Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 La grande maison

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Graceella
Larme fatale
avatar

Féminin Nombre de messages : 142
Age : 30
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Jeu 19 Avr - 14:34

Elle penche légèrement la tête pour qu’il puisse lui retirer le collier qu’elle porte depuis si longtemps, si longtemps que lorsqu’elle ne le sent plus sur sa peau elle a l’impression d’être dénudée.

Les larmes qu’il a essuyées du revers de sa main ont été remplacées par d’autres. A la douleur s’est substituée la reconnaissance. Elle pleure de le voir si attentionné à son égard. Son ami… un ami… elle pleure parce qu’elle en a maintenant un, un sur qui elle peut se reposer, tout lui dire parce qu’il comprendra, lui, et qu’il saura la consoler.

La serviette qu’elle a laissé échappée sur le sol, devant la cheminée, tombe à point nommé pour essuyer ce trop plein qui fuit ses yeux et s’écoule sur ses joues, lentement. Elle prend l’un des coins et l’approche de son visage. La texture si douce lui fait du bien, mais fait redoubler ses larmes, des larmes de joie, d’être là, près de lui.

Elle ne trouve pas de mots assez forts pour le remercier, peut-être parce qu’ils n’existent pas, ces mots, ces mots qui pourraient lui exprimer toute la reconnaissance qu’elle a dans le cœur.

Merci …

C’est peut-être celui là le meilleur, le seul, le seul qu’elle prononça.

Elle prit sa main dans la sienne et la serra quelques instants avant de la relâcher, puis se releva. Sur le lit, la robe qui l’attend, toujours aussi belle. Elle place la serviette à ses côtés et, après quelques secondes d’hésitation, pose sa main sur le premier bouton qu’elle fait sortir de son logis, avant de s’attaquer aux suivants.

Ses gestes se font de plus en plus impatient, enlever cette horreur qu’elle porte nuit et jour depuis l’instant où on l’a enfermé, bruler cet habit, ne plus jamais le voir, oublier, oublier ce qu’il représente, ce qu’elle a connu, toutes les épreuves qu’ils ont partagés.

L’étoffe glisse de ses épaules, râpe une dernière fois son corps, avant de tomber en tas sur le sol. La pénombre couvre sa nudité et la fait frissonner, aussi s’empare t’elle rapidement de la serviette pour s’y enrouler à l’intérieur.

Ses mains se gorgent de douceur, caressent et re-caressent son corps emmitouflé de bien-être, ne se lassent pas de ces instants bonheurs. Elle est sèche depuis bien longtemps lorsqu’elle se décide à prendre un pan de la serviette dans chaque main et à les ramener sur ses cheveux qu’elle a rejetés en arrière d’un mouvement de tête.

Son corps offert à la nuit, elle enroule les filaments humides et les frictionnent énergiquement, la tête en arrière. Et puis elle lâche l’étoffe humide qui roule sur le sol.

La robe… la robe est là devant elle, ses doigts tremblent lorsqu’ils s’approchent d’elle, la prennent délicatement, la soulèvent et l’approchent de son corps frémissant d’impatience.

Elle le garde contre elle un instant, son trésor, les larmes venant à nouveau brouiller ses yeux, avant qu’elle ne se décide à envelopper son corps de tant de merveille.

Une glace à droite du lit, une glace qui l’appelle, elle veut se voir, se voir à l’intérieur, dans cette merveille qui ondule sur son corps à chaque mouvement qu’elle fait. Elle approche, le cœur battant, et se voit, si belle … si belle que ses joues rosissent dans la glace.

Dans la glace, il y a Vince aussi, Vince qu’elle a oublié... Elle se tourne vers lui, les yeux illuminés de bonheur, souriante, un sourire vrai, le premier depuis si longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Jeu 19 Avr - 14:59

La voila qui pleure de nouveau, une fois le colier libéré... Mais ces larmes ci...ce sont bien des larmes de bonheur et de joie.

Un mot, un seul s'échappe de sa bouche... Un merci timide, mais sincère.
C'est pour ce genre d'instants que je me dis que vivre sert encore à quelque chose.

Et puis la voilàa partie, pour aller se changer. Elle défait les boutons de son vieux vêtement, et je me retourne, afin de respecter sa pudeur.

J'attends quelques minutes, puis la voyant ressortir vêtue de la robe et s'admirer, puis me regarder de ses yeux d'enfants, si inocents, ce visage si pur, dans une robe magnifique... J'en pleurerais presque.


"Graceella... Tu es magnifique ainsi vêtue. Te voila maintenant une jeune femme, et plus une prisonnière. Sourie à la vie, car maintenant tu le peux..."

Je lui prends alors la main, et faisant une demi révérence, lui propose de s'asseoir sur le lit. J'admire encore la beauté de cette jeune enfant, et ne comprend toujours pas comment quelqu'un aurait pu lui faire du mal. Les homems sont décidément trop cruels, et j'entends bien faire en sorte que ca ne se reproduise pas!


"Mademoiselle souhaiterait-elle aller manger un morceau, ou préfère t-elle que nous allions retrouver Kheira?"

Lui demandais je, un ton d'amusement et de rire dans la voix, et un petit clin d'oeil accompagnant mon sourire. Je lui fait alors un baisemain un peu maladroit, mais sincère et porteur d'amitié...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graceella
Larme fatale
avatar

Féminin Nombre de messages : 142
Age : 30
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Jeu 19 Avr - 21:38

Elle n’y pensait plus à la faim qui la tiraille, c’est lorsque Vince aborde le sujet qu’elle se rappelle qu’elle a l’estomac sur les talons. Il est assis, rieur, elle est encore debout, n’osant pas le rejoindre sur le lit, de peur de froisser sa nouvelle tenue.

Elle le laisse à peine finir sa phrase qu’elle le tire déjà vers la porte, les yeux brillants, enfin en confiance.

Oui, venez, allons manger quelque chose ! Il y a des baies délicieuses à l’orée de la forêt, venez je vais vous montrer !

Elle le lâche pour descendre les escaliers en prenant mille précautions, attentive aux mouvements de sa robe qui la caresse à chaque marche qu’elle descend. Enfin elle arrive sur le pas de la porte de la grande maison, c’est l’inquiétude qu’elle y retrouve.

Timidement, elle laisse sa main venir effleurer les doigts de Vince, à nouveau à ses côtés, puis se glisser dans le creux de sa paume. Elle a besoin de ce contact pour s’assurer qu’elle ne risque rien.

Elle relève la tête vers lui, d’un air interrogateur qui semble vouloir dire : « On y va, tu es sûr ? »

Mais elle reste le regard accroché au sien, ne sachant plus pourquoi elle avait voulu quitter la pièce si accueillante à l’étage, pour sortir à l’extérieur et quitter la protection des murs de la maison.

[Dehors]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Jeu 19 Avr - 22:09

La jeune demoiselle est métémorphosée... Ce n'est plus une petite fille craintive, mais bien une petite fille heureuse de vivre, et s'amusant de tout, que je vois là.

Elle a faim, qu'à cela ne tienne. Elle descend délicatement les escalier, ses pieds nus semblent à peine effleurer le sol, je la suis et déja nous sommes en bas.

Regard interrogateur de sa part. Signe approbateur de la tête, sourire à mes lèvres, je la rassure en prenant sa main, comme on prend une enfant que l'on emmène à l'école.


"Ne t'inquiète pas, tu n'a rien à craindre, il n'y aura que des gens gentils... Et puis je suis là, je vais pas te laisser seule, alors ne t'inquiète pas.

Vient, allons manger"

Je l'entraine à ma suite, vers le repas préparé à notre attention


[vers le grand festin]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande maison
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» GM d'Izard
» Tourne la Grande Ourse, tourne la Petite Ourse (PV Justin)
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» Maison de Nara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île :: La Cité des Mondes anciens-
Sauter vers: