Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 La grande maison

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Maélia
Croisiériste
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 38
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 11:17

Mais...
Qu'est-ce qu'il fait?
Ce regard qu'il me lance. Je n'ai pas dit un mot et j'ai l'impression de le dégoûter...

Il bouscule presque son chauffeur, lui lance quelques mots. Je ne comprends pas ce qu'il lui dit mais le ton a l'air comme, comme agressif.

Qu'est-ce qui lui arrive? Il me laisse toute seule.

Il est appuyé contre le mur, les bras croisés, il fixe le sol, complêtement replié sur lui-même.

Je ne comprends pas.

Je m'approche de Monsieur Mike. Je lui adresse un regard appuyé avant de rejoindre Rick.

Rick?
Rick, qu'y a-t-il? Ca n'a pas l'air d'aller.
Qu'est-ce qui t'arrive?


Je lui parle doucement...c'est mon tour de le réconforter, sans doutes.

Je veux qu'il aille bien, je ne sais pas, j'ai l'impression que c'est important...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rick
Trait d'union
avatar

Masculin Nombre de messages : 125
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 11:18

Qu'est-ce qui m'arrive?

Qu'est-ce qui m'arrive? T'es gonflée de me poser une question pareille, Maélia!!
Et puis d'abord, ton vrai nom, c'est quoi, hein?

Tu t'es bien amusée avec moi, oui? Tu vas pouvoir mettre tout ça dans ton press book, parce que dans le genre convainquant, chapeau!
T'es d'où? Dernière année à l'Actor's Studio, ou bien t'est une surdouée?

Chuis pas un acteur, moi, j'ai pas joué la comédie une seconde avec toi, et ça t'as pas pu passer à côté.

T'en as rien eu à foutre, c'est vraiment dégueulasse.

Alors, elles sont où les putains de caméras, qu'on voie au moins mon bon profil.

Et Mike, hé Mike! C'est bon, là, tu peux arrêter ton numéro!

Vas-y tu peux dire "coupez", t'en meurs d'envie non?


Putain...

Je vais pas pleurer...

je vais pas pleurer...

je suis pas en train de pleurer, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélia
Croisiériste
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 38
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 11:22

Il crie, sa voix est aigüe, il veut être en colère mais il a mal.

Oh mon dieu, je comprends.

Il croit être le pigeon d'un canular à grande échelle. Et moi...moi je serais une comparse!

Non Rick!, ce n'est pas...

Je...

Monsieur Mike,?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 11:58

La fille s'adresse à moi... un pare-brise à nettoyer? Une armoire normande à transbahuter?

"Oui mademoiselle, que puis-je pour vous?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 13:46

"Hum... Nous verrons cela plus tard. Vous avez sans doute faim et envie de discuter avec vos amis, je ne veux pas vous priver de cela. Je pense que pour ma part je ferais mieux de me nourrir et d'essayer d'en apprendre plus sur certains ici...

Car pour être franc, je ne connais que Rayana, et encore, trop peu..."


En apprendre plus sur certains ici... après tout comme il voudra, quand il voudra me parler j'suis sur qu'il sera me trouver...


-Comme vous le voudrez Vince, dans ce cas a plus tard...


J'ai un peu la tête qui tourne sans doute la faim qui me tiraille, j'attrape un morceau de pain et je sors.. J'dois absolument me trouver un endroit calme et tranquille et j'pense bien que ça ne sera pas bien difficile...


-Vince j'ai une faveur a vous demandez??? Faites attention a Rayana, je dois partir un peu mais j'reviendrais vite...

Allez il est temps, je souris en regardant mon amie seule point positif de toute cette tragédie pour le moment... J'me rapproche de la porte toujours la tête qui tourne mais j'suis plus qu'exténuer... J'me souviens même plus a quand remonte ma dernière nuit de sommeil...

[Hrp : direction la maison souche ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ'
Mais si, elle est gentaaaAAAARRRRGH !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 1143
Age : 45
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 13:55

[avis HRP : la "pièce à côté" ne comporte pas qu'une douche, mais aussi une série de coussins et couvertures, pour ceux qui ne craignent pas le côté dortoir de fortune... Ce post s'autodétruira dans ... euuuuh... un certain temps ^^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 14:13

Je sens bien qu’il apprécie ... Je me détournerai pas, il a besoin de présence, pourtant intime conviction, il est hésitant, craignant peut-être cet attachement ... Je le lit, à ma façon ... J’ai l’impression que je distingue ses aprioris ...

Intérieurement, il me fait passer ses émotions, fragile, délicate, subtil ? La douleur fait partie de notre vie, il doit apprendre à essayer de l’apprivoiser ! A mesure que le temps passe, âme blessée torture se faisant douceâtre au final ... Et on fini par accepter avec le souvenir ...

Qu’importe son passé, son avenir, il faut trouver juste milieu pour ne pas regretter, jamais ... Il m’intrigue, je sais qu’il m’entend, peut-être me ressent-il aussi ? Mon regard à peine à se détacher du sien ... J’y reste plongée, de sa vision, je veux l’éclairer, mystères planant par de la des songes ... J’ai comme la certitude qu’on est seuls dans cet immense pièce ...

Pour souder ces quelques paroles, il lèvre son verre, je l’approuve en faisant de même ... Sourire enjôleur, me transportant un peu ... Laissant deviner que le travaille s’effectue, vivre avec ce qu’on perd ... Peut-être pour mieux le retrouver ailleurs ...

Réalité refaisant surface tant de questions sans réponses, comment lui dire ce que je pense ... Ma façon de voir les évènements, ne sont certainement pas les même que bon nombre ici ...

Effectivement James, bien des choses ici semblent nous réunir tous autant qu’on est ... Mais je ne trouve aucun rapport ...

Vous savez, des fois, le contrôle n’est plus nécessaire, peut-être se laisser allé. Pour nous ouvrir aux choses de ce monde qui nous est inconnu.. Je suis aussi quelque peu effrayée, mais ... Comment dirais-je ... Je n’ai rien à perdre, ce que je vis ici, je le prends, un don, un savoir, je ne sais pas ou sa va nous mener ...

Une mèche de cheveux me tombant sur le coin des yeux me titille, d’un petit geste discret, je passe cette mèche qui se veut rebelle derrière l’oreille ...

Naissance de questions que je ne m’étais pas posé montent dans mon esprit ... Lui si proche, si loin en même temps ... Regard fuyant, regard perçant ... Difficile de s’y retrouver..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 14:42

Je suis tendue comme la corde d'un arc. Collée à la paroi de bois, immobile, les yeux rivés sur le sol. J'ai du mal à réfléchir, au milieu des mille mélodrames qui se jouent devant mes yeux, par groupe de deux, ou trois, selon le cas.

Ils sont futiles, tous. Tous leurs actes sont d'une immense futilité.

Et pourtant, je ne les hais pas, je les méprise encore moins. Je les envie...

Si seulement mes préoccupations pouvaient être aussi matérielles... mais non, on ne joue pas au jeu de l'amour et du hasard avec une morte, on ne rit pas avec une morte, on ne se dispute pas avec une morte. On la laisse errer, plein d'indifférence, à quoi bon se fatiguer, puisqu'elle est morte ?

J'enrage. Je voudrais passer ma vie en actes superflus, en "je t'aime moi non plus".

Mais malgré l'envie que j'éprouve, malgré la jalousie qui point derrière, je ne les déteste pas, pas assez du moins pour en inciter un ou deux à aller à l'abattoir pour mes beaux yeux. Il y'aurait bien le grand brun, dans le coin, mais il suit le beau gosse comme son ombre, et n'acceptera pas de le lâcher. Je soupçonne qu'une belle épaisseur de billets de banque pourrait le faire changer d'avis, mais en l'occurence, je ne les ai pas et je ne les aurai jamais.

Ou alors...

Il y'aurait bien une personne...Une personne avec qui j'aurais la conscience tranquille, même s'il lui arrivait quelque chose. Je l'aurais même encore plus tranquille si tel était le cas.

Seulement, je doute que cette personne n'éprouve une grande joie à la simple idée de me revoir.

Euphémisme, doux euphémisme. Il va sûrement sauter au plafond, si il ne me saute tout simplement pas dessus.

Y'a pas trente-six solutions.

Y'en a deux, en fait. Soit, je joue la carte des plates excuses, du pardon, la fibre émotionnelle. Je me prosterne à ses pieds, je regrette, oh oui, je regrette, je n'ai pas compris sur le moment, je me suis emportée, vraiment, je suis navrée, en pleurant un peu ça devrait le faire, je suis douée pour ça, un peu trop même.

Ou bien, je le force à m'accompagner. Oui, mais comment. Il faut une bonne raison.

Il y'en aurait bien une. Voire deux. Toutes deux avec de longues jambes et de pulpeuses lèvres. Deux personnes pour qui, j'en suis certaine, il retournerait ciel, et surtout terre, pour les retrouver.

Céli, tu deviens machiavélique.
Et en plus, tu y prends du plaisir.

Il me faut tout de même un allié, dans cette aventure. Je le trouverai, ou je la trouverai. J'ai même déjà une idée sur la question.

Céli, tu es abominable, et tu aimes ça.

Oh que oui, j'aime cette perspective...

Et mon regard a retrouvé de la détermination...mais c'est trop tôt, le plan doit mûrir.

Grandir, se dessiner un peu mieux.

Et quand il sera à point...j'en connais un qui...ne va pas aimer.

Trapp...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 38
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 15:06

Accroche toi à la vie... Tant que tu le peux prends tes jambes à ton cou.
Quitte ces pensées, ne te retourne jamais. Tant que tu le peux cours.
La mal et le bien n'existent pas, seul nos choix comptent pour nous.
Tiens toi fermement à la vie et ne lâche jamais. Ne fais pas demi tour.

Sens, ressent, éprouve et vit. Profite du jour qui vient comme le dernier.
Carpe Diem. Soit toujours prêt. Agit sans remords ni regrets.
Sommes nous comme des nuages portés par des courants immuables ?
Ou peut on choisir celui qui nous emporte au loin ? La vie est du sable...

Elle s'écoule, même lorsqu'on essaie de la retenir elle s'échappe.
Il suffit de profiter du temps offert, avant que la mort nous rattrappe.
Je te le promet petite soeur... Je vais vivre, pour nous deux.
Nous restons ensemble. Quoiqu'il arrive. Même si le futur est hideux.

Je suis complètement perdu dans mes pensées, mais je ne l'oublie pas.
Une jeune femme si étrange marque une vie au fer rouge.
C'est rare que je sois aussi à l'aise avec une inconnue. Je fais un pas.
Je pourrais rester là des heures à échanger des regards, comme un jeu.

- Vous avez raison... Hélas.
Même nous nous ne savons pas où nous sommes, comment pourrait on savoir où nous allons ?
Enfin, profitons un peu de ce moment de détente, j'ai bien peur qu'ils soient rares.
Pour ma part je n'ai pas du tout l'intention de rester ici les bras croisés à attendre des secours qui ne viendrons probablement jamais.
Il y a beaucoup trop de secrets sur cette île... Et je n'aime pas ça.


Et ça y est tu parles encore de toi James. Le centre de ton monde...
Rayana ne va pas mieux que toi. Elle a aussi vécu ce moment immonde.
Le bateau a sombré mais tu n'étais pas seul. Elle a perdu beaucoup aussi.
Je lui sourit, elle a toujours le même regard timide, plein de soucis.

- Vous désirez manger en ma compagnie ou attendez vous quelqu'un ?
Je vous avouerais que je n'ai rien mangé depuis près d'un jour...
Il doit en être de même pour vous je pense.


Je jette un coup d'oeil à Céli qui entre. Elle n'a pas changée...
Perdue dans des pensées, remuant probablement trop le passé.
Elle est toujours seule. Elle me rapelle un petit garçon il y a longtemps.
Il n'aimait pas jouer avec les autres, et cela dure depuis le temps...


Dernière édition par le Ven 13 Avr - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélia
Croisiériste
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 38
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 15:10

Un regard à geler l'océan en entier d'un seul coup...

Tant pis...


Rick...
Il croit...
Il ne m'écoutera pas !!!
Mais il a confiance en vous, n'est-ce pas ?
Il ne va pas bien, s'il vous plait...


Il me fait peur.
Rick, oui, aussi.
Mais cet homme-là me fait peur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 15:15

"Je ne saisis pas très bien où vous voulez en venir mademoiselle. Monsieur Spelding est fatigué certes. Il a besoin de repos et de se nourrir.

Quant à avoir sa confiance, je n'oserai pas l'affirmer. Mais je ne suis pas là pour cela.

Allez droit au but je vous prie, que voulez vous de moi?
"

Je n'ai rien à dire de plus. Les gens s'en vont ou dragouillent partout autour de nous, à croire que l'île est saturée d'essence de gingembre. J'espère au moins que ça ne va pas les remettre ensemble ces deux là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 15:46

Espoir s’animant en cet être, décisions immuables, je sais, il y arrive ... Et y parvient ... Moi, c’est mon petit bonheur de le voir retrouver une petite étincelle de vie.. Son regard qui paraissait éteint, s’anime à nouveau.. Je souris encore un fois, avec légère satisfaction de peut-être lui avoir changé quelques suppositions..

Une chose est certaine, je ne me laisserai pas bouffer par cette île, qu’elle soit maudite ou idyllique, moi, je vis, comme ça, Je n’attends rien de précis en ce moment, mon but peut-être est tout simplement d’aider, aider ceux qui en ressente le besoin, m’attarder sur certaine personne me donne encore un peu de réalisme, voir, percevoir et deviner leur douleurs, j’ai comme l’impression que tout ceux qui sont ici, doivent apaiser quelque chose ...

Je me sens bien tout de même, essence de vie éphémère illusion parfaite ? C’est à ce demander ... Moi, je vis, j’en ai décidé ainsi ... Je dois finir ma vie ici ? Je ferai avec cette vérité.. Je le regarde toujours, il me recherche de ses yeux, il me perçoit un peu plus à chaque minutes qui passe ...

Il est bien décidé, à ne pas rester immobile face à ce que nous allons rencontrer ... Je suis de son avis ... Mystères déversant ses affluences ... Trouble inconscient peut-être pour certains.. On va agir, selon un chemin, qui nous sera tracé ...

Je vous comprends James, les secrets ce n’est bon pour personne, ils finissent par détruire tout ce qu’il y a sur leur passages, telle une tornade se déchaînant au moment le moins opportun.. Je suis aussi d’avis que cacher trop de choses ne va pas nous épargner.. Que veulent donc ces Terres ?

Je reste songeuse un bref moment ... un peu de réflexions, et d’agitations, Tout ça pour rester sur des étrangetés.. Non, on va trouver, je ferai tout pour retrouver ne serais-ce qu’un tout petit bout de cette vie..

Il me tire de mes pensées.. Enfin, je ne peux pas rester lasse de cette envie de connaître ce qui doit être connu..

Manger, oui, bonne idée, je n’attends personne ... Je crois qu’il y a la cuisine quelque part là-bas.. Si vous voulez on peut s’y rendre ...

James tourne la tête un instant, il remarque Céli prise aussi dans cette tourment incessante ... Elle si loin, qu’a-t-elle donc vécu.. La Mort elle l’a connu, bien malgré moi, je me sens impuissante face à elle ... Comment l’apaiser à son tour.. Le veut-elle vraiment.. Je n’arrive pas à cibler ses envies..

James mystérieux aussi... Avec Céli on a tous l’impression que quelque chose est différent.. Mon regard toujours posé dur James, j’attends qu’il prenne sa décision ... Ou qu’il ouvre la marche ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 16:43

La gamine se tait et ne répond pas. Je commence à en avoir plus qu’assez de ces gens qui ne comparent que leurs nombrils. Ouais, je sais bien, c’est pas de leur faute, ils sont nés dans un berceau en or massif, alors la vie ne doit pas être drôle tous les jours, surtout quand on s’aperçoit qu’il existe une réalité. Mais là, la marmite bouillonne et je ne vais pas tarder à exploser.
Mais j’ai donné ma parole. C’est pas possible d’être comme ça attaché à ce que l’on dit. Je devrais faire comme les autres, ne me soucier que de moi et changer d’attitude en fonction du vent.

Funérailles, j’ai donc tant vieilli que ça que je parle comme un ancêtre ? Ouais. Ca c’est certain. L’âge n’aide pas à voir les choses positivement. J’ai passé une vie au service des ordres et à faire des choses peu recommandables. Une vie qui pourrait sembler à celle d’un aventurier si seulement elle ne sortaient pas des pages d’un pulp. Mais lorsqu’on est dedans, cette putain d’existence est vraiment tout sauf une belle histoire pleine de rebondissements. Finalement, je suis prisonnier de mon existence. Je ne fais que me conformer à des principes. Mais sans eux, plus rien d’autre que l’inconséquence et la vacuité.

Je suis fatigué de tout ça. Comment peut-on avoir des principes de chevalier-servants et se retrouver dans la peau d’une espèce d’ordure comme moi ? Comment est-il seulement possible de vivre avec ce genre de paradoxe interne. Les miroirs ne me renvoient que l’image d’un beau salopard, prêt à commettre toutes les bassesses. Mais la réalité est bien pire. J’ai tué, volé, blessé et torturé, et tout ça pour rester probe et honnête quant à mes principes de vie ? Mais t’es vraiment qu’un pauvre imbécile mon gars. Tu as fait des études, suivi des entraînements physiquement insupportables. Tu as passé ta vie à ne pas t’attacher, à ne connaître que le lit des putes dans les bouges les plus improbables de la planète. Et tout ça pour un pays, une nation qui t’a ensuite bazardé comme la dernière des épluchures d’orange, et tu devais lui dire merci en plus !

Et maintenant, tu mets au service d’un privé tes soi-disant compétences. Tu n’a même plus l’excuse d’un combat éthique. Pour quoi tu fais tout ça mon gros ? Le fric ? t’en as même pas assez pour te retirer de ce bourbier ; la reconnaissance ? mais la reconnaissance de qui ? de quoi ? Tu te débrouilles pour être détesté de ceux que tu sers comme de leurs ennemis, et ton employeur trouve déjà que te payer c’est trop.

Alors quoi ? T’es vraiment un con Kris, t’es vraiment qu’un putain de gros con.

« Alors mademoiselle ? que requerrez vous de moi ? »

Bon sang, mais tu viens d’entendre ce que je t’ai dit gros balourd ?
Ouaip. Mais j’ai rien. Personne. Alors laisse-moi traumatiser cette petite, y a que ça que je sache faire correctement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélia
Croisiériste
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 38
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 18:49

Ce n'est pas possible.

Il ne peut pas refuser avec un tel aplomb, en me regardant droit dans le blanc de l'oeil. Il ne peut pas rester les bras croisés alors que...

Mais...


Tout ce que je vous demande, c'est de le réconforter un peu, vous ne voyez pas qu'il n'est pas juste fatigué ??? Il a besoin de votre aide, d'un peu d'attention, d'un peu de... d'humanité !! Vous connaissez, humanité ?

Mais quel genre d'homme est-ce que vous êtes en fin de compte ?

"Vous n'êtes pas là pour ça" ?

Je dois me calmer, je dois me calmer...

Est-ce que vous êtes là pour ramer dans un canot de sauvetage ? Pour porter une petite fille ? Non, ça ça m'étonnerait que ce soit dans votre foutu contrat, ça, Monsieur Mike !!! Alors vous êtes sans doute là pour embarquer à manger et en faire profiter tout le monde, c'est ça ? Non ? Et secourir cette femme, c'était spécifié dans votre liste de tâches ? Non plus ?
Ca alors, mais pourquoi l'avez-vous fait, dans ce cas ? Ca ne vous était pas demandé !!! Vous devez juste veiller à ce qu'il reste en vie et indemne, c'est bien ça ? Absolument pas aider les autres !
Et pourtant vous l'avez fait, c'est fort étrange !!!
Alors que vous n'étiez pas là pour ça !
Je ne comprends pas bien, Monsieur Mike !
Si vous êtes capable de sortir du cadre de votre sacro-saint contrat quand ça vous dit de le faire, pourquoi est-ce qu'il n'en est plus question à présent qu'il... qu'il s'agit de l'aider vraiment et... et qu'il a pour une fois réellement besoin de vous ?
Comment pouvez-vous ... pouvez-vous...


Ca y est, je pleure à chaudes larmes...
Je suis folle de colère, folle de chagrin. Je ne comprends plus rien, et surtout pas le bloc de pierre animé qui perle et qui respire, et qui se tient en face de moi...


Comment pouvez-vous le détester ainsi...
Et lui faire autant de mal...
Mais quel espèce d'homme est-ce que vous êtes, à la fin...


Si quelqu'un a compris ma dernière phrase, il peut se lancer dans l'interprétariat... C'était noyé de sanglots et tout entrecoupé...
Et cétait inutile...
Inutile...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 19:17

Toujours aussi perdu, j'entends Lyana s'éloigner, me demandant de veiller sur Rayana en son absence. Mais suis je le meilleur pour cette tâche? j'en doute, d'autant que Rayana, en pleine discussion amicale avec l'homme qui s'était fait remonter quelques minutes plus tôt, semble en de bonnes mains...

Et moi? Moi je sais plus ou je suis ni que faire... Je n'ai envie de rien, ni d'aller nulle part.

Certains se disputent, d'autres se sourient, mais moi ca me passe au dessus. Je ne m'en soucie guère. Alors je m'asseois sur une petite chaise en bois qui traine par là, m'appuyant sur le mur, et posant mes coudes sur mes genoux, et mon menton sur mes mains, je regarde le vide, j'observe les différentes actions sans trop m'en soucier, d'un oeil distrait

Par pitié, si quelqu'un peumettre de l'ordre dans ma tête qu'il le fasse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 20:06

Allez, c’est parti pour les grandes eaux. Le premier truc ce serait de lui coller une paire de claques à lui faire chanter le string. Le second, la prendre dans mes bras et la consoler.
Non.
Aucune de ces deux choses ne m’est permise, et encore moins avec elle.
Soit c’est la reine du mélo soit elle est sincère.
Sa moue, le bord de ses paupières qui rougit et les gestes de ses mains…
Non, elle ne triche pas.
Pauvre fille.
Allez camarade Kristoff, en piste.

« Mademoiselle Maélia. Je ne vais pas passer mon temps à vous expliquer par le menu chaque geste que je fais. Je ne vais pas essayer de justifier quoique ce soit. Pensez de moi ce qui vous plaira, j’en ai l’habitude. Et il est de plus probable que vous ayez raison.

Mais permettez-moi, mademoiselle, de vous donner un conseil. Laissez monsieur Spelding où il est. Laissez le souffrir, aimer ou tout ce qu’il voudra, mais ne vous approchez pas de lui. Vous n’allez qu’au devant d’ennuis et de désillusions. Vous êtes jeune et fraîche. Vous êtes belle et avenante. Mai vous n’êtes pas pour Monsieur. Je ne dis pas qu’il n’éprouve rien pour vous. Je vous dis simplement que cette histoire est, au mieux, sans avenir, au pire… Et bien au pire, il sera fait en sorte que vous ne puissiez pas vivre heureuse.

Laissez monsieur Rick s’abîmer dans son petit malheur, laissez sa tristesse et sa colère s’épanouir un peu, il en a besoin. Mais, je vous en conjure, ne vous approchez pas plus de lui. Ne vous y attachez pas, n’éprouvez rien de plus pour lui.

Vous me pensez inhumain, cynique et infect, je ne vous donne pas tort. Vous me croyez cruel, sans cœur et vénal. Je ne saurai vous en tenir grief. Mais acceptez ce que je viens de vous dire comme un conseil réel, sans fard, que je vous donne en toute bonne foi. Je vous dis tout cela pour tenter d’éviter une suite néfaste.

Je vous rassure, je ne vous assommerai plus avec ce genre de considération. Je vous sais intelligente et adulte, vous saurez ce que vous voulez faire.

Si vous souhaitez tout arrêter, je vous assure toute l’aide que je puis vous donner.
Si vous préférer persister, je ne vous importunerai plus par mes conseils.


Mais je ferai ce que j’ai à faire.
»

Au cours de ce discours stupide et vain, je lui ai pris le bras, délicatement, comme pour la soutenir, lui faire sentir que je suis sincère. Mais je suis inconvenant.

Je relâche doucement la pression de ma main et ne fuis pas son regard. J’y lis un ballet d’émotions. Sauras-t-elle comprendre ? Si elle a un peu de bon sens, c’est à elle de me gifler maintenant.

Et de partir, loin. S’il vous plaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélia
Croisiériste
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 38
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 20:27

Mais de quoi est-ce qu'il me parle ?

Je lui demande d'aider Rick, je lui demande de voir, au moins, qu'il a besoin de lui, et lui, avec quoi est-ce qu'il vient ? J'en reste suffoquée, les sanglots coincés dans la gorge, tellement c'est inimaginable...

Je reste coite un bon moment, le temps qu'il me lâche le bras, je n'avais même pas remarqué qu'il l'avait saisi... La voix me revient, un tout petit filet de voix, ça tombe bien, je n'ai pas envie que les autres entendent, ce chuchotement suffira...


Tout ça, pour m'éloigner de Rick ? De Monsieur Richard Spelding ? Je me fous de son fric, moi, j'en ai probablement deux fois plus que lui... Pour qui me prenez-vous ?

Je vous parlais de sa souffrance et du fait qu'il a besoin de vous, et vous venez me dire de m'éloigner parce que ce n'est pas convenable ?
Est-ce que vous avez seulement entendu ce que je vous ai dit ? Il crève de mal et vous vous ne voyez que la petite amie gênante et inadaptée aux cocktails huppés de la famille Spelding ? Réveillez-vous, on est sur une île, on a fait naufrage, vous vous rappelez ?


Je me rapproche de lui, je suis trop petite mais peu importe, toujours assez grande pour qu'il entende ce que j'ai à dire...

Monsieur Mike, ou quel que soit votre nom.
Je crois que vous êtes un malade.
Pas juste un type froid, cynique et complètement obtus.
Un malade.
Un dingue.
Si ça tombe, le plus grand danger qu'il court ici c'est vous.


Là-dessus je fais volte face et je file vers la porte.
J'ai besoin d'air.
C'est urgent, vital.
Il faut que je me calme...
Si je reste là je vais lui sauter à la gorge...

[sortie vers... je ne sais pas encore...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 22:35

Bon.

Exit l’autre. Je ne veux surtout pas entendre ce qu’elle me dit. Je ne veux rien voir. Rien dire.
Rien.

Je me retiens de briser ce qui me passe sous la main.
Chier.

Je reste dans un coin de la pièce, en chien de faïence. Les muscles des mâchoires crispés à m’en faire mal.

Ne pas penser, surtout pas. Ca carbure déjà trop là-dedans. Et qu’est-ce qu’il branle l’autre môme là ?
Merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 13 Avr - 23:11

Indifférente. Je suis totalement indifférente au pseudo-drame qui se déroule devant mes yeux. Pire, je crois que ça m'irrite un tantinet. Je ne suis pas tellement d'humeur à être aux premières loges d'un mauvais Vaudeville. Or, celui qui se joue, là, dans cette pièce, flirte dangereusement avec la nullité.

Enfin chacun ses soucis. Après tout, en s'absorbant bien dans des querelles de bas-étage, certains oublieront peut-être où ils sont. Sur une île tout ce qu'il y'a de plus inquiétante, entouré de ce que n'importe qui qualifierait de monstres sanguinaires.

Enfin, le premier rôle féminin est sorti, je vais peut-être pouvoir être au calme...

Je dois réfléchir.

Rien. Je ne dois rien laisser au hasard. Tout doit être réglé. J'ai déjà des grandes lignes en tête. C'est pas reluisant.

Mais la simple idée d'y parvenir est inconcevablement jouissive.
Pourquoi ?
Est-ce l'odeur de la vengeance, si douce, si attirante ?
Ou bien est-ce un caractère que m'ont donné les démons qui m'ont réenfanté ?

Il faudra absolument que j'aille voire le Père Fausto. Plus je passe de temps sur cette île, moins je crois en Lui, et plus mon âme se salit. Peut-être une confession me remettra-t-elle sur le droit chemin.

Peut-être...

Mais pas avant que je sois vengée.
Celà me frustrerait.
Je la veux, cette vengeance.
Et une autre personne doit autant la vouloir que moi, même si elle ne cible sans doute pas les mêmes victimes.

Pas encore.
Tout se dessine dans mon crâne. Se tisse, plutôt. Petit à petit.
A chaque instant, j'y vois plus clair. Et à chaque instant, je me sens plus puissante.
Mais...à chaque instant...je brûle un peu plus de commencer tout de suite. Or il n'est pas encore temps, non. Trop tôt, bien trop tôt.

J'attendrai le moment propice.
Et j'espère que celle en qui je crois me suivra.
En attendant, je m'ennuie ferme ici. Je serais mieux à l'air libre.

Je sors donc. Pour aller nulle part. N'importe quel endroit me convient. Pourvu qu'il ne m'empêche pas de penser.




[Destination surprise !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 38
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Sam 14 Avr - 13:34

Je commence à avoir la tête qui tourne... Hé bien allons manger.
Regard à Rayana. Je me met en route devant, c'est pas très galant...
Mais je suis vraiment trop affamé pour penser aux règles exigées.
Dernier coup d'oeil à la salle... On ne ratera pas grand chose de palpitant.

Enfin isolés... Décidément j'ai vraiment du mal avec la foule.
Il ne s'agit que de la pièce voisine mais pourtant je me sens plus à l'aise.
Là une table, remplie de mets de différentes et autour des chaises.
Du poisson, des légumes inconnus, et de quoi boire de tout son saoul.

Tiens, voici même de la viande... Je me demande de quel animal il s'agit.
Ce qui s'apparente à des galettes, des mets étranges que j'ai jamaisvu.
Je tire une des chaises et je souris à Rayana. Retrouvons de l'énergie.
Assi à côté d'elle, je dévore déjà des yeux la table loin d'être dépourvue.

Petit instant de doute encore... Pourvu qu'il n'y pas de poison.
Je ne fais toujours pas confiance à cette vieille femme malpolie...
Ni même à personne. Pas même à Rayana qui est loin d'être un démon.
J'ai tout fait pour rester en vie... Même sombrer dans la folie.

Je plisse un peu les yeux, l'air méfiant. Vigilance constante.
Un mauvais pressentiment. Peut être pour ce que nous reserve l'île.
C'est affreux d'être à ce point parano... Je crois être une cible.
J'ai peur, même quand une personne est aimable et acceuillante.

Pour avoir quelque chose, il faut donner autre chose en retour.
C'est comme ça que je me suis forgé. On a rien sans rien.
Tôt ou tard on nous réclamera des comptes sur notre petit séjour.
Je me tiens sur mes gardes, près à faire face. Nous verrons bien.

- Bien... Je crois que nous pouvons commencer à nous servir...
Vous désirez boire quelque chose ?
La boisson sera par contre une véritable surprise.
Tout comme ces étranges plats.
Finalement nous faisons tout même un peu de tourisme... Même échoués.


Léger sourire. Elle est plutôt jolie, je ne l'avais jamais vraiment regardée.
Qu'importe, je suis pas là pour trouver la femme de ma vie.
Nouvel échange de regard. Peut être pourrait elle devenir une amie ?
Nous nous ressemblons beaucoup. Je cesse de la regarder.

Je dois la mettre mal à l'aise parfois... Elle doit se sentir jugée.
Ce n'est pas mon but. J'essaie juste de la découvrir un peu plus.
James... Tu deviens complètement fou. Tu as atteint le terminus.
Tu penses trop. Tu ne t'es même pas rendu compte que tu l'as méjugée.

- Je suis désolé... Je n'ai pas l'habitude de faire confiance et de vivre avec de parfaits inconnus... Je dois vous sembler stupide mais je me mefie de tout le monde. J'ai eu pas mal de problèmes par le passé.

Je marque une pause...

- Je dois vraiment vous paraitre d'un ennui mortel.
Je parle sans arrêt, et toujours de moi...
Ce qui est nouveau par ailleurs.
Il n'y avait qu'a ma soeur que je me confiais à ce point.
Mais vous, parlez moi un peu de vous...
Qui êtes vous avant d'échouer ici ?


S'interresser à l'autre, après tout elle a fait de même pour moi.
Maintenant je passe pour un curieux. Qu'importe je le suis.

[Hrp : Suite aux cuisines ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kheira Cruz
Lucky Lucy
Lucky Lucy
avatar

Féminin Nombre de messages : 1195
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 15 Avr - 11:51

Graceella est bien plus forte et déterminée qu'elle ne le pense. Confinée dans mon mutisme, je la félicite intérieurement afin de garder mon masque. Même si je la sens perdue, désorientée je n'aurais pas de paroles réconfortantes à son égard, ni de gestes pour la materner. Hors de portée je resterais.

Au loin, une grande maison. Au travers des fenêtres d'où filtre de la lumière, j'aperçois des ombres qui se meuvent. Sûrement des naufragés. Du moins j'espère... Je prends donc cette direction, les sens toujours en alerte pour détecter la moindre menace, jetant quelques coups d'oeil en arrière pour voir si Graceella suit toujours. Pas de souci de ce côté là, elle est belle et bien présente.

Faisant fi de toute convention, de toute politesse, arrivée à la porte de la maison, j'y entre comme si j'en étais la propriétaire. Une main sur la hanche, le visage fermée je tiens la porte, pour laisser passer Graceella. Histoire de lui faire comprendre qu'elle ne doit pas rester sur le pas de la porte.

Un regard à la cantonade. Je reconnais les visages de naufragés présents sur le bateau. Le fils à papa toujours suivi de son manche à balai toujours aussi taciturne ainsi qu'un jeune qui me dit vaguement quelque chose. Je me souviens plus si ils connaissent Miguel, s'ils ont cheminé avec durant nos péripéties. Néanmoins, je dois les informer du danger qui guette à chaque coin de cette île.

Je fixe le manche à balai, d'un regard franc, et d'une voix atone je lui dis :

Miguel, le latino, est mort. Nous sommes des morts en sursis sur cette île.


Dernière édition par le Dim 15 Avr - 12:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 15 Avr - 12:06

Toujours aussi perdu, j'entends quelqu'un entrer... J'en ai pas grand chose a faire, mais lorsque j'entends qu'il y a un mort, je fais un bond soudain sur ma chaise.

Me levant d'un trait, j'avance résolument vers celle qui a prononcé ces paroles, manifestement celle qui avait embarqué sur le bateau en même temps que moi, via la petite navette. Ca faisait longtemps que je l'avais pas vu, voila qu'elle revient avec des nouvelles facheuses.

Je me mets sur le côté, de sorte à ce qu'elle me voit, et les bras croisés, sourcils froncés je la regarde un peu méchemment.


"Il est mort hein? J'avoue ne pas connaitre ce Miguel, mais toujours est-il que c'ets une victime, ce qui est désolant, pour ne pas dire plus. Ce qui m'inquiète, c'est de savoir COMMENT il est mort. Si vous pouviez nous en dire plus..."

Je sens ma main qui démange. J'ai horreur des assassins, sauf quand la mort est justifiée, dans le cas de la légitime défense et quand aucune autre solution n'est plus possible. Or je doute fortement que ca soit le cas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graceella
Larme fatale
avatar

Féminin Nombre de messages : 142
Age : 30
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 15 Avr - 16:43

Elle rythmait son pas sur celle qui la devançait, sans même la regarder. La tête basse, les larmes finirent par se tarir tandis qu’elle continuait comme une somnambule, sans but si ce n’est celui d’avancer tout droit, là où elle la conduisait.

L’eau ruisselait sur son visage, se prolongeait dans son cou, s’allongeait en traînées derrière elle. Il ne lui vint pas à l’idée de s’essorer, seul le peu de soleil qui déclinait venait assécher quelque peu sa tunique trempée et ses cheveux humides.

Elle s’arrêta à la porte de la grande maison puis passa lorsque le chemin lui fut ouvert. A l’intérieur plusieurs personnes, qu’importe elle ne les regarda pas. Elle profita de l’attention générale portée sur Kheira pour se plaquer contre le mur le plus proche de la porte. Les mains dans le dos, elle regardait le plancher qui s’alvéolait autour d’elle et la seule chose à laquelle elle pensait c’était qu’elle allait se faire jeter dehors par la maîtresse de maison quand elle verrait cette souillon en son logis.

Quelqu’un s’approcha de Kheira, lui parla, et elle ne le regarda pas. Elle n’avait pas prononcé une parole depuis qu’elle était sortie de l’eau, pas le moindre sanglot, pas un son qui ne soit sorti de sa bouche. Ses yeux, ses yeux eux, ils étaient vides, sans expression, sans joie, sans tristesse, aucune lueur, aucun nuage, des yeux morts fixés sur le sol. Elle était devenue une marionnette qui marche quand on lui dit de marcher, qui s’arrête quand il le faut, qui n’a plus d’âme, plus de vie, plus rien à faire que de rester plantée là à attendre, à attendre sans savoir quoi attendre.

Et puis elle releva les yeux et les fixa sur un coin de la pièce, sur cet homme au regard sombre. Elle vit sa mâchoire crispée, ses muscles tendus prêts à mordre qui s’approcherait, elle sentit la rage en lui, cette envie de frapper, ce besoin de se défouler sur quelqu’un. Elle essaya de détourner son regard, ne pas le voir, qu’il ne la voit pas, se faire petite, toute petite, dans un recoin, se cacher pour ne pas rencontrer sa haine pour ne pas qu’il la frappe, pas à nouveau, pas lui aussi.

Elle se plaqua contre le mur, raide, morte de peur, les yeux agrandis d’effroi mais son regard resta sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kheira Cruz
Lucky Lucy
Lucky Lucy
avatar

Féminin Nombre de messages : 1195
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 15 Avr - 19:00

Graceella entre dans la pièce telle une petite souris prise aux pièges des griffes d'un gros chat et se plaque contre le mur comme pour se fondre dans celui-ci. Le bruit d'une chaise qu'on quitte précipitamment, un pas lourd et pressée claquant au sol, et je détourne mon attention d'elle pour les porter vers le jeune homme qui s'avance vers moi.

Il veut jouer les caïds. Mais avec moi on ne me la fait pas. Des purs et durs j'ai connu dans la rue, dans mon lit, dans mon corps. Quoi qu'il puisse me dire, me montrer, il a la trouille qui lui pisse par tous les pores de sa peau. Sans réaction face à sa violence feinte, sa méchanceté invoqué, je reste impassible.

Je me dégage de la porte, la laisse se refermer derrière moi dans un claquement sonore.

On veut jouer les hommes hein ! tu veux connaître tous les détails de l'horreur. Savoir si il a perdu tout son sang, s'il s'est retrouvé les boyaux à l'air, si on lui a arraché les yeux, bouffé la langue. Et bien désolée pour ta curiosité morbide, mais Miguel a juste été attiré par une chose au fond du lac. Il y a eu un flash bleuté et plus de Miguel. C'est beaucoup moins intéressant à ce que tu t'attendais hein !

Là j'ai l'air mauvaise et je simule pas. Ce genre de personne qui se la joue ça me fout en rogne, me fait monter le tensiomètre dans le rouge. Sans un regard pour lui, je me retourne vers Graceella.

Je vous présente Graceella. Apparemment ça fait pas mal de temps qu'elle est sur cette île.

Je suis désolée de la livrer en pâture, mais en faisant connaissance avec les autres naufragés, elle trouvera d'autres épaules sur laquelle s'appuyer, d'autres épaules que la mienne qui ne porte que poisse et mort dans son sillage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 15 Avr - 19:37

J'ai erré quelques temps à travers le village forestier. Passant d'ici à là, observant d'un air détaché, mue par des objectifs tout aussi différents que complémentaires.

En premier lieu, il me fallait continuer à penser. Même si je me trouvais effrayante, le plaisir qui découlerait de la réussite de mon plan serait tel qu'il effacerait toute éventuelle mauvaise action passée. Ce serait une rivière noyée dans un océan.

Décidément...il faudra que je voie le Père Fausto.

Nous sommes tous censés être des créatures de Dieu. Et pourtant j'ai des doutes pour moi. De tels objectifs sont normalement incompatibles avec ma foi.

Et je n'éprouve aucun remords. Mais du plaisir, oui.

Enfin...Machiavel lui-même était une créature de Dieu. Passons.

Avec l'ébauche de mon plan coïncidait la recherche de celle qui devait être, non, qui serait mon alliée. Je croyais en elle. Ne restait qu'à mettre le grappin dessus, ce que je ne réussis pas à faire.

Mais la trouver impliquait une discussion loin d'oreilles indiscrètes. Même si elle n'est pas forcément sociable, il se peut que je la trouve compagne d'une donzelle ou d'un damoiseau quelconque, voire de plusieurs, et je ne suis pas devenue diabolique au point d'envisager une élimination pure et simple de tout témoin.

Parallèlement à ma déambulation apparemment sans but, je m'échinai à trouver un lieu isolé. Tranquille. Où un échange, pour vif qu'il soit, resterait discret.

Et je trouvai. Une cabane, perchée en haut d'un arbre. Ce serait parfait.

******

Mais où est-elle ? Je l'ai cherchée partout, elle n'aura tout de même pas...non, elle est ici. J'en suis sûre. Elle a dû se déplacer pendant mon inspection des lieux.

En désespoir de cause, je retourne dans la Grande Maison, mais mon intuition était la bonne. Elle est ici.

Kheira...

Le destin s'acharne aussi sur toi, à ce que j'entends. Toi aussi, tu répands la mort dans ton sillage. Sans le vouloir, et cela te pèse. Toi aussi, peut-être, tu voudrais insulter le marionnettiste qui tire les fils de ton destin, mais tu n'y peux rien, tu es aussi impuissante qu'un nouveau-né.

Et sans doute n'as-tu plus la force de t'attacher à la charmante jeune fille qui pleure, et que tu nommes d'une manière qui m'échappe.

Mais j'ai peut-être une solution, une échappatoire. L'exultation. La vengeance, la bassesse, ou bien plutôt l'aventure, je te laisserai le choix. Je ne veux pas que tu sois mon pantin. Et après ce qui s'est passé dans la grotte, je doute même que tu veuilles devenir mon amie.

Ma collègue, disons. Travaillant dans un but commun pour chacune de nos individualités.

C'est un bon terme.

Je m'approche, je pose ma main sur ton épaule. Voix douce, basse, mais qui charrie des glaçons. En un mot, déterminée.


Kheira...ne pose pas de questions maintenant. J'y répondrai. Retrouve-moi dans la cabane perchée en haut des arbres.


Je n'attends pas de réponse. Ce sont ses actes qui la donneront.

Je tourne les talons et je m'éloigne, vers le mitard du village.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande maison
Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» GM d'Izard
» Tourne la Grande Ourse, tourne la Petite Ourse (PV Justin)
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» Maison de Nara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île :: La Cité des Mondes anciens-
Sauter vers: