Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 La grande maison

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
MJ
Contre toute attente
avatar

Masculin Nombre de messages : 2180
Age : 512
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: La grande maison   Mer 28 Mar - 20:09

Elle est grande et luxueuse...
La pièce principale, immense, est cloisonnée de murs de pierre sèche. Une partie cuisine, pratique et agréable, un salon confortable et vaste, à l'élégance raffinée.

Et là hau, à l'étage, la chambre ronde.
Les bibliothèques de bois rouge renferment des trésors enluminés et reliés de peau souple et brillante, et le lit défait est un appel... dans le rayon de soleil qui tombe du plafond, la peau doit paraître plus douce, plus lisse, plus chaude...







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Jeu 5 Avr - 14:42

[hrp : venant bah de l'arrivée pardi ^_^ ]

J'aide Fausto a se relever il ne peux pas rester la comme ça et je lui tire le bras pour qu'il me suive... Nous arrivons devant une grande maison enfin elle a l'air confortable tout se qu'il faut a ce cher padre.

Je pousse la porte et l'invite a me suivre... Nous arrivons dans une grand et magnifique pièce, jamais je n'aurait penser que cette île pouvait cachée des choses si confortable... Je m'avance lâchant la main de Fausto et m'affale dans un fauteuil...

Dieu que ça fait du bien..

Je le regarde dans l'embrasure de la porte je ne sais pas s'il va se décider a entrer ou non mais une chose est sur va falloir qu'il m'explique se qui s'est passé...


-Fausto entré voyons vous allez pas rester la...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 45
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Jeu 5 Avr - 16:55

La pénombre de la pièce me fait du bien.
La pièce dans laquelle nous avons pénétré parait pour l'heure désoccupée.

Je sais bien que pénétrer ainsi dans une demeure est quelque peu malséant mais je sens en moi trop grande lassitude pour y penser.

Et il me faut soigner la navure de mes mains et de mon front.

J'avise un brac et une bassine posé sur un rebord. A côté, quelque linge.
Laissant Lyana s'installer avec confort, je me dirige vers la bassine, verse l'eau du broc et y trempe le linge.
L'eau est fraiche, avec une légère senteur pierreuse. Je baigne ma figure et mes mains.
Une fois les blessures nettoyées, je bande mes paumes du mieux que je peux avec l'étoupe restante.

Me voila quelque peu revigoré, même si la faim commence à se faire quelque peu sentir. La faim et la fatigue. Se reposer.

Lentement, je m'approche du siege où est assis ma compagne et m'installe à ses côtés.

Vous avez raison, ma fille, j'ai quelque besoin d'un peu de repos. Je ne sais comment vous remercier de toutes les bontés que vous avez eu à mon égard. Vous êtes une sainte....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 6 Avr - 0:08

Attirée sans doute par le bruit des conversations, elle arrive d'une autre pièce de la grande maison, silencieuse.

Elle est grande et se tient droite, malgré les années qui ont marqué son visage. On voit des fils d'argent dans ses cheveux d'un brun sombre et chaud, plus nombreux aux tempes. Le pas décidé, elle contourne la paroi, dans le froissement infime de sa robe ample.

Elle s'arrête à quelques mètres d'eux.
Son visage ne montre ni surprise, ni agacement, ni rien de ce qu'on pourrait s'attendre sur le visage de quelqu'un qui découvre des intrus dans sa propre maison...


Bienvenue, Homme-Distance.
Je croyais que tu ne viendrais jamais nous rendre visite...

Bienvenue aussi à ta compagne.


Sa voix est grave et chaude. Mais on y devine une dureté qui pour l'instant reste au repos. Cette femme est une reine. Même dans ses vêtements bruts, dans sa maison de bois, elle est reine, et l'autorité irradie de sa voix comme de sa posture.

Puis, elle fronce légèrement les courcils, comme elle remarque les linges maculés de sang qui entourent les mains de Fausto.

Es-tu blessé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 45
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 6 Avr - 6:28

La voix me me provoque un grand emeuvement.

d'un bond je me redresse et envisage, penaud et quinaud, la femme qui devant moi se tient.

Cette femme, par sa posture, impose le respect.

Sans même en avoir le pensement, je m'agenouille devant elle, prenant seulement conscience, dans le même temps, de ses paroles

Homme distance ? enfin ? quel ebaudissement que cela !

Pardonnez nous cette intrusion malséante et fort peu honneste. Je suis en grand dol d'avoir ainsi pénétrer en votre demeure.
Cuidez bien que nous ne voulions pas vous opportuner !Nous allons nous retirer incontinent.

Et s'il... si je suis blessé ? ..Je.. Ah, mes mains.!! Hem...Ce n'est là que pointille, ma dame, et je ne veux pas outrecuider de notre présence ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 6 Avr - 8:55

Elle lève un sourcil à la vue de l'agitation qui saisit le prêtre, lève le deuxième quand il s'agenouille. Un fin sourire glisse sur ses lèvres, et anime les rides de son visage.

Sa voix devient moins solennelle, plus apaisante.


Ton isolement t'a rendu l'ouïe capricieuse...
Il était grand temps qu'il prenne fin.
N'ai-je point dit que vous étiez les bienvenus ?
Relève-toi donc, Homme-Distance, et laisse-nous t'acceuillir comme il se doit...


Elle frappe dans ses mains, deux coups brefs.
Une femme plus jeune, au doux sourire placide fait son apparition.
Elle s'incline brièvement devant Fausto et Lyana, sans paraître s'étonner de l'étrange posture du prêtre, se détourne et revient porteuse d'un plateau sur lequel trois chopes de grès fin voisinent avec un flacon au col élancé.
Elle pose le tout sur une table proche du couple.


L'entrée du village, Arioh.
Veille à ce que chacun reçoive ce qui lui est nécessaire...


La femme nommée Arioh s'incline à nouveau, et sort de la maison.

L'autre s'approche alors de Fausto et de Lyana. Elle se penche vers le plateau, verse dans les trois chopes un liquide d'une étrange couleur bleue et chatoyante.


Installez-vous, et reposez-vous, enfants...
Aucun danger ne vous menace, ici.

Je suis Dellah, tous ici m'appellent Mère.

Elle repose le flacon, et envoie à Fausto un regard à la fois indulgent et amusé...

Et mes vieux genoux me font souffrir quand je te vois te tenir ainsi...
Fais-moi donc plaisir, et rassieds-toi auprès de ta compagne.


Le sourire adoucit le ton faussement bourru de la voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 6 Avr - 15:43

Moi qui pensait que cet étrange village était abandonné de toute vie... Bien fait ma grande la prochaine fois tu te hâtera pas de pensée hein

Je regarde la dénommée Dellah, puis Fausto qui s'agenouille c'est étrange elle semble le connaître ou du moins elle semblait attendre sa venue il y a déjà bien longtemps... J'examine la femme, elle ne semble pas agressive et nous souhaite même la bienvenue...

Un claquement de main, et une autre jeune femme arrive dans la pièce, elle s'incline devant nous, elle va chercher un plateau qu'elle dépose a coté de nous puis exécute les ordres de Dellah et s'en va aussi vite et discrètement qu'elle était arrivé..

Décidément de plus en plus bizarre... Je me relève du fauteuil dans lequel inconsciemment je m'étais affalé et d'une voix quelques peut gênée je m'adresse a Dellah.

-Bonjour Dellah... excusez moi bonjour et merci de nous accueillir mère... Excusez nous encore pour cette entrée quelques peut brusque mais Fausto n'allait vraiment pas bien et avait besoin de repos...

Je m'appelle Lyana et je suis enchantée de vous rencontrez...


Quelque peu timide je tends ma main dans sa direction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 45
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 6 Avr - 20:45

Ainsi que vous l'ordonnez, ma mère ! ...

Ma mère ? Voilà que je lui cause comme ursuline ... Méfie toi, Fausto, en cette île, l'hérésie te guette....

Je me redresse et m'assois, ainsi qu'elle me l'a ordonné. Je lis grand étonnement dans les yeux de la brunette...

J'accepte avec un murmure de remerciement la coupe que me tend la chambrière et, sans trop point me questionner les meningeoises, trempe mes lèvres dans le liquide céruléen.

Voila boisson bien douce au gargamel... trop peut être...

Je n'aurais point du revenir en cette citée, bel et bien le savais..Voilà ce que c'est de suivre mignonne garce....

Merci de votre hospitalité si librement accordée. Comment pouvons nous vous remercier de si chaleureux accueil ....

....

Mère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Ven 6 Avr - 22:17

Elle s'installe dans un fauteuil confortable, à peu près face à eux, et savoure une ou deux gorgées de la boisson bleue...

Me remercier...

Elle semble réfléchir à la question quelques instants...

Déjà, j'aimerais que vous cessiez tous deux de vous excuser à chacun de vos battements de coeur...
Cette maison est ouverte. Si elle est ouverte c'est que vous avez le droit d'y entrer. Ce droit vous appartient, tant que vous ne chercherez pas à forcer une porte fermée, comme il est accordé à chacun de ceux qui vivent ici...

Un peu bourrue, à nouveau, la voix... Mais toujours chaleureuse.

A présent j'aimerais savoir...

Toi, Homme-Distance, je te connais... De loin, oui, mais je te connais...
(elle lui sourit, brièvement)
Toi, Lyana... c'est bien ça ? Lyana. Tu viens d'arriver, n'est-ce pas ?
Veux-tu me raconter ton histoire ?
Votre histoire. Car tu n'es pas venue seule. Certains de tes compagnons entrent dans la ville en ce moment...
Alors, petite ?
Que vous est-il arrivé ?


Elle reprend une gorgée de la boisson bleue, croise confortablement les jambes, attendant la réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Sam 7 Avr - 15:28


Déjà, j'aimerais que vous cessiez tous deux de vous excuser à chacun de vos battements de coeur...


Lyana laissa s'afficher un sourire aux paroles de la vieille femme et porta un instant le verre a ses lèvres...
Toi, Lyana... c'est bien ça ? Lyana. Tu viens d'arriver, n'est-ce pas ?
Veux-tu me raconter ton histoire ?

Il s'était passé tellement de chose depuis sa fête d'anniversaire... Et voila qu'aujourd'hui ont lui demandait de raconter se qu'elle aurait préféré oubliée...


-Humm et bien voila de ça quelques jours, nous étions tous heureux a bord d'un magnifique bateau... Puis des choses bizarres ont commencer


Je baisse les yeux un instant pensant a se que j' avais vu sur le bateau.. la créature... et les tontons flingueur...

Enfin bref, le soir du nouvel an, nous étions tous en pleine soirée près a s'amuser quand le bateau commenca a tanguer... de plus en plus..


Je bu une gorgée encore de la boisson bleu


Enfin nous avons pour la plupart embarqué sur de petits canots, et accoster sur cette île en apercevant notre bateau sombrer... Voila le comment de notre arriver.. Mère


Je me tourne vers Fausto ma curiosité ayant hâte d'entendre ses réponse également...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 45
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Sam 7 Avr - 15:57

Dellah....

puisque vous nous présentez si bonne et benigne hospitalité, je ne vais point faire le chiche face et tout de go en profiter... Y aurait-il endroit en cette maison où je puise me rafraichir et décrotter quelques peu mes effets ?

Vous savez bien depuis combien de temps je suis là, vous m'avez aperçu, je gage, lors de mes précédents visites.... Mais c'est la première fois depuis longtemps que je peux ainsi me nettoyer tout à plein....

Mon histoire, Ma mère, je ne vous la conte pas, vous la connaissez... Et ma politesse m'empêche de vous interroger abruptement...
Mais il est possible qu'une fois en de meilleurs atours et parures, j'ose vous questionner... ah, questionner... Le mot est malheureux... Mais vous m'avez compris....


J'ose enfin un sourire, le coeur plus léger. Peut être est-ce raison de la boisson ou de l'atmosphère. mais je décide de poser, en cet endroit, pour un temps, mon fardeau.

Mais, avant toutes choses, ayant entre vous un amour fervent, car l’amour couvre une multitude de péchés ; étant hospitaliers les uns envers les autres, sans murmures. Suivant que chacun de vous a reçu quelque don de grâce, employez-le les uns pour les autres, comme bons dispensateurs* de la grâce variée de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Sam 7 Avr - 16:18

La vieille femme pose sa chope et se lève aussitôt.

Vieille idiote que je suis...
Pauvres petits trempés et transis, et moi je suis là à vous interroger.
Les questions peuvent attendre, ainsi que les histoires.

Elle fait signe à Fausto de la suivre, et va lui ouvrir une porte donnant sur une pièce voisine.


Là au bout tu trouveras la salle-de-pluie.
Et quelques vêtements propres si tu veux, dans l'armoire à côté de la porte.
Prends ton temps, et appelle si tu as besoin de quelque chose.


Elle le laisse s'y diriger seul, et revient vers Lyana, son fauteuil et sa chope de liqueur bleue. Elle se réinstalle avec un soupir, et reprend la conversation.

Un naufrage, dis-tu...
Un naufrage de plus...


Un instant de silence, comme elle se plonge dans ses pensées...

Etiez-vous nombreux ?
Que c'est-t-il passé, exactement ?


[pour Fausto, la porte est celle de "la pièce à côté" ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Sam 7 Avr - 23:40

Fausto se leve et suivant les indication de dellah se dirige vers la salle de bain... Je crois que quand il aura fini j'en ferai de meme... Je sens que le dos du fauteuil dans lequel je suis commence a etre humide...

Je bois encore une gorgee du liquide bleu, je ne sais pas vraiment se que c est mais ca n est pas mauvais et il s'avere que c'est rafraichissant...


Un naufrage, dis-tu...
Un naufrage de plus...


Un de plus mais comment ca un de plus... Je la regarde quelques peu surprise... j'ai envie d'en savoir plus et vu que la douche est prise pour le moment autant en profité pour lui demander...
Elle reprend la parole me questionnant sur notre nombre et la catastrophe...

Etiez-vous nombreux ?
Que c'est-t-il passé, exactement ?


-Nombreux.. Nous etions sur un navire de croisiere... donc oui nombreux mais seuls quelques uns ont eut... la chance...

Enfin la chance qu'est se que j'raconte moi... c'est deja devenu presque pire que le bateau sur cette ile...

d'echouer sur cette ile... Comme je vous l'ai dit nous etions tous pres a commencer de feter la nouvelle année... quand tout c'est prescipité... la coque de notre bateau c'est fisurée, l'eau s'est infiltrée... et le bateau a fini par sombrer...

Je porte ma main a ma tete, je me sens extrement fatiguée... mon ventre emmet un leger bruit... Faut dire j'commence a avoir serieusement faim.. mon reve en ce moment... manger, une bonne douche chaude et me reposer...

ouais bah la t'arrete de rever lyana c'est pas pret d'arriver... Je regarde Dellah et d'une voix douce je commence mes questions...


-Vous aviez l'air de dire que nous etions pas les premiers... pouvez vous m'en dire plus? et vous comment etes vous arriver ici.. Mere?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arioh
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 9
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 8 Avr - 21:15

La porte s'ouvre et Arioh entre, le pas tranquille.
Dellah se retourne vers elle.


Mère, je vous amène les Voyageurs...
Ils ont grand besoin de repos et de nourriture.
Et... il y a un Donneur parmi eux.

Et elle s'efface pour dégager le passage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 8 Avr - 21:19

Elle s'apprête à répondre à Lyana quand Arioh revient.
A ses mots, Dellah marque un temps d'immobilité. Puis elle se lève, souriant à Lyana.


Nous reprendrons cette conversation, petite.
Ainsi tes compagnons ont aussi trouvé le chemin.


Elle fait face à la porte, grande et droite, un sourire accueillant sur le visage. Et un éclair dans le regard. Curiosité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Dim 8 Avr - 22:41

Ca grimpe, ça grimpe, ça fout le tournis...

Je n'ai jamais vu d'arbres aussi grands, je n'ai jamais vu de voies aussi fragiles jetées sur du vide, ni de plate-formes sans parapet à des hauteurs pareilles... C'est à se demander comment elle a été construite, cette cité, certaines maisons sont un défi à la pesanteur, un défi au rationalisme, aussi, avec leur mélange improbable de primitif grossier et de luxe raffiné... J'ai vu à certaines fenêtres sans vitres des rideaux brodés de motifs délicats, j'ai vu des réservoirs suspendus et des canalisations de métal. Des questions, des questions, trop de questions, je finis par ne plus m'en poser, par me laisser aller, accepter, hypnotisée par le balancement des passerelles, par le bruit rythmé de nos pas...

Je flotte dangereusement sur une brume d'insouciance...
Que voulez-vous qui paraisse important, à côté du contact d'une main, chaude, forte, mâle, une main qui s'installe en propriétaire...
Nos hanches se touchent à chaque pas, j'ai chaud partout où il me touche, faim partout où il ne me touche pas... J'ai la tête qui vrombit comme un vieux moteur d'avion, et les pensées qui volent. Elles ont décollé quelques minutes plus tôt... Baiser volé, baiser repris ? Mais vole tant que tu veux, voler ce qui est offert, est-ce voler ? Voler ce qui est laissé, bien en évidence, là où ça brille, là où ça tente, est-ce que c'est volé ? C'est donné... Donné, repris, repris encore, pris et repris, tel est pris qui croyait prendre, et reprendre, c'est voler, et je vole... je vole...

Je vole... Vertige...

La maison est grande, haute, belle... Bois chaud, solide, rassurant comme un bras d'homme... J'ai la tête sur son épaule, posée, laissée... J'ai la fièvre qui me revient, qui me reprend, voleuse, elle me court dans le sang, elle palpite dans mon coeur et dans mon ventre, derrière mes yeux, là... La tête sur son épaule, elle ne devrait pas tourner, et pourtant, et pourtant, elle tourne... On en a brûlé pour moins que ça, sorciers et hérétiques, sorcière, sorcière, petite sorcière...

Corso... Je ne vais pas très bien...


Puis l'ombre.
Ca fait du bien.
Plus de mouvement, de balancement.
Plus de vide et de passerelles.
Des murs, un sol, stables, un abri.
Et devant nous, une vieille femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Lun 9 Avr - 1:03

On a grimpé et le spectacle délirant de cette citée vertigineuse laisse les naufragés surpris. Ils sont bien forcé de croire et d'espérer que leur hotesse et les habitants des arbres ne leurs veulent aucun mal. Corso comme les autres. Arioch l'a appelé "Donneur", un certain respect dans la voix promettant même du repos à ceux qui ont vécu cette expérience terrible. On avance en rang serré dans cette végétation luxuriante. Tous les naufragés derrière leur guide. Corso jette un coup d'oeil au vide sous ses pieds, rien qui l'impressionne. Mais les constructions défiant la gravité...

Rarement, notre marin ne s'est senti aussi troublé. il s'apercoit combien, il se laisse aller. Sa main marquée qu'il n'a repéré que parce qu'on la lui a foutu sous le nez, l'exemple le plus frappant. il ne saurait pourtant éviter la brulante émotion qui lui tord les tripes. Ni même simplement mettre tout ça sur le compte de la fatigue de l'expérience du talisman. Arioch peut bien connaître le secret du bijou, il n'est même pas en état d'être curieux alors prudent... Suivre.

Sibylle contre lui, chaude et souple sous ses doigts. Ce corps qui le frole pendant la marche, éveille des sensations qu'il n'a plus ni l'energie ni même l'envie de nier. Se laisser porter, naviguer à vue, sur cette vague trouble qui l'agite. Corso, corso, tu es englué comme une mouche dans le miel.

Je la sens contre moi, sa tête repose sur mon épaule. ses cheveux chatouillent ma barbe de trois jours, j'aime son odeur. Ma main, accrochée sur la rondeur de sa hanche, goute le satin de sa peau. J'ai comme des palpitations sous la pulpe des doigts, brûlant et electrique. Elle s'alanguit contre moi, j'en profite comme de juste pour rapprocher mon visage tout près du sien, sentir son souffle sur mes lèvres. Je murmure.

" Tout va bien ? Je crois qu'on arrive... "

On se trouve devant une grande batisse, faite de pignon étrange, et notre guide ouvre sa porte. Elle entre, on suit comme un brave troupeau. Sa présentation me fais froid dans le dos, un donneur... c'est comme ça qu'on va m'appelller maintenant ? Donneur de quoi ? et puis sans Sibylle, je n'aurais rien foutu ! je jette un coup d'oeil à la demoiselle que je ne veux plus lâcher. Elle n'a pas l'air en bonne état, fébrile, à bout de nerf et de fatigue. Son adorable visage est touchant, ses yeux noirs fixent le vague. Je le mordrais si j'en avais l'occas. En attendant, ma main glisse toujours plus bas sur sa hanche pour goûter les douceurs de sa peau.

Il faut bien se présenter,. Je me racle la gorge. Une vieille femme nous attend, comme sa fille, elle a le visage peint. Alliée ou ennemie, cette île...

" Bonjour, madame, nous sommes les derniers robinsons débarqués sur cette île. Mais, pour tout dire, on n'est pas en très bon état, merci pour l'accueil. Jusqu'à présent, c'est plutôt un cauchemard... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Lun 9 Avr - 15:16

Le nouveau petit couple vit dans sa bulle, c'est à peine s'ils posent les pieds par terre durant l'ascension. Ils planent. Dans une autre galaxie. Le coup de foudre. Pourvu que ça ne se transforme pas en coup de Trafalgar...le réveil serait difficile.
Ils ne le méritent pas.

L'ascension serait sans doute bien plus agréable si je pouvais encore ressentir les mille et unes odeurs qui doivent sans aucun doute orner les lieux. Oui, mais voilà. Je ne peux pas. Sans doute un délicat mélange d'embruns et de senteurs sylvestres tropicales...

Lavoisier, Céli. Lavoisier.

Notre guide nous emmène vers la plus grande des maisons de Robinsons, perchée en haute altitude. Un véritable parcours santé pour y parvenir. Mais c'est ce qu'il faut pour parvenir à la "Mère". La Mère...est-ce réellement une femme ? Papa m'avait dit que dans ses voyages, il avait vu des peuples adorant des animaux...qu'est-ce qui me prouve que leur "Mère" n'est pas un baobab ou un orang-outan, auquel ils voueraient un culte ? Notre guide a déjà l'air bien assez étrange comme ça...

Du calme. Lavoisier. On attend de voir, après seulement on s'énerve.

Nous entrons donc dans la maison.
Ouf. La Mère est humaine. Et vieille. Ses peintures faciales sont aussi originales que celles de notre guide.
Celà doit faire longtemps qu'elle vit sur l'Île...elle doit certainement savoir des choses. Ou en avoir entendu parler. En plus, à l'entendre parler, on peut supposer que c'est une mystique. Non pas qu'elle ait des pouvoirs, mais peut-être...peut-être un peu de la clairvoyance qui me fait défaut ?

Toujours est-il que si je veux lui parler, je dois attendre. Ici, le centre de l'attention, c'est Corso. Laissons-le dont tirer la couverture à lui, pour le moment. C'est vrai que ce qu'il a fait à Vince était assez extraordinaire.

Mais quand elle en aura fini, j'ose espérer qu'elle pourra m'accorder un peu de son temps...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Lun 9 Avr - 15:49

Un a un ils arrivent... Je les reconnais tout d'abord Sibylle, Corso puis Céli... Ils paraissent fatigués eux aussi... Je me lève de mon fauteuil, je les salue puis me tourne un instant vers celle qu'ils appellent mère...

-Dellah, oui nous en reparlerons plus tard...

Mère, j'aimerais beaucoup tout comme Fausto pouvoir me changer et utiliser votre salle de pluie...


Je pose mon verre sur la petite table après l'avoir vidé du reste de son contenant et attend quelques minutes la réponse de la vieille femme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dellah
Ancien
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 108
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Lun 9 Avr - 23:21

Elle les reçoit avec un sourire immobile, mais ses yeux courrent de l'un à l'autre, vivement. Elle fronce imperceptiblement les sourcils à la vue du regard circonspect de Céli, elle frôle sans s'y attarder les épaules effondrées de Sibylle. Son regard passe rapidement sur le groupe qui vient d'entrer, comme si elle les évaluait d'un coup d'oeil. Puis Corso parle et elle ramène sur lui son attention.

Aroh se dirige vers elle et lui parle rapidement à l'oreille. Elle l'écoute sans mot dire, puis s'incline cérémonieusement, comme Arioh quand elle les a accueillis, là en bas.


Bienvenue à vous. Cette maison vous rendra le repos dont vous avez grand besoin.

Il y a paraît-il des blessés parmi vos compagnons qui se sont abrités dans les maisons basses. Nous allons prendre soin d'eux.
Quoique... Arioh me dit qu'il y a un Donneur parmi vous, et je crois voir sur ta main, jeune homme, la marque du Oôg.


Elle s'incline à nouveau, le regard intense, face à Corso.

C'est un honneur immense pour nous...

Se redressant, elle semble noter la fatigue qui creuse ses yeux.

Le Oôg a-t-il exigé de toi récemment ? Tu sembles harassé...
Peut-être...


Elle s'interrompt, réfléchit un instant.

Si c'est le cas, jeune homme, peut-être est-il hasardeux de demander plus pour le moment... Le Oôg est parfois impitoyable.


Le geste qu'elle fait révèle le creux de sa main. Et la marque ancienne... La même marque. Sur son geste Arioh repart et quitte la maison.

Elle va aller à la recherche des blessés. Nous pouvons prendre soin d'eux dans un premier temps, si tu préfères attendre. Et pas d'héroïsme superflu. Nous savons ce qu'il en coûte d'abuser de ses forces avec cet objet.

Sa voix a repris le ton un peu bourru qu'elle avait vis-à-vis de Fausto. Elle scrute le visage de Corso, y cherche les traces de fatigue, de faiblesse.

Sans attendre sa réponse, elle reporte son attention sur les autres, et le sourire revient infléchir ses rides.


Disposez de cette maison comme vous l'entendez. La pièce voisine est remplie de coussins et de couvertures, et la salle-de-pluie est à votre disposition.

Pour toi aussi, petite, évidemment...


La dernière remarque s'adressait à Lyana.

Cette maison est la maison des hôtes.
Un en-cas attendra votre bon plaisir de ce côté...

Quand vous serez délassés, nous pourrons parler...
Vous devez avoir beaucoup de questions... Et j'en ai quelques unes aussi...


Cette fois, c'était Corso qu'elle fixait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Mar 10 Avr - 1:22

La femme, visage sans age et peintures bariolés, nous propose l'accueil. On devrait tous sauter au plafond normalement, mais après toutes nos péripéties, on reste sur notre réserve. Je cherche des yeux la marmite où on doit tous finir, mais, comme je ne vois rien, je me détends un peu. Un peu ! Contre moi, Sibylle ne pèse pas bien lourd, j'ai bien l'impression que si ma main ne retenait pas sa taille chaude, elle s'effondrerait, la pauvre. Et je ne suis pas tellement mieux. Naufrage, malnutrtion, manque de sommeil, le sauvetage de Vince, beaucoup même pour un breton buté.

voilà notre hôte qui me prends à parti. si je savais de quoi, elle parle. " La marque de Oôg ", mes yeux se fixent sur elle, elle me regarde comme si j'y comprenais quelque chose. Bon, mettons que le bijou a un réel pouvoir, et qu'il m'a marqué comme du bétail. Autant pas avoir l'air trop con. Je la salue un peu à sa façon en signe de reconnaissance. Mais, c'est pas facile parce que je dois tenir la douce Sibylle en même temps.

" La marque du Oôg... Cela s'appelle comme ça ? On a fait ce qu'on a pu pour sauver un naufragé. Et cela n'a pas été... Facile."

Un honneur immense me voilà bien, pourtant, ses yeux me fixent toujours avec une étrange complicité. Je cherche dans mes compagnons un brin de soutien, mais Celi semble ronger son frein en retrait, quand à Lyana, elle rêve de se détendre, on la comprend... J'évite surtout de cherche les yeux de la petite sorcière pendu à mon bras, j'y perdrais surement mon language. Bref, je n'y couperais pas.

" Je ne crois pas me sentir en état pour une deuxième séance de "Oôg" madame. On a pas mal souffert déjà. Je ne suis même pas sur de rejouer avec un jour, si vous voyez ce que je veux dire. "

Putain, là voilà qui dévoile la paume de sa main. Le marin se crispe. elle porte la même marque que lui. Les yeux de Corso virent à au gris acier, dangereux. Des questions se pressent, mais sa gorge est douloureuse. Le marin tient de plus en plus difficilement debout. Seul sa volonté lui permet de tenir contre lui la demoiselle brune. Il n'est pas en état ni de réfléchir ni de parler de tout ça. Il n'aime pas l'idée d'être marqué, de ne pas avoir son mot à dire dans tout ce micmac, garder son libre arbitre... Ca tourne à l'intérieur de son crâne.

Sa voix est tendue, rocailleuse, quand, il répond à l'invitation de leur hotesse. Pourtant, il ne cache pas la chaleur que leur ouvre cette offre dans le cauchemard qu'ils vivent depuis qu'ils ont foutu un pied naufrageux dans cette contrée.

" Merci pour tout. On tient à peine debout, madame. Il ne fait aucun doute que nous allons devoir parler. "

Quoi que cet aveu lui coûte, il deteste se sentir dépendant incapable de rien comprendre, il sait qu'elle détient trop de réponses. quant à ses questions à elle, et bien tout ceci est comme tout marché, donnant, donnant.

Corso a mis ses dernière forces pour soutenir le regard de cette mystérieuse vieille femme. Il se détourne et tombe droit dans les yeux noirs et et brillants de Sibylle. Son visage marquée par la fatgiue n'en reste pas moins envoutant. Il faut toute sa volonté au marin pour ne pas retourner mordre aux fruits défendus de ses lèvres, sans vergogne devant tout le monde... Lyana vise la douche, on dirait bien que Celi attend patiemment que toute cette discussion se termine. Le Corso leur jette un sourire crispé.

" Mon royaume pour un plumard ! "

Décidément, il ne lachera pas la pauvre Sibylle, fermement contre lui. Le sourire du marin devient flou quand il s'adresse à elle. Il n'a jamais rien senti de pareil et son visage émacié est marqué par ce trouble.

" On va te trouver un petit coin tranquille, mademoiselle, t'as l'air encore plus vannée que moi. La dame a dit qu'on pourrait se reposer là-bas. "


Dernière édition par le Mar 10 Avr - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duchesse Iris De Loncourt
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 138
Age : 35
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Mar 10 Avr - 9:40

"Je veux une cabane dans un arbre!"

"Non!"

"Papa, je veux!"

"Non, c'est pour les garçons, pas pour les Duchesses!!!"


Caprice de gamine, un des rares que l'on m'ait refusé. Et me voilà sur l'île au trésor où les arbres semblent pousser avec des cabanes dans les branches. Des passerelles, des ponts suspendus… Youhouhou!

Plongée dans sa contemplation de la cité perchée, Iris se laisse une fois de plus semer par le groupe de naufragé. Le temps que ses pensées reprennent un cours normal, elle se retrouve seule au milieu des troncs gigantesques.

Elle tape du pied, pousse un soupir digne d'une tempête et se dirige vers la direction présumée des autres. Levant les yeux, elle capte un mouvement sur l'un des accès.

Trouvé! C'est vous les chats!

La Duchesse secoue violemment la tête, comme pour chasser les pensées inopportunes et se dirige au pas de course vers l'allée suspendue. Sautillant comme une enfant, elle gravit le chemin en toute insouciance.

Un instant, elle s'arrête, se penche au dessus du vide, ses longs cheveux blonds formant comme une pluie d'or. Elle rit de ce rire sans son qui est devenu le sien, se redresse, avançant à l'extrême bord de la passerelle dans un numéro de funambule plus qu'aproximatif.

Elle est au paradis…

C'est presque boudeuse qu'elle découvre une porte fermée lui coupant la voie. Elle aurait pu continuer longtemps ainsi. Elle pousse doucement le battant, et passe sa tête par l'entrebâillement… que du beau monde!

Tiens y a une autre Hippie allumée maquillée au rouleau à peinture!


Iris se faufile derrière la porte et la referme discrètement. Se faisant aussi discrète qu'une petite souris, elle se dirige derrière le groupe, prenant soin de ne pas se faire remarquer. L'hôtesse parle, parle… sans rien dire… Elle soulève des questions sans y répondre. Le marin semble y comprendre quelque chose, mais vu les têtes éberluées des autres, c'est le seul.

Un mot attire son attention… salle de pluie? Une douche! Une douche! Prems!

Il faut à Iris toute la digne maîtrise de son être, développée pendant toutes ses années lors des soirées et diverses garden Party, pour ne pas se ruer comme un cheval fou vers la salle de bain présumé.

Mais au premier qui bouge…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Mar 10 Avr - 11:40

Peu a peu la maison se rempli, ils paraissent tous exténués et je ne les comprend que trop...

Dellah me signale que l'ont peu disposé de la maison comme bon nous semble...

Je me dirige donc vers la salle de pluie, mais une question me hante malgré tout... je ne comprend pas cet histoire de donneur... Fausto aussi en sait plus qu'il n'y parait...


[hrp: allez une bonne douche :p ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duchesse Iris De Loncourt
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 138
Age : 35
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Mar 10 Avr - 13:46

1… 2… 3… Soleil! Toi, la miss! T'as bougé!

Mais elle essaye de me doubler?! Bonzaï!

Foi de Duchesse je veux cette douche… et je l'aurais!


Rentrant la tête dans les épaules, la Duchesse prend son élan et s'élance en direction de la porte indiquée par l'hôtesse. Petits bras, mais coudes pointus, elle se fraye tant bien que mal un chemin, bousculant sans vergogne les personnes qui se trouvent sur son passage.

Elle se sent pousser des ailes… Une douche! Enfin!!!

[Direction La douche!!!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 45
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: La grande maison   Mar 10 Avr - 14:21

Quittant la blonde dénudée et ses tétons plein de morgue, je me dirige vers le groupe de nouvels arrivants.

A le envisager, je me sens presqu'heureux de les revoir, du moins certains d'entre eux. Un sourire à Céli, un signe de tête à l'homme au gourdin. Mais point ne pourrais rester en leur compagnie, combien que j'en aurais envie car trop de moi ils se méfient. Avec raison....

Ma mère, bien le merci de votre hospitalité. Un corps rafraichi, quelque nouvelle parure proprette et me voilà comme au réveil. Je gage fort que vos invités auront grande envie d'en profiter.
Comment peux-je vous remercier de tous ses bienfaits ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande maison   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande maison
Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» GM d'Izard
» Tourne la Grande Ourse, tourne la Petite Ourse (PV Justin)
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» Maison de Nara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île :: La Cité des Mondes anciens-
Sauter vers: