Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 Le lagon

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
MJ
Contre toute attente
avatar

Masculin Nombre de messages : 2180
Age : 512
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Le lagon   Jeu 22 Mar - 11:54

Sibylle est en vie.
Peut-être est-elle différente ?
Peu importe.

Ne fuyez pas cet endroit…
Allons revenez et entrez.
Observez.
Deux directions.
A vous de choisir.




Allons Monsieur Mike… Un peu de courage !

A gauche…
Derrière la porte.
Une pièce.




A droite…
Au bout du couloir.
Une autre pièce.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 51
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Jeu 22 Mar - 15:02

On est rentré comme dans dans la chanson du petit cheval blanc. Tous derrière et lui devant. Normal, c'est Mike qui tienT le flingue. D'un coup de coude, je claque la porte contre le mur et je m'addose à elle, histoire d'avoir une vue imprenable sur le paysage et de ne pas me faire surprendre. D'un signe de tête, je fais comprendre à Mike que je partage férocement son avis à propos du gardien des âmes perdues et que si, il fait mine de moufter, je compte bien l'allonger pour le compte. Mon baton est taillé comme un pieuxx à vampire d'un côté et de l'autre, c'est casse crane, modèle homme des cavernes. c'est pas suffisant pour la créature qui crèche ici, mais, largement pour le jésuite en culotte de velours qui semble si bien au courant de tout.

Corso découvre un décors tout aussi halluciné que l'extérieur de la cabane. On dirait l'antre du Capitaine Némo, tout droit sorti d'un roman, de Jules Vernes. Sur le sol, le marin remarque le corps endormi de Sibylle, visage reposé. Pas de panique, sa poitrine se soulève au rythme de sa respiration. Le marin esquisse un sourire amusé quand Mike soulève la jeune femme dans ses bras. C'est une spécialité du porte flingue. depuis quelques heures que les naufragés se sont rencontrés, Mike ne peut s'empêcher de prendre quelqu'un dans ses bras, son côté gros nounours surement.

Les yeux de Corso se fixent sur la scène, il n'aime pas que Mike ait rangé son flingue. Il jette un coup d'oeil derrière lui avant de se saisir de la crosse qui dépasse. Et de sentir le poids rassurant de l'arme dans ses mains.

" Tu permets, Mike ? La créature qui a enlevé notre égarée est pas du genre marrante, et Le Jésuite à langue pendue me fait froid dans le dos. "

tout à l'heure, les yeux de Corso étaient noirs sur la plage. Ils ont viré au gris acier quand la colère dansait dans son regard. A présent, il est intrigué, et ils prennent une teinte d'or liquide surprenante. Il s'avance dans la pîèce et fouille du regard les deux ouvertures. Corso se dirige vers l'ouverture, une espèce de salon bibliothèque. Un bureau, de la paperasse, une chaise renversée, une étagère de livre. Corso jette un oeil à tout ce foutoir, survolant les parchemins, les titres des livres, les fioles et les bibelots...

Qu'est-ce que tu cherches, corso ? Rien de particulier, je n'oublie pas que nous sommes naufragés et pas sortis de l'auberge, je cherche quelque chose d'utile et comprendre qui habite ici. Mais, en réalité, ce qui m'attire le plus, c'est le coffre à côté de la petite bibliothèque. Comme tout bon pirate, corso ne peut jamais s'empêcher d'ouvrir les coffres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Jeu 22 Mar - 15:46

Hop, allez un dernier effort pis on y est ... Ha, bon, ben, ca fait du bien un peu d’exercices ... A peine le pied posé, je ne peux m’empêcher de m’extasier devant ce paysage bien étrange ... Tellement irréel et pourtant ...

Je suis toujours suspendu au bras du Père, lorsque je vois La jeune femme étendue sur le sol, elle est emmaillotée dans une espèce d’habit blanc ... Un Linceul ? Je ne crois elle à l’air en vie ...

Que voulait-on lui faire ? Une âme en peine qui recherche réconfort ? Une offrande, tout ce la est tellement mystérieux, que je n’arrive pas à ordonnée mes pensées ...

Corso fait allusion ... Je ne sais pas si il à eu bien fait, quoique ... Il faudra bien qu’on arrive à situer ... Le Père doit bien se douter que nous ne venons pas forcément de la même époque ...

Devant ce pont, l’on attend, évidemment le Monsieur au costume passe en avant suivi de son Fidèle si l’on peut dire ... Il prend la jeune fille ...

Je lâche alors le bras semi-protecteur du Prêtre pour m’avancer vers eux ... Vers ce spectacle stupéfiant ...

Nous faisons face à présent devant deux issue ... La Gauche la partie gauche, cette porte, elle semble m’appeler ... Je m’avance gentiment vers elle ... Les autre semblent se diriger vers l’issue de droite ...

Je me retourne même pas ... je suis presque guidée vers cet infrastructure ... Pourtant j’hésite, devant moi, cette porte ... Je n’ai rien pour me défendre si j’y entre ... Si quelque chose m’attends je suis proie facile, mais Qu’importe, je veux voir l’intérieur, ma Destinée ma poussée jusque là, et je vais suivre le reste du chemin, qu’elle me trace avec gentillesse.

Je pose ma main sur la poignée, et avec hésitation j’ouvre la porte d'un geste brusque ... Mais n’entre pas, pas encore ...

Je ne distingue pas grand-chose, d’où je suis ... Il fait si sombre ici ... L’air et frais ... Humide ... Je vois juste une table au milieu de cette pièce ... il y a quelque chose dessus.. Mais à gauche de cette table, il y a des caisson, contenant visiblement des plantes.. Des Plantes.. Comme si on faisait maintes expériences avec ou recherches diverses..

Beaucoup de végétaux ... On dirait presque une de ces veilles pharmacie, ou à l’époque les pharmaciens concoctait eux-mêmes les potions de soins.. Et prenaient plaisir à mélanger toutes sortes de plantes aux vertus médicinal qu’il disaient..

Je préfère ne pas pénétrer à l’intérieur seul, je me retourne alors vers les autres, puis les appelle ...

Hey venez ici mon Père, Lyana, il y a beaucoup de plantes en fait.. Des choses étranges sont ici.. Je crois que vous devriez peut-être venir me rejoindre, et regarder par vous-même ... Je préfère vous attendre avant d’entrer quand même ...

Franchement, je me demande bien ce qu’on va découvrir ici ... C’est Si Illusoire ... Je m’attends à tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Jeu 22 Mar - 16:34

Il a récupéré mon flingo. C’est pas que je sois spécialement possessif, mais je n’aime pas vraiment voir un calibre de cette envergure entre les mains de quelqu’un dont je ne connais pas les intentions. Il est quand même plus ou moins rassurant de savoir que quelqu’un pourra assurer un tir de DCA en cas de besoin, quitte à ce qu’il se brise le poignet sous le recul du premier coup de feu.

La pièce donne sur deux autres alcôves et si en temps normal, j’aurais exploré attentivement ce lieu étrange, présentement, là, pour le coup, j’ai d’autres chats à fouetter. La nymphette que je trimbale, va bien falloir que je la range quelque part… Et ça ne résout pas le problème du type qui prétend mettre en danger le groupe. Faut pas oublier les fondamentaux : tuer le danger dans l’œuf. Je laisse entrer les trois autres gugusses dans la maisonnette.

J’ai pas l’air d’un clampin, là, tout droit dans mon costar crevé avec une nonnette dans les bras ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Jeu 22 Mar - 18:44

Je tiens le bras droit que Fausto m'as tendu... Je trouve cela amusant... Nous arrivont enfin la ou il souhaitait nous mener...

Bizarre et magnifique sont les deux mots qui viennent a mon esprit... Ce cadre est magnifique... ireel meme... C'est pas possible je dois rever...

Puis il indique que nous devons franchir le pont... Ceci est donc bien reel... Corso a pas la patience d'attendre apparement et viens defoncer la porte... Mike le suit et nous arrivons a leur suite...

Une femme... Non la femme brune de la passerelle... On l'as deja vu... Enfin pour ma part... Que lui est il arrivée... Comment le pretre a pu savoir...

Les deux hommes semblent avoir trouver ce qu'il recherchait... c'etait donc elle..
J'entend Rayana elle est devant une des portes et appelle le pretre et moi..
Hey venez ici mon Père, Lyana, il y a beaucoup de plantes en fait.. Des choses étranges sont ici.. Je crois que vous devriez peut-être venir me rejoindre, et regarder par vous-même ... Je préfère vous attendre avant d’entrer quand même ...

Je m'empresse de la rejoindre lachant le bras de fausto en meme temps...


-Rayana mais de quoi parles...


Mon regard se porte sur la piece que regarde mon amie... on dirait que la jungle a commencer petit a petit a s'immiser dans cette piece.. C'est magnifique mais je ne sais pourquoi cela me fait frissonnée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 46
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Jeu 22 Mar - 19:24

Grand emeuvement je ressentis alors....

En prime vint le galimatias du croquant discourtois. Sur le moment, je songeais a quelque plaisanterie de fol ou a quelque batellerie afin de provoquer en moi doute et émotion.
En bref, j'aurais été sans le cuider aucunement mais un coup d'oeil aux deux jeunettes me démontra fort à propos que si fol le cuistre était, elles l'étaient tout autant.... XXIème siècle ??? Quelle falacerie était-ce la ?

Par mal heur, je n'eus point le temps de creuser plus avant cette étrange déclaration car les ruffians, comme de bien entendu, se jetèrent sur la porte de la maisonnette et y découvrirent corps inanimé mais vivant et indubitablement féminin.

La frimousse de la gueuse ne me parla point mais je crus entendre qu'il s'agissait de la bachellette enlevée par le démon....

Je saisis alors les regards soupçonneux des soldats...
J'arrive parmi eux suivi d'un démon...
A point nommé je retrouve sa victime...

Qu'ils s'émeuvent.... Qu'ils craignent, ces méchants. Que la colère de Dieu s'abatte sur les impies....
Il faut qu'ils soient bien mauvais en leur âme et conscience pour qu'à peine arrivés les légions de l'enfer s'attaquent à eux.... J'ai, pour ma part, survécu sans friponnerie durant un an, protégé par l'Esprit sain...

Je les sens prêt à la chamaille et au combat. Mais point de peur ne ressens. Je n'ai point survécu au Diable pour souffrir de deux gueux, même armés de gourdin et de mousquet.

XXIeme siècle ?
Indemne du Démon ?

Et le septième ange sonna de la trompette : et il y eut dans le ciel de grandes voix, disant : Le royaume du monde de notre Seigneur et de son Christ est venu, et il régnera aux siècles des siècles.

Des réponses il me faut. Point ne peux pour le moment parler aux deux méfiants. Comme ailleurs et fort songeur, sans ouir ce que me causent les femmes, je pénètre dans la pièce aux plantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 37
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Jeu 22 Mar - 20:26

Des bruits, des voix, comme dans un rêve...
Je rêve...
Je flotte donc je rêve, forcément...
Je rêve que je nage sans bouger, et que l'eau est chaude...
Je rêve que je regarde le soleil à travers la surface qui bouge, et que c'est tellement beau que je souris... Du vert transparent, chatoyant...
Des ombres passent.
Des ombres qui parlent...
Et moi je continue à flotter dans le chaud, emportée par un battement imperceptible.

Je soupire, et je souris, je suis tellement bien...

Je soupire de l'air.
Tiens, étrange.
De l'air ?
Quel rêve insensé... Je ne comprends pas très bien...
La lumière est toujours verte et mouvante sous mes paupières closes.
Mais je ne suis pas dans l'eau.
Et je ne rêve pas.
Je flotte mais pas dans l'eau.
On me porte.
Quelqu'un me porte.
Quelqu'un dont je sens les battements de coeur contre ma joue. Mais de qui je ne perçois rien.
Des voix, hommes, femmes.
Et je ne perçois rien.
A les entendre ils semblent assez tendus, énervés, excités même.
Et je ne perçois rien, rien.
C'est anormal.
C'est inespéré.
Je ris.
Enfin, je ris presque.
Un tout petit mouvement, et un petit son comme un piaulement de chiot.

J'entrouvre les yeux.
La lumière est verte, et mouvante. Magnifique. Comme dans le rêve, mais ce n'était pas un rêve.
Si je n'étais pas aussi molle qu'un chiffon, aussi faible qu'une méduse échouée sur la plage, je crois que je danserais dans la lumière verte.
Seule en moi.
Je ne sais pas si je peux y croire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Ven 23 Mar - 0:17

Un miaulement à peine perceptible. La souris se réveille entre mes bras. Je la pensais morte, ou dans un coma profond. Il semble qu’il n’en soit rien. Tant mieux. Je n’ai jamais aimé le rôle du croque-mort. Et ce serait un peu gâcher la marchandise que de mettre au vide-ordure cette petite chose fragile. Elle a l’air bien jetée, mais il n’en reste pas moi qu’elle a un côté émouvant. Ce petit bruit est sorti d’elle comme si elle était en train de dormir. J’ai déjà vu de jeunes animaux revivre ainsi au creux de leur sommeil des longues chasses réjouissantes, battant l’air de leurs pattes.

Deux fentes se dessinent sur ses yeux clos. Ses paupières coulissent légèrement et la lumière glauque des lieux baigne doucement son regard. Je réajuste sa position pour qu’elle reste bien calée, en chien de fusil et qu’elle n’aille pas briser sa tête menue sur le seuil de la porte. Voilà un paquet qui n’est pas si désagréable que cela à porter.

Grmbllmgrl… ça suffit oui ?! Je ne vais pas commencer à m’attendrir alors que j’ai pas mal de pain sur la planche. Une île à sécuriser, un gamin à sauver, une minette à lui enlever des pattes, et trouver un moyen de se carapater d’ici.

Et puis, tant qu’à faire si je pouvais faire en sorte que celle-ci s’en sorte pas trop mal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Ven 23 Mar - 3:44

Le Prêtre est dans ses songes, il ne prête guère attention à mes dires ..Lyana m’a déjà rejointe elle se pose tant de questions également ... Il nous passe devant et pénètre dans la pièce ...

D’un pas peu rassurant, j’y entre également ... Toutes ces plantes ... Et cette odeur ... Mais que peuvent bien fabriquer les habitants de cette maisonnette ...

Pourquoi cette femme gisait au milieu du chemin, ça devient de plus en plus louche ... Le pire c’est qu’aucune explication nous risquons d’avoir ... Mais cela ne m’empêche pas d’avancer vers cette table ! Tout est très bien rangé ... Ordonné ...

De l’autre côté, je ne sais pas ce qu’a trouvé l’Homme qui nous accompagne ... C’est certainement aussi étrange que ce que je découvre à l’instant !

Sur ma droite, il y a une espèce de roue.. Mais je n’arrive pas à définir à quoi elle peut bien servir.. En face e moi.. je vois un appareil ressemblant énormément à un microscope ... ou quelque chose y ressemblant.. Des livres sont installés sur le rebord de la table..

Lyana t’as vu ça ? On dirait un laboratoire de recherche ... Toutes ces plantes, je n’en connais pas la moitié ... Juste celle là, qui ressemble à s’y méprendre à du cannabis..

J'y fait un signe de la tête en direction de la plante qui se trouve sur la table.

Franchement, là, je suis perdue.. Que viennent faire ces maisons ici.. on dirait qu’on nage dans un rêve..

Ces bouquins ils m’attirent, mais je n’ose pas les ouvrir, si ça se trouve ... ça va pas être écrit dans notre langue ...

Je me retourne alors vers Le Père ... Toujours songeur il est ... Sait-il ce qui se passe ici ? Je le laisse observer, et attends, si il s’approche, je lui montrerai ces livres se prélassant sur cette table en bois ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 46
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Ven 23 Mar - 9:42

Me sortant de ma songerie, je saisis brusquement, quoique sans méchanceté aucune, le poignet de la jeune brune :

Je vous en prie, ma mie, pour l'amour du dieu de miséricorde, apportez moi franche réponse, sans ambage et sans fallacerie aucune : en quelle année sommes nous ? de quelle partie du monde venez vous donc, avec votre étrange parladure et vos oripaux multicolore ? Il me faut savoir !

Par l'embrasure, je vois la pastourelle inconsciente qui doucement remue sur le dos du cavalier. Elle aussi a été épargnée par le démon. Pour l'instant, les guillaumes au col roide m'empêche de la questionner à loisir...

Et cette senteur entêtante des plantes me provoque quelque dol aux méninges...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 51
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Ven 23 Mar - 11:58

Le desert eagle dans ma main pèse un poids rassurant. D'ordinaire, je trouve ce genre de flingue trop gros et inutile. Sur un bateau, tu as autant de chance d'emporter la tronche de tes potes que de toucher un adversaire avec une pétoire pareil. Et puis comme toute les grosses mécaniques, c'est fragile, je préfère encore un bon vieux calibre 38 de chez S and W, avec un revolver ut ne te fais pas arracher le bras. Enfin, faute de grives, on croque des merles, et je vais pas me plaindre !

Je regrette un peu d'avoir abandonné les deux demoiselles au jésuite de ces dames. Le serpent prometteur des milles enfers est à peu près aussi sympathique et rassurant qu'un croque mort le jour de votre enterrement. Mais, je ne suis qu'un vieux loup de mer et l'attrait d'un coffre qui s'ouvre sous vos doigts révélant son ventre rebondi de vieux doublons espagnols ou d'émeraudes chatoyantes, Corso n'a jamais su y résister.

Le coffre n'a pas résister sous la pression de la main du marin aux yeux changeant. Le coeur qui palpite, il découvre... Des tissus, des vêtements !!! Le sourire se referme comme une huitre, vachte de trésor, Corso espérait sur le coup quelques chose de bien plus fantasmatique. Accroupi au dessus du coffre, il s'interroge. Les vêtements sont bien pliés, bien rangés, un pantalon de lin écrue, un haut à bretelles, et un joli petit triangle de coton qui doit servir ordinairement de culotte. Du bout des doigts, il fait valser le morceau de tissus sous ses yeux comme pour y puiser l'inspiration.

Pour un kidnappeur, la chose se comporte trop civilement. Les fringues pliées et rangées, la jeune fille endormie dans un drap. Ca ne ressemble pas vraiment au monstre qui s'est jeté sur Sibylle sur la plage. A moins que la créature ait décidé de lui jouer à la belle et la bête, je ne trouve pas ça de toute façon beaucoup plus rassurant. Si on est bien chez lui, il risque de ne pas tarder à nous faire un come back et je n'ai pas vraiment envie de savoir ce qu'il veut à notre belle évanouie. J'ai un instant la gorge sèche en songeant que y en a qui ont du bol, puisque mister big pattoune porte une demoiselle nue dans un drap blanc.

Les yeux de Corso retournent sur la petite culotte qui valse sous ses doigts. Inconscient de son geste, perdu dans ses supputations, il porte à ses narines l'objet du délit un bref instant. Comme disait l'autre, on dirait qu'elle est dans la pièce à côté ! (hrp : Désolé Sibylle, j'ai eu bô résister !^^)

Corso fouille le fond du coffre, un grand drap dans une matière inconnue qui ressemble à rien de chez les terriens. Et tout au fond, un objet metallique fait de volutes et de vrilles, large comme sa main et qui accroche mille reflets. Mais ceci, Corso le garde pour lui, du moins pour l'instant. il le planque au fond de sa poche et se redresse.

J'embarque le tout, et je fais un tour de ce bureau sorti d'un roman de mon enfance. Les livres, les parchemins même, sont dans des matières que je ne saurais reconnaître. L'écriture ? Touches-toi, mon ami marin, ton érudition s'arrête à ces signes étranges que tu n'as jamais vu. Cela pourrait aussi bien être de l'énochéen. Je prend un livre au hasard sur le bureau. Les objets sont tous plus étranges les uns que les autres. J'y trouverais quelque chose d'utile ?

Dépêchons, dépêchons Corso, c'est pas une ballade de santé. Je sorts, dans la première pièce, à mi chemin entre Mike sur le pas de la porte et le groupe du jésuitique. J'ai uen bonne vision de la chose. Tiens, on dirait que la belle aux bois dormant sort de sa léthargie. Vais-je lui rendre ses vêtements ?

" Il serait temps de décaniller là ! Si le propiétaire revient, je suis pas sur qu'il soit content de nous rencontrer. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 37
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Ven 23 Mar - 16:00

J'ai les yeux qui clignotent...
Dans ma tête ça clignote un peu aussi, d'ailleurs.
J'ai du mal à soutenir la clarté qui entre par la porte, et qui se reflète sur du blanc tout près. Je plisse les yeux, je fronce un peu des sourcils...
Je me sens comme un chaton nouveau-né qu'on aurait renoncé à noyer, totalement impuissante et un peu miraculée sur les bords...

Une voix, là-bas derrière, inconnue... Une question, anxieuse...
Et je ne ressens pas l'anxiété.
C'est vraiment très étrange.

Et une autre voix, toute proche celle-là.
Celle-là, elle me dit quelque chose, mais ça m'échappe...
Qui sont ces gens ?
Et puis où est-ce que je suis, moi ?
Dans les bras de qui, pour commencer ?
Ces bras muets...
Le grand type... Celui qui parle peu et enferme ses sens.
Je ne ressens même pas le petit peu qui émanait de lui, avant.

Et puis, qu'est-ce que ça veut dire, "avant" ?

Je rouvre les yeux, malgré la lumière, et je lève un peu la tête.
C'est bien ce grand type brun. Monsieur Mike.

Et il y avait la femme aux cheveux tressés.
Et la morte.
Et le blond et sa compagne.
Le naufragé et son épuisement.
Tous.
Tous leurs visages reviennent à ma mémoire...
Et leurs expressions, au moment où le bateau coulait.
Et leurs airs égarés.
Mes mains dans le sable.
Kheira et sa souffrance.
Diego.
La plage.

Mais je ne suis plus sur la plage.
Je suis dans une maison verte, emballée dans un drap blanc doux comme un duvet de poussin, je suis molle comme une chiffe, dans les bras d'un type avec qui j'ai échangé trois mots à peine, et je ne ressens plus les autres....
J'ai peur, je ne comprends pas...
Qu'est-ce qui s'est passé ?...
Où je suis ?

Tiens... J'ai parlé tout haut.
Si on peut appeler ça parler...
J'ai pensé très fort, mais ce petit murmure indisctinct, c'est tout ce que j'ai réussi à sortir.
La gorge sèche, nouée, et cette douleur sourde dans la nuque...

J'ai soif...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Ven 23 Mar - 19:16

J'allais rentrée dans la piece pour suivre Rayana quand le pretre m'attrapa le poignet...
Je me retourne vers lui il parait souscieux et commence a m'interoger...

Je vous en prie, ma mie, pour l'amour du dieu de miséricorde, apportez moi franche réponse, sans ambage et sans fallacerie aucune : en quelle année sommes nous ? de quelle partie du monde venez vous donc, avec votre étrange parladure et vos oripaux multicolore ? Il me faut savoir !

Rayana m'apelle de l'autre coté.. Lyana t’as vu ça ? On dirait un laboratoire de recherche ... Toutes ces plantes, je n’en connais pas la moitié ... Juste celle là, qui ressemble à s’y méprendre à du cannabis..


- Pas maintenant Rayana... Je dois parler a fausto..


Je me sens mal... J'avais remarquer qu'on etait pas de la meme epoque je voulais pas qu'il soit plonger trop brusquement dans la notre... Si l'autre mec avait fermer son bec... Bon plus le choix il me faut lui repondre sans detour...

- Fausto... Nous sommes en l'an 2000... Je viens pour ma part d'europe.. Irlande est le pays ou je vis...
Nos vetements ne sont pas etrange... mais vous... Vous mon cher... vous venez d'un autre temps... en quelle année etes vous?


Je ne sais pas comment il va prendre mes dires... Je le regarde essaie d'accrocher son regard pour qu'il me dise qu'il a digeré l'information...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Sam 24 Mar - 0:54

Ca traîne là. Les filles papotent avec leur nouvel ami le curaillon et corso tripatouille un vieux mouchoir sale trouvé dans un coffre. Tu parles d’une équipe de soutien, la prochaine fois, je demanderai à un commando de pingouins paralytiques, ça sera plus efficace. Ha, Corso finit par se bouger et prendre conscience qu’il faut lever les voiles. C’est pas trop tôt mon p’tit père, mais j’ai plus de parapluie en plomb en cas de coup dur, va falloir que tu assures un cachou là, si le ravisseur repointe le bout de son nez.
« Monsieur Corso, je pense qu’il serait bon que preniez les devants pour vous assurer de la sureté des lieux. Malgré le poids plume de cette jeune fille, il n’est pas dit que je puisse garantir la pérénité de chacun avec elle dans mes bras. »
Et la môme qui s’agite et se réveille. De l’eau, ça y est ma panoplie de larbin réveille les instincts de madame.

« Veuillez patienter, madame. Nous faisons tout ce qui est possible pour écourter votre attente. Mais il nous faut tout d’abord quitter les lieux. »

Je sors de la baraque en peau de poisson. Ca commençait à être oppressant l’ambiance Captain Nemo. Le drap blanc glisse légèrement de la demoiselle, mais suffisamment pour qu’en le remettant en place, je m’aperçoive qu’elle ne porte rien dessous. Qu’est-ce que c’est que cette histoire… Une partie fine sous le soleil des tropiques ou un ban d’essai pour le bon docteur Mengélé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 46
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Sam 24 Mar - 10:04

Elle ne ment point.... De cela je suis pour l'heure certain. A confesser les gens, on acquiert grande pratique...
Je songe un moment à les penser fols et la tête creuse mais leur patois...leurs pourpoints et cotillons... la pistole du reitre, les canots...

2000.... 1590.... 400 années !!! Sainte Marie mère de Dieu !!!!
Mais quel est cet endroit ? Le purgatoire ?

Fort déconforté, je relève les yeux, aperçoit la brunette qui me mire la mine désolée.... Ah, ma mie, votre sollicitude me réconforte mais je suis damné, apparemment perdu aux yeux de Dieu....

A ce moment, le porteur de donzelle endormie sort de la maison.

Oui da ! Sortez ! Sortez tous ! Demoiselles il vous faut les suivre ! Ils pourront, bien mieux que je ne le pourrais, vous protéger des aléas du chemin. Il me faut quand à moi que je demeure en ces lieux. Certaines questions doivent trouver céans réponses ! Allez, mes enfants et que Dieu vous protège !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 37
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Sam 24 Mar - 11:26

Ca tourbillonne, et la voix de l'homme, on dirait qu'on a mis ma communication téléphonique en attente... Neutre, élégant, indifférent. On a le droit de mettre en attente sur les lignes d'appel d'urgence ? Docteur, j'ai trop mal derrière la tête, et je crois que je vais tomber dans les pommes, à l'aide, et ça répète inlassablement sur fond du Printemps de Vivaldi, veuillez patienter, nous faisons notre possible pour écourter votre attente... Veuillez patienter... Docteur, le monde bascule au-dessus de ma tête, Docteur, je crève de mal, je crève de soif, j'ai l'impression d'être passée dans une moissonneuse batteuse, Docteur, décrochez, et ça continue, veuillez patienter, veuillez patienter, on s'occupe de vous, même si c'est pas vrai, veuillez patienter, on s'occupe de rien, on n'en a rien à foutre, veuillez patienter, silence, et laissez un peu le monde tranquille, veuillez patienter, veuillez patienter, veuillez...

Ses yeux ne se referment pas tout à fait, et elle replonge sous une bonne couche de cirage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Sam 24 Mar - 15:57

Je jette un regard par-dessus mon épaules Lyana est toujours vers le Prêtre, d’après ce que j’ai pu entendre, elle à eu la lourde tâche de lui avouer en quelle année nous vivions.. Mais ici est-ce que à importance ? Je ne le crois pas ...

Je marche et farfouille encore un peu cette pièce si sombre ... Bien des choses m’intéresses, mais quand je m’apprête à saisir une babiole sur la table la voix du curé me parvient aux oreilles..

Il veut que je sorte, Pourquoi ? Pourtant, je ne suis pas pressée, je suis tellement obnubilée par ce cadre, que j’ai l’impression de ne rien entendre ... Quelques murmures ? J’ai peine à me replonger dans cette réalité si déstabilisante..

Je m’approche de la vitre ... et regarde l’extérieur bien des choses à apprécier en parcourant ce que m’offre cette vue ... Que c’est-il donc passée avec cette jeune fille ? Pourquoi... Aurait-elle un lien avec tout ça ??

Toujours des questions hantent mon esprit, il me devient difficile de me situer.. Tellement tout paraît n’être que Rêve sans réalité.. Je reste là et ai l’impression que mon corps refuse d’avancer ... Autant d’attirance pour ce que je ne connais pas..

Je n’arrive plus à bouger.. Quelque chose attire mon regard en dehors, droit en face ... Est-ce vraiment ce que je crois ? J’ai l’impression que quelque chose nous surveille ??

Mais pourtant rien est sûr, rien n’est plus sûr.. L’ambiance que recèle cet endroit.. Me ferait-il perdre toute notion de réalité ?? Je le crains ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Sam 24 Mar - 18:19

Oui da ! Sortez ! Sortez tous ! Demoiselles il vous faut les suivre ! Ils pourront, bien mieux que je ne le pourrais, vous protéger des aléas du chemin. Il me faut quand à moi que je demeure en ces lieux. Certaines questions doivent trouver céans réponses ! Allez, mes enfants et que Dieu vous protège !

Il souhaite que nous partions... Je n'en ai pas l'envie, je me mefiais de lui jusqu'a maintenant mais finalement il est comme nous, nous ne venont pas de la meme epoque c'est tout...

D'ou vient il, comment et quand est il arrivé sur cette ile maudite...

Il veut reflechir et digerer l'information... Je me tourne vers Rayana un instant, quelque chose me tord l'estomac quand mon regard se porte sur elle..

Je ne sais pas exactement pourquoi j'me sens pas tres bien, je me sens observée, surveillée..

-Rayana rejoint moi...

On peut entendre un peu de peur dans ma voix, mais peu importe il faut qu'on sorte de la et j'ai pas l'intentiond e laisser fausto ici non plus...

Je m'agenouille pres de lui

- Mon pere, quelle que soit nos differences... quelle que soit votre epoque ou la notre.. Je vous en prie ne nous laissez pas en compagnie de ceux la... Et ne restez pas seul ici j'ai le sentiment qu'on a deja passé trop de temps en ces lieux...

Je suis de moins en moins rassurée je me releve doucement delivrant mon poignet de la main du pretre... J'attrappe celui de rayana, elle est immobile fixe quelque chose...

Je n'ose pas regarder je le sens et j'en suis mal a l'aise deja... Je tire sur son bras pour qu'elle me rejoigne pres de fausto...
Je lui chuchotte de me suivre...

De retour devant notre pretre je lui tend ma main...


-Fausto.. venez avec nous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 51
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Sam 24 Mar - 19:37

J'avise Mike qui veut qu'on mette les bouts rapido, et je partage son avis. comme je l'ai déjà dis et que son idée que je prenne les devants avec son gros flingue me parait plus sensée que la moyenne, j'obtempère. Si, ça continue avec Mike, on va monter un duo gnre laurel et hardy, je prèfère pas m'apesentir sur qui jouera le rôle du gros. La pauvre Sibylle est dans le cirege complet, elle a réclamé à boire, mais ses jolis yeux se ferment à demi. Elle vacille entre délire et réalité. Dépêchons, dêpechons.

" T'inquiète pas Mike, on se barre de la maison des orphelins Beaudelaire et vite fait. Ca va aller la miss ? On a rien pour la faire boire... "

Sous mon bras en boules, je tiens ses fringues et le drap soyeux à la consistance inconnu. dire que la demoiselle est nue entre les bras de mister gros bras. y a de la veine que pour la crapule.

Corso se retourne vers le fond de la maison à vitraux, du fond de la pièce, monte les éclats de voix de Lyana Fausto et Ratana. Les mots dures du marin ont peut-être secoué le prêtre issu de l'ère missionesque. Mais, Corso n'en a rien à faire. Il n'est pas là pour faire dans la dentelle et le curé leur a joué un air que Corso n'aime pas. Le plus terrible dans tout ça, c'est qu'il n'y aucune preuve que ce soit le prêtre qui ait fait le voyage vers le futur. Aussi bien, ce sont les naufragés qui ont reculé dans le temps, ou pire, ils sont tous tombés dans la 19ème dimension de Moloch Baäl... Que des pensées réjouissantes !

Le marin aux yeux changeants comme le vent comprends bien que le trio va mettre du temps à revenir, Lyana n'a pas l'air décidé à abandonner le prêtre qui refuse de les suivre. Quand, il était jeune, il a suivi les cours de catéchisme. Son directeur de consciance s'appelait Vert, Monsieur Vert, les gosses sont méchant parfois. Le père Vert en a pris plein la tronche avec son nom à la con. Mais; faut dire qu'il le cherchait, ils étaient cureton de père en fils, y avait un abbé vert, un évèque vert, peut-être même qu'il y avait eut un pape Vert, un jours ! Corso est communiste, un rouge, un bouffeur de chasuble, mais, il va pas enfoncer le prélat.

" Mesdames, et vous, mon père, on vas pas traîner là plus longtemps ! Alles venez ! Si la créature qui a enlevé Sibylle revient, ca be sera pas le paradis ici. "

Sans attendre Corso rejoint la belle aux bois dormant et son sauveteur version Monsieur Mike. Il leur sourit et flingue sur l'épaule, il est lourd, il ouvre la route vers des cieux plus clément que la cabane au Canada.

" Oh, Sibylle, ne t'inquiètes pas, j'ai retrouvé toutes tes fringues ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Dim 25 Mar - 3:54

Je sens en moi l’incertitude, la torpeur, je ne sais que faire en ce moment ... Je fixe toujours l’extérieur ... Je ne peux plus bouger, malgré ma volonté je me sens comme aspirée par une force ... Mais pourquoi, rien ici ne devrait pourtant me retenir ...

J’entends quelques paroles elles s’échouent dans mes oreilles, mais ne me font pas réagir ... Ma volonté, je dois garder ma volonté et ne pas suivre mes sensations.. Je dois me l’interdire !

Un coup brusque sur mon poignet me ramène quelque peu dans la réalité si éphémère soit-elle J’arrive alors à détacher mon regard de ce point de mire ... lentement je me tourne du côté ou j’ai senti la pression sur mon bras ... C’est Lyana ... Elle à peur, elle veut qu’on parte ...

Comme dans un état second, je la suis, elle implore le Prêtre pour qu’il ne reste pas seul dans ce cadre aux allures de faux-semblant ...

Je ne peux décocher mot, j’aimerais partir, j’aimerais me sauver et retrouver ne serais-ce qu’un minimum de réalité, mais c’est au-dessus de mes forces ... Je ne parviens pas à me reconnecter ...

Tourbillonnant mon esprit semble se déchirer ... je suis étrangement torturée par je ne sais quel ressenti ...

Sans un mot, sans une phrase, j’attends la réponse de Fausto.. L’autre homme semble parler ... Mais qu’ont-ils donc tous à vouloir partir ? Peut-être ici se trouve une réponse ? Et nous voulons abandonner une semi-vérité qui pourrait nous aider ? Pourquoi ?

L’esprit toujours dans le vague, je pense et repense ... Peut-être faudra t’il se rendre plus tard sur ce même lieux ? Peu Importe, j’y reviendrai certainement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 37
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Dim 25 Mar - 18:20

Sa tête ballotte un peu contre l'épaule de Mike.
Le drap en profite pour glisser, et le pan qui faisait capuchon révèle peu à peu sa chevelure sombre et un peu emmélée. L'épaule et la nuque sont cachées sous les cheveux longs. Le drap flotte un peu, se déploie sur le bras de l'homme.

La petite tache rouge est très nette. Toute fraîche. Sur l'envers du capuchon, là où il touchait son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Dim 25 Mar - 18:31

C'est incroyable comme ce tissu peut être volage... Il me dévoile tout d'abord un petit nid chaud et tendre, et le voilà maintenant qu'il me révèle quelque chose de plus... délicat.

Non seulement, cette fille est d'occasion, mais en plus il y a un vice caché là... une blessure au coup, ronde et régulière comme faite pas un allume-cigare... mais un allume-cigare tranchant.

La poser sur le sol? Ce serait prendre un risque, et aucun endroit ici n'est propice à un diagnostique sans danger.

"Y a-t-il quelqu'un ici qui aurait des talents médicaux? J'aurais besoin d'un avis d'expert..."

Ma voix est moins assurée que je ne l'aurai cru. Qu'est-ce qu'il se passe là? Tu dérailles... Qu'elle soit claquée ou vivante, cette fille ne t'est rien. Ton conrtat ne la concerne pas. Allez bouges-toi Kristoff, t'es pas là pour te ramollir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Lun 26 Mar - 0:06

Je lutte éperdument pour revenir dans cette réalité que je préfère fuir ... Mais non, je ne le peux pas ... Il faut que je réagisse ...

Tout ce combat est nécessaire ... Je ne peux pas rester entre différentes eaux ... Le chemin, il faut retrouver la clarté, je vais sortir de cette état je le dois, pour moi, pour me sauver, pour laisser mes pensées s’éclaircirent..

Je suis toujours vers Lyana, elle me teint toujours le bras, je crois qu’elle m’empêche inconsciemment de perdre pied ! Je me rattache à elle à ce que je vis en ce moment.. C’est comme ça, que je vais revenir ...

"Y a-t-il quelqu'un ici qui aurait des talents médicaux? J'aurais besoin d'un avis d'expert..."

Cette voix, je la sens, elle me pénètre, je la vis, c’est ça qui me refait venir à la dur réalité et qui me sors de mon brouillard ...

Cette même voix, elle n’a jamais été si inquiète, si peu assurée ... Là, il faut filer, il faut déguerpir de cet endroit qui me chamboule les sens ...

Je secoue la tête comme pour faire partir cette mauvaise chose qui s’y est infiltrée.. La femme que l’ont à vu jonchée sur le sol est blessée, il faut l’aider ! Alors c’est à mon tour de tirer Lyana pour qu’elle suive mon mouvement, elle, elle pourra voir, elle doit connaître.. C’est sa vocation !

Ils ne sont pas très loin, les deux hommes, ils sont là, je vois le corps de la fille reposer dans les bras de L’Homme au costume ... Je suis là aussi je suis parvenue à y arriver ...

Je la regarde et me penche vers elle, le cou, son cou est mâchuré, Cette étrange blessure, mais quelle est- elle ?

Je retrouve l’usage de ma voix et de mes paroles ! Enfin, je suis revenue dans ce qui nous entoure ...

Lyana, regarde, sa blessure ! Mon dieu mais comment lui as t’on infligé ça !! As-tu une idée que faut-il faire pour l’aider !

J’attends impatiemment sa réponse, elle seule pourra savoir, j’en suis persuadée elle va trouver !

Je regarde alors l’Homme qui a parlé, qui a appelé ... Dans mes yeux on peut y lire un remerciement, muet, le principal, c’est que moi, je sais pourquoi je le remercie ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ'
Mais si, elle est gentaaaAAAARRRRGH !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 1143
Age : 46
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Le lagon   Lun 26 Mar - 0:20

La fille redéposée par terre, plus ou moins assise, plus ou moins couverte, est toujours inanimée. Mike dégage son cou des cheveux qui le cachent, et la "blessure" apparaît.

Oui, à première vue on dirait une série de griffures.
Et puis si on s'approche, on remarque qu'il s'agit de tout autre chose...



Ce qui strie sa peau, ce ne sont pas des plaies.
Ce sont de fines tiges de métal aux reflets changeants.
Ces tiges sont courbes, plaquées sur la peau, dont elles suivent les mouvements. On les devine souples, assez en tout cas pour se faire oublier. Elles relient en un réseau étrange une série de clous de même métal. Grands comme une goutte de mercure, vaguements aplatis, ils sont disposés de part et d'autre de la colonne vertébrale. Les derniers disparaissent dans les cheveux. On ne voit pas où ils plongent, mais on peut facilement imaginer...

La chair autour est presque cicatrisée, mais présente encore l'aspect rosé, fragile, de la peau neuve. L'un des clous a dû bouger quand Mike l'a soulevée... D'une petite déchirure, le sang perle doucement...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 51
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Le lagon   Lun 26 Mar - 2:47

Corso ouvrait la marche. Le flingue sur l'épaule, il se gardait bien de dire à quiconque ce qu'il a découvert dans son coffre aux trésors et qui tient tout juste dans sa poche. Je me retourne alors que le futur s'ouvrait sous mes pas, convaincu que nous perdons surtout du temps. Mais, la voix de Mike ressemble à un concert de casseroles en berne. Ca crisse comme un vieux train sur des rails rouillés.

" Merde............ "

Et qu'est-ce que vous voulez que je rajoute ? Elle est joli eet brune, mais ses yeux papillonent comme un chalut devant le phare de Plougennec. Vi ! Un chalutier, n'a aucune raison d'aller se manger les récifs de Plougennec ! Alors pourquoi ? Ce que j'appelle la créature depuis que je l'ai vu enlevé Sibylle, et que personne ne me prend au sérieux quand j'en parle ! On dirait bien qu'elle s'est amusée à chirurgifier notre amie.

Corso se fige, ses yeux s'assombrissent et jusqu'à noircir comme une tempête qui couve, tandis qu'il guette un soupçon de compréhension parmi ses compagnons. Rayana, Lyana, le jésuite ou bien Mike ? Toute cette mascarade a-t-ele un but ? On dirait que quelqu'un s'est amusé de Sibylle pour la faire rentrer dans le vingt-deuxième millénaire. Le genre de greffe technologique digne de Cyberworld.

Pourtant, mike a couché Sibylle sur le sol. Le corps de la jeune femme se révèle sous les détours du voile blanc, ferme et charnu. La peau pâle et fragile. Elle est humaine et pourtant quelqu'un a prit un malin plaisir à la dénaturer. Cette greffe dans sa nuque... Un truc qui plonge dabs sa moëlle épinière qui disparait sous la masse de ses cheveux sombres, peut-être jusqu'aux abysses de son cerveau...

Corso baragouinne d'une voix éraillée pour tous ses compagnons, tandis que son coeur qui bat la rumba lui hurle de déguerpir. Et qu'il pense se sentir aussi faraud qu'un renard prit au piège.

" Qu'est-ce qu'ils t'ont fait ! "

Il a laissé retomber le flingue contre sa hanche et oubliant toute prudence, se penche sur le corps endormi. Son autre main éponge le sang qi s'écoule d'un des clous, avec une grande délicatesse. Qu'est-ce qu'il utilise pour éponger le sang ? Ne serait-ce pas un vulgaire triangle de coton blanc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lagon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lagon
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» La vie est une longue histoire dont nous sommes l'auteur [Lagon]
» Agent Lagon à l'attaque
» Malédiction ! (DC Lagon)
» Retrouvaille inattendu [Rosier, Petit Lagon, Patte d'Energie et Patte Précieuse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île-
Sauter vers: