. Mais plutôt elle que moi.
Adossé à mon arbre, j'ai tout de même un bref instant de chagrin...
Vite effacé par la carapace que j'ai crée autour de mes sentiments.
Je baisse les yeux. Sourire forcé.
Peut être pour me mettre du baume au coeur, ou pour refuser la réalité...
Tout à coup des pas et une ombre se dresse devant moi.
Je lève lentement les yeux.
C'est la fille de tout à l'heure, celle que j'ai fait pleurer.

Hum, visiblement elle n'est pas rancunière. On est pas deux...
Avant que je puisse faire quoique ce soit elle m'a déjà pris la main.
Elle doit me prendre pour un gosse, et elle veut me punir.
Là t'es mal tombée Graceella, je suis pas le toutou qu'on sort le soir après le journal de 20 heures...
Je me lève, mais ne bouge pas.
Ma main dans la sienne, immobile.
Elle me dit de venir... Mais où ça ?
Je lui répond, un léger sourire aux lèvres :

- Hum... Vous êtes du genre lunatique vous...
Vous me demandez de vous suivre ?
Il n'y a pas une heure c'est vous qui me fuyait comme la peste.
Je regrette ce que je vous ai dit, j'ignorais que vous disiez la vérité, comme j'ignore beaucoup de choses.


Bon, arrête toi là, va pas plus loin. Sinon elle va s'imaginer que tu veux devenir son pote... Ou pire.
Je vois mon grand ami Vince qui s'avance... Super, plus on est de fou plus on rit.
Un autre coup d'oeil de l'autre côté.
Super-Corso est là toujours fidèle au poste...
Là je crois que tu vas tomber de haut mon grand.
Hum, la perceptive de le voir échouer me ravit... Là ça devient vraiment inquiétant.
Revenons à notre sorcière...
Un mince filet de sang coule sur sa main... C'est mon sang.
Avec tout ça j'en avais presque oublié que j'avais la main en purée.
Une grimace de douleur passe furtivement.
Ne rien montrer de sa faiblesse, rester fort, toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Mar 1 Mai - 10:13

Elle ouvrait la bouche pour répondre quand l'appel a retenti.

Comme les autres elle s'est figée immédiatement.
Ils se sont levés, elle aussi, se hâtant à leur suite vers la source du cri.
Elle est plus âgée, plus lente.

Elle voit d'encore loin le Donneur s'agenouiller près de sa compagne. Une femme étendue sur le sol, et un autre homme au regard affolé.

Il faut faire vite...
Il y a des erreurs à ne pas commettre...
Elle presse l'allure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rick
Trait d'union
avatar

Masculin Nombre de messages : 125
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   Mar 1 Mai - 12:19

Je me rue dans les pas de Corso, derrière moi, la Mère.

Sibylle,au sol serre dans ses bras la jolie blonde un peu déjantée que j'ai croisé une ou deux fois. Elle pisse le sang, c'est la tête. J'ai à peine le temps de voir ses yeux révulsés avant que Corso ne s'agenouille, pas bon, ça.
En retrait, ce mec vachement louche, qui a une copine asiat' qui me fait penser à cette actrice de cul française, avec un nom japonais...

Il est mal, il balise grave, j'ai l'impression. Elle a l'air d'avoir mal tourné la bagarre.

Qu'est-ce qu'elle a foutu, Sibylle? Elle a fait une grosse connerie, peut-être. Meerde.

Corso a l'air de vouloir, je sais pas, intervenir, comme hier, avec le mec blessé à l'épaule.
Il sort le truc de sa poche..."le donneur", elle avait dit, Arioh.

Il veut "donner".

La fille est en train de passer l'arme à gauche...

Hier, une blessure à l'épaule...après, il était complêtement vidé, Sibylle aussi.

Cette fois-ci la fille est peut-être déjà morte...

Je me retourne, la Mère est sur mes talons, elle a un air...tellement...

Elle a peur. Elle a tombé le masque de la grande sage impassible qu'elle arborait il y a un instant, à table...

putain.

Une main glacée m'empoigne l'estomac, je suis pas sûr de savoir pourquoi, mais je sens que je ne dois pas hésiter.

CORSO, NOON!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pied des arbres - Le festin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au pied des arbres - Le festin
Revenir en haut 
Page 5 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» Au pied des arbres
» Faire des arbres?
» Arbres GW
» Festin au château (suite)
» Festin médiéval de Provins 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île :: La Cité des Mondes anciens-
Sauter vers: