Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 Point de départ : arrivée dans l'ile

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Duchesse Iris De Loncourt
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 138
Age : 35
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 13:35

Elle n'a pas bougé. Même quand le canot a fendu les flots, même lorsqu'il a glissé sur le sable. Autour d'elle les gens bondissent, baisent la terre bénie, hurlent leur joie d'être en vie, d'autres pleurent un être cher qui s'est envolé.

Mais, elle ne bouge pas.

Le canot est comme une coquille vide, tenant sur la tranche grâce au sable de la grève. L'étendue blanche et duveteuse de la plage est marquée de l'empreinte de ses hommes. Et elle, elle demeure entre les planches de l'embarcation de secours, dos à cette île miraculeuse qui les a accueilli.

Immobile…

Elle est là, figure de proue d'un navire de misère, inutile. Elle tremble de tout ses os, de toute sa chair, de toute sa peau. A quoi bon, pourquoi… La question est là?

Tout ça pour un simple diamant? Vous croyez vraiment? Peut-être…

Elle reste là, dans sa nuisette et son peignoir de soie détrempé d'eau de mer, les cheveux en bataille, le visage ravagé, fixant cette main traîtresse qui l'a laissé s'échapper.

Les heures passent… mais elle ne bouge pas…

A peine si elle a conscience du monde qui l'entoure. A quoi bon survivre quand votre monde s'écroule…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marguerite
Baronne
avatar

Féminin Nombre de messages : 277
Age : 37
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 13:54

Assise un peu à l'écart, plongée dans les flammes, seule
Des hommes et des femmes, inconnus, entrevue sur le bateau
Un peu plus loin Johnny endormi, une folle envie d'aller le rejoindre, s'emmitoufler dans ses bras ...
Mais non je ne bouge pas

Un cris déchirant du côté des canots, je n'enregistre aucun mot, toute cette douleur ... je ne veux pas savoir
Entouré de monde et pourtant seule
Ça devait bien ressortir un jour
Quelques uns s'aident entre eux, pur gentillesse, empathie ? je n'y crois pas
Chacun pour soi dans la vie !
Assise, j'attends confiante
Avec toutes ces babioles high tech, ils savaient déjà bien avant nous qu'on aller couler, un peu de patiente les secours sont surement en route

Je souris, cynique
Juste attendre ne pas s'endormir, suivre des yeux la danse des flammes, oublier tout ce qui t'entoure

Juste...

ne pas...

s'endormir...

Seule sur le sable, les yeux dans l'eau

Non !!!!!!!!!!!!!!!!

Un sursaut, les grains de sable qui s'enfoncent douloureusement dans ma peau, les dernieres lueurs de soleil
Toujours la sur cette plage, encore plus seule
Degoutée
Pourquoi les secours ne sont pas encore là !
Effrayée ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenny Jane
Pestouille
avatar

Féminin Nombre de messages : 644
Age : 28
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 14:45

Je ne suis pas descendue du canot. Le Comte a dit qu’on retournerait vers le bateau, si Kiki n’était pas sur la plage. Et elle n’y est pas. Alors j’attends, immobile, les yeux fixés sur l’image du paquebot qui coule. Il ne faut pas que je détourne le regard, sinon l’image disparaîtra, comme ce… ce putain de rafiot de merde tout pourri!

O rage, ô désespoir ! Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes? Pourquoi se battre contre des moulins à vent? C’est rigolo, ça… Je suis incapable de dire s’il fait jour ou s’il fait nuit. C’est l’histoire d’un lapin, un lapin bleu. Et la marmotte…

La fatigue, le stress, et surtout une belle insolation, Jenny divague. Non, Jenny be pas cool. Jenny va mal. Très mal. Et pourtant, avec une volonté hors du commun, elle ne détourne pas le regard. Parce que le Comte a dit qu’ils retourneraient vers le bateau, si Kiki n’était pas sur la plage. Elle n’y est pas.

Il fait de moins en moins chaud dans ma tête. Mais je ne peux plus. L’image s’efface malgré mes efforts.

Kiki, mon amie… Je te le promets, je te retrouverai! A la vie, à la mort, ma Kiki…

Inutile de rester plus longtemps dans ce canot. Il faut que je parte à la découverte de cette île, que je monte un abri, que je fasse des provisions de choses sucrées. Pour que ma Kiki soit accueillie comme il se doit, quand je l’aurai retrouvée. Je marche le long de la plage, mes pieds traînent dans le sable pour laisser une trace de mon passage.

Ayeuheuheu !

Mes orteils ont rencontré un obstacle. Une valise, on dirait… Je l’emporte avec moi. Tout en marchant, je la tourne dans tous les sens, pour l’observer. Elle devait appartenir à un vrai naze, trop ringarde la valoche! Au loin, deux gros rochers. Un coup d’œil vers là d’où je viens. Je retrouverai facilement, je n’ai qu’à suivre la plage.

(direction l'épave, pour voir le deuxième signe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 15:40

Miguel vers qui je suis assise, m’explique à son tour de ce qu’il se souvient ... C’est vague aussi tout nos souvenirs semblent dès lors se dissiper ... Etrange ce que je ressens en cet instant ...

Il est aimable avec moi, malgré mon intarissable causette ...

Il semble se concentrer sur quelque chose, son bras, il a de la peine à le bouger ... J’espère que ce n’est pas trop grave ..

Si vous pouviez m'aider à me redresser peut etre trouverons nous de quoi désinfecter ma plaie au bras...
Mais comment puis je vous appeler ma chère ?


Oh oui, excusez-moi, je m’appelle Rayana, Venez, je vous aide ...

Je l’entoure de mes bras, puis gentiment, je l’aide à se redresser ... Il a beaucoup de peine, il faut trouver du désinfectant ...

Peut-être devriez-vous retirer votre chemise, pour que nous puissions voir cette plaie ...

Soudain, j’y songe, dans mon sac, que j’ai réussi à sauver, je dois y avoir mis du désinfectant, que j’ai pris de la maison.. Pour une fois être maniaque sur certaine petites choses, peuvent porter ses fruits, j’ai emporté ce désinfectant avec moi, je n’aime pas passer sur des toilettes inconnues sans désinfecter un tant soi peu ...

Ma maison... je me sens nostalgique, je crois que je ne la reverrai pas de si tôt, ma vie passée je dois peu à peu l’oubliée à présent ... Une autre direction prennes nos routes, peut-être que jamais nous retrouverons notre vie qui semble nous être volée par les évènements ...

Je crois que j’ai ce qu’il faut dans mon sac, ce n’est là qu’une toute petite bouteille, mais ca va déjà vous servir je penses..

En attendant qu’il essaie d’enlever sa chemise, je farfouille donc dans mon sac ... Mon dieu, je ne savais pas que j’avais pris autant de petites choses ... voyons, il faut que je retrouve la petite poche sur le côté à l’intérieur de mon bagage ou j’ai mis ma petite pharmacie de voyage.. Ah enfin, voilà, je crois que je la tiens !

Je la sors et l’ouvre ... Pommade cicatrisante, Gaze, analgésique, et ahh voilà, Merfen Plus, droit ce qu’il nous faut !

Mon regard, essaie de jauger les autre personnes, difficile, il fait encore sombre ... Je remarque un peu plus loin des silhouettes agenouillées ... Mauvais présage s’évertue, encore une déception et un désespoir au loin.. Rien ni personne ne peut décider de notre sort.. Il y a qu’une seule personne capable de décider pour nous..

Une ombre, je distingue un autre ombre, difficile de savoir si je l’ai déjà rencontré ... Je ne me rappelle plus, était-il avec nous, j’ai l’impression que non, mais comment en être certaine ... Tous est si trouble et déstabilisant ...

Je me retourne alors vers Miguel pour regarder ou en est sa progression ...

Vous voulez, que je déboutonne votre chemise ? ou ca va ? Je vous aide si besoin est ... Dites.moi, cet homme, là, arrivez-vous à le distinguer, je sens en lui une aura bizarre.. Je ne sais pas, il me semble ne pas l’avoir croisé sur le Pacifique Princesse, l’avez-vous croisé ?

Je suis véritablement troublée et déconcertée, ne serions nous donc pas les seuls par ici ... Peut-être une population locale, le problème c’est que l’on ne sait pas ou l’on à dérivé ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 16:01


Terre, terre...

Enfin arrivee sur l ile... l autre imbecile de trapp et son sushi se barre, tant mieux ont aura la paix deux minutes... Rayana parait rassuree, et le grand costaud nous depose une a une sur la plage...

Rayana s occupe de Miguel, tandis que Louisson s occupe de ma cheville... agreable de se laisser soigner un peu, un bandage d alcool et ma cheville va bientot degonfle...

Je lui sourit et le remercie pour l attention qu il m a apporte... Je regarde autour de moi il semblerait que tous sont arrives ou presque... Si seulement cela pouvait rester calme...

Mais j en doute, une chose est sur il ne faut pas que je lache du regard Rayana...

Elle l avait senti pour le bateau je le sais.. Et je sais qu elle le sentirai si il devait se passer quelque chose sur cette ile...


- Merci a vous pour ses soins sur ma cheville *lui tendant la main* Je m appel Lyana et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel Cuevas
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 481
Age : 36
Localisation : Dans la cité du monde Ancien
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 16:02

Appuyer sur l'épaule de la jeune femme avec mon bras valide, j'avance avec elle jusqu'au niveau de ses bagages. Il semblerait qu'elle possede de quoi guerir ma vilaine blessure.

Vous voulez, que je déboutonne votre chemise ? ou ca va ? Je vous aide si besoin est ...

*Creo que aun puedo hacerlo solo...*
Non ça va allez ma chère Rayana, merci.

Lentement j'essaie de déboutonner ma chemise en soie blanche. Avec une main ce n'est pas aussi facile...mais j'y arrive tant bien que mal. Arrivé au dernier bouton, je me penche sur ma droite pour faire tomber la manche du bras blessé.
Puis d'un mouvement du gauche je laisse retomber la chemise à terre. Le vent qui se levait avec le jour caressait mon torse...ce n'était pas désagréable...les poils de mon torse dansaient dans le souffle et ma peau se réchauffait lentement avec les premiers rayons de soleil.

Dites moi, cet homme, là, arrivez-vous à le distinguer, je sens en lui une aura bizarre.

Je regarde au loin, au dela de la plage, une silouhette sombre se dessine...Par reflex je fais un pas en arrière, il semblerait effectivement que quelqu'un nous observe...

*Y si...*
C'est surement un des naufragé du bateau ma chère..même si je ne me souviens pas l'avoir croisé putôt...


Je tente d'être crédible pour ne pas affoler la jeune femme qui m'accompagne, mais cet individu me semble si étrange...pourquoi reste t'il à l'écart ? Pourquoi ne s'avance t'il pas vers nous ?

Mon bras me relance...la douleur se fait plus vive avec le vent qui vient le froler...

Je vois que vous avez trouvé votre trousse de soins. C'est exactement ce qu'il nous fallait ! Je vous remercie señorita...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda Blust
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 38
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 18:15

Clip… clop… clip… clop… clip… clop…

Dernières coups de rames s’enfonçant dans une eau de plus en plus claire, de moins en moins profonde. Un ultime canot de sauvetage accoste sur la plage des naufragés ; au loin, les premiers rayons du soleil pointent et dessinent les contours de ce qu’il parait être un paradis perdu.

Combien de temps ont-ils ramé ? Une heure ? Peut-être deux ? Comment savoir… sous l’effort intense et prolongé, sous le choc des heures écoulées, les esprits sont comme embués, les muscles ont oublié la douleur et ne répondent qu’à l’instinct de survie.

Ils n’ont pas décroché un mot de toute la traversée, pas même un regard entre eux…

Pourquoi faire ?

Sentir la présence d’un être à ses côtés, une chaleur humaine face à ces instants douloureux.
Rechercher un peu de compassion ou de réconfort après ce qu’ils viennent de vivre.

Mathilda n’en a pas la force.

Elle ne veut plus rien, elle est écoeurée, frigorifiée, terrifiée d’avoir abandonné cet homme, là bas… Elle ne peut effacer son regard qui la glace un peu plus à mesure qu’elle avance, qu’elle continue à vivre, elle !

Et pourtant elle vit ! L’espoir la fait avancer, l’espoir meurt toujours en dernier, l’espoir d’accoster en des terres connues, habitées… peut-être une ville non loin, qui sait ? Du secours, un billet d’avion direction chez elle sans même se retourner… pourvu qu’il en soit ainsi !

A l’aide de Marcello, elle tire le canot vers le sable frais et humide où ses pieds se posent… enfin ! La terre ferme.

Son regard scrute les environs… trois autres canots sont déjà là… autour, des gens s’activent… des blessés, quelques visages connus… rien d’autre… un homme là-bas, vêtu étrangement, qui les observe… elle ne le reconnaît pas lui…

Elle avance de quelques pas difficiles, elle voudrait en faire plus mais l’émotion la submerge. Ce qu’elle comprime depuis plusieurs heures s’exprime soudain, exalte… elle succombe sous le poids de l’émotion et laisse tomber ses genoux à terre, les joues inondées de larmes, des larmes salées, des larmes silencieuses, sans sanglot, sans un mot…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 18:48

Il se fait rassurant, et me dit que cet homme si étrange doit aussi être un naufragé.. Je n’y crois pas trop !

Vous croyez, hmm je dois vous dire que j’ai forte impression de ne pas l’avoir vu embarqué ni même l’avoir croisé ... Il ne m’inspire pas cet homme, en plus, j’ai l’impression que quelqu’un nous surveilles ...

Essayant de chasse ses paroles, je lui tends le désinfectant ... et regarde, son avant bras, aux premières lueurs du soleil qui semble vouloir nous éclairer de ses doux rayons.

Je l’observe, pas trop grave il semble, que ce soit superficielle cette blessure.. Pourtant je n’y connais rien ...

Ca va aller ?, avez-vous besoin d’autre chose, votre jambe ...

Vous êtes gentil de vouloir me rassurer ... Mais franchement, je ne suis pas tranquille ... Cet homme il est bizarre quand même, rien, il ne bouge pas, on dirait qu’il est tétaniser de voir tout ce monde arriver ...

L’autre canot semble enfin touché terre, Je jette un œil à Lyana, tout semble aller de son côté cet homme est prévenant ! Là arrive à terre, la femme que l’ont avait aperçut à nos côtés quand nous étions installées à la piscine ... Elle semble tant mal ... Son premier geste est de se jeter à terre sur les genoux, tant de pression nous on assailli un l’espace d’un instant finalement très court !

Va et vient inlassable de toutes sortes de monde ... des gens qui désirent s’isoler, pourtant il faudrait commencer à survivre, il nous faut un endroit abrité ... Que nous arrivera t’il si une tempête se lève.. Je n’ose y songer ...

Un regard vers Miguel encore ... Je crois que il va vite s’en remettre.. On a besoin d’homme valide si on veut débuter de futiles constructions ... L’Exploration de cet île devra aussi se faire ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Johnny Guitar
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 179
Age : 38
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 18:56

Ohhhh... oui... un power nap, that's ce dont j'avais besoin!

I don't know combien de temps j'ai dormi, mais la lueur de l'aube a eu raison de my slumber.

Je m'étire, yawn, me frotte the eyes.

Still sur notre bout de plage?
Shit! I was hoping que je me réveille au chaud dans mon lit, in London.

Un petit tour d'horizon, the fire qui s'éteint, quelques personnes autour, Marguerite qui commence à dodeliner of the head, elle aussi.

La gorge sèche. Je me paye une lampée de water de la bouteille que j'ai eu la présence d'esprit de take with me. Elle est encore fraiche... not for long, avec ce soleil qui va monter très haut in the sky

Je me bouge toward Marguerite.
Au loin, a few little groups de croisiéristes, comme nous.
Sans se rendre compte encore what's happening.

But then, qu'est-ce qui est en train de happening, hein?

Je m'assieds next to Marguerite, sa tête falls naturellement sur mon épaule.
My vest, je la retire, la pose on the ground derrière elle, et j'allonge Marguerite dessus. It's not much, mais on fait avec ce que l'on a.

Well, à un moment, ça va commencer à faire hungry là!
Hé hé hé, and of course, you stupid, t'a rien pensé à emporter!
Good thing que mon physician m'a conseillé les fruits, je risque pas de trouver anything else par ici

Je me relève... M'approche d'un cocotier, not far away.
Des noix de coco? Not easy to manger ça. Et ça gave after the first bouchée.
Ah, over there, un bananier!
J'y go, a big régime de banane me fait de l'oeil... But it is juste trop haut pour moi! Are you en train de me narguer là?

I jump, mais elles me glissent des doigts...
Second try

Third essai... Yes! j'en ai aggripé une, et c'est une petite grappe qui s'est détachée.
Alone, j'arriverai pas à en choper much more, mais ça le fera pour le breakfast.
Je reviens with my half-a-dozen bananes sous le bras, et j'en croque une, puis deux, before arriving à côté de Marguerite.
She'll be hungry aussi, en se réveillant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louison
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 165
Age : 44
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 19:39

Merci a vous pour ses soins sur ma cheville *lui tendant la main* Je m’appel Lyana et vous ?

Je manque à tous mes devoirs, je ne me suis même pas présenté.

Je m'appelle Louison! Enchanté de faire votre connaissance même si j'aurais préféré le faire dans d'autres circonstances!

Je prend la main qu'elle me tend pour l'aider à se relever. Ce n'est certainement pas ce qu'elle veut, elle veut peut-être
juste me dire merci mais je la vois bien regarder sa copine.

Venez, on va aller rejoindre votre amie !


Je la prend par la taille et passe son bras autour de mon coup.

Appuyez vous sur moi, pour ne pas trop forcer sur votre pied!

Nous y voilà !

Je m’agenouille pour permettre à Lyana de s’asseoir tout en jetant un œil aux blessures du gars ramassé à coté de la piscine.
Rien de grave, il y a plus de peur que de mal.

Bonjour ! je m’appelle Louison si vous avez encore besoin de moi, n’hésitez pas !

Je me retourne sur l’horizon. Il n’y a rien plus rien hormis l’océan à perte de vue et les canots échoués sur la plage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miguel Cuevas
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 481
Age : 36
Localisation : Dans la cité du monde Ancien
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 19:47

Je prend de ma main gauche le désinfectant et je commence à verser le liquide qu'il contient doucement sur ma plaie.
Ca pique !!! C'est bon signe c'est par la mal que la douleur cesse...
Je m'essuie avec une compresse lentement pour ne pas irriter la peau plus qu'elle ne l'est, le rouge vif de la blessure me rappel le jour ou j'étais tombé de la balançoire à cinq ans....

Mais franchement, je ne suis pas tranquille ... Cet homme il est bizarre quand même, rien, il ne bouge pas, on dirait qu’il est tétaniser de voir tout ce monde arriver ...

La voix de Rayana me sort de mes pensées...
C'est vrai qu'il m'intrigue à moi aussi ?...
Podre ir hacia el ???
Je m'appuie sur ma jambe qui me semblait endormie et je m'aperçoit qu'elle est totalement remise !
Dites moi ma chère, seriez vous partante pour aller à la rencontre de cet homme là bas...je sais très bien l'étrange sensation qu'il vous donne mais nous devons en avoir le coeur net !
Qu'en pensez vous ?


Entre temps le gaillard qui m'a sauvé du rafiot et l'amie de Rayana sont venus nous rejoindre. Je jette un regard sur la fille qui semble blessé et ne pourra sans doute pas marcher...
Je regarde Rayana dans les yeux en attendant sa réponse. Même si au fond de moi je me dit qu'il ne faudrait pas chercher les ennuis, si tôt arrivé, je me dit également qu'on ne peux pas rester là à attendre...quoi ??...justement on ne sait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 22:07

Miguel commence par soigner son bras, il grimace un peu, normal, ca fait pas du bien !

Il me propose ensuite, d’aller à la rencontre de cet homme qui me dérange ... Je crois que c’es tune bonne chose, on doit savoir à quoi s’en tenir ici ... C’est notre seule chance de peut-être survivre à ce que l’ont va vivre ...

J’entends du bruit derrière moi ... Je me retourne et peine à laisser l’homme étrange loin de mon regard ! Mais je le fait..

Je vois L’homme qui nous à aidé, accompagné de Lyana, la pauvre ... Elle à l’air d’avoir mal.. Je lui souris alors.

Lyana , comment va tu ? j’espère que tu ne souffre pas trop..

Oh, et puis, vous avez remarquez cet homme là-bas, il est là, depuis un bout de temps, mais il ne bouge pas.. Justement avec Miguel on voulait aller le trouver ... Vous nous accompagnez ?

Je me suis adressée au petit nombre que nous sommes ... Si on y va à plusieurs, moins de risque.. Je me sentirais plus à l’aise !!

Est il dangereux d’allé à l’en contre de cet homme si mystérieux, Parle t’il la même langue que nous ? Il faut se méfier de tout !

J’’attends avec une vaine impatience la réponses de mes compères.. Une fois que l’on aura décidé, il faudra s’attendre à tout !

Heureusement, le soleil est là, maintenant, moins de points semblent obscure.. Mais qu’adviendra-t-il quand la nuit sera à nouveau présente ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 14 Mar - 22:51

La dose était peut-être un peu forte en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 0:37



Tout estanormalement silencieux sur cette plage, à chaque minute plus de gens la quittent pour découvrir d'autres petits lieux où cacher leur misère, ou trouver un espoir, qui sait...

Malgré celà, je ne peux m'empêcher d'être émue en contemplant le lever de soleil sur cette île perdue au milieu de l'océan. C'est comme un rêve. Ou comme l'aurore d'un cauchemar. J'ai un préssentiment. Un malaise.

Une odeur sulfureuse traîne dans l'air, insidieuse. Je m'arrête. De la forêt, l'odeur vient de la forêt. Un coup d'oeil. Rien, évidemment.

Le noir.

Sur la plage, rien à noter non plus. Un maigre feu de camp, celui où nous rendons. La jeune fille qui continue à pleurer. Le malaise s'amplifie.

Je vois du noir.

La mer est toujours aussi bleue, irréelle. Le ciel s'y reflète, comme d'habitude. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Mais c'est toujours le noir que je vois.

Et à côté de la mer...des rochers.

Et le noir me tombe devant les yeux. Pendant un moment interminable ma vision se brouille. Je vacille, puis je me mets à courir.

Le noir s'est mêlé au rouge, cette fois.

Le manteau tombe, je ne l'avais pas enfilé. Le cadet de mes soucis. C'est impossible. Ca ne peut PAS arriver.

Le rouge prend le dessus. Les couleurs se fondent et se déforment, se complètent. Elles deviennent deux flammes, embrasées et embrassées.

Non.

J'arrive en courant et je prends Sibylle dans mes bras.


SIBYLLE ! SIBYLLE ! REPONDS-MOI !

Elle est pâle, bien trop pâle, et si froide...je n'ose pas prendre son pouls, du reste qu'y connais-je... Je la serre contre moi, je la frictionne.

Rien, évidemment.

Pour communiquer de la chaleur, il faut en posséder soi-même.

Je suis inutile.

Sibylle...

Tu ne peux pas faire ça.
Tu ne peux pas me faire ça.
Il y'a tant de choses que je ne pouvais dire, que je ne devais dire qu'à toi.
Peut-être ne suis-je qu'une gamine complètement folle...
Mais je sais que je dois encore te parler, Sibylle, tu ne peux pas partir, toi seule peux vraiment me comprendre, toi, toi, toi...

Sibylle...

Elle ne réagit pas.

Je suis inutile.

Un long grondement croît en moi. Je ne pensais pas être capable de trembler à ce point. Il monte, sourd, insidieux, il passe dans mes hanches, dans ma poitrine...dans mon coeur. Et il grimpe, il continue dans ma gorge.

Et je hurle.
De dépit.
De rage.
De désespoir aussi, de désespoir devant ma propre incapacité à aider ceux qui comptent pour moi et qui en ont besoin...

Sibylle, tu ne peux pas partir comme ça, je te connais à peine, mais je...je...je sais qu'il doit se passer d'autres choses entre nous. Tout n'est pas fini, Sibylle, accroche-toi, je vais te sauver, je vais t'aider, je ne t'abandonnerai pas, jamais, je ne t'abandonnerai plus. J'ai besoin de toi, Sibylle, tu es...tu es...

Tu es toi, et j'ai besoin de toi.


De l'aide ! Un médecin, vite, venez, à l'aide !!

Mes derniers mots se brisent dans un sanglot. Je fonds en larmes d'impuissance. Les larmes...la seule chaleur que je puisse encore transmettre.

Je suis inutile.

Sibylle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MWINGO
?
avatar

Masculin Nombre de messages : 22
Age : 50
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 0:50

Sibylle sombre…
Personne n’a vu sa détresse.
Personne ne l’a vu avaler les cachés.
Tous occupés
Tous un peu égoïstes
Comment leur en vouloir…

Pourtant quelqu’un l’a vu.
Ou quelque chose…

Une seule… Céli.

Quelque chose observe…

Une ombre se profile, elle suit la paroi rocheuse.
Le peu de clarté matinale dissimule ses traits.
La chose est immense
Elle avance
Le sable s’enfonce sous ses pieds.
L’ombre s’écrase sur Sibylle.

Balaye Céli d’un revers de main.

Tous occupés, ils ne voient rien, ils n’entendent pas, ils sont trop dispersés.


Regarder
Entendre
Observer
Ouvrir les yeux
Guetter
Survivre !


Vous n’avez pas écouter…

La chose hisse Sibylle sur son épaule.
Elle regarde
Elle VOUS regarde
Puis disparaît dans l’ombre des falaises.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 1:26



Je l'entends...quelqu'un vient, de l'aide, enfin, ils m'ont remarquée, ils vont l'aider à s'en sortir, Sibylle, ça va aller, tout va s'arranger.

Mais ce quelqu'un n'arrive pas du bon endroit.

Personne n'a pu monter ces falaises.

Je me crispe. Le quelqu'un tombe silencieusement à côté de moi. Je risque un oeil encore humide. Ce n'est pas un homme. C'est...

C'est quelque chose. Qui d'une pichenette m'envoie valser. Et qui embarque Sibylle comme un vulgaire sac de pommes de terre. Sans un bruit, toujours. Une ombre, une ombre immense. Qui repart d'où elle vient.

Sans un bruit.

Le crime était presque parfait.

Quelqu'un doit intervenir. Quelqu'un VA intervenir. Dans tous les livres, la princesse est secourue in extremis par le preux chevalier. Le preux chevalier va arriver.

...

Il va arriver. L'ombre est déjà lointaine. Peut-être la poursuit-il déjà ?

...

Il va arriver. C'est certain, c'est écrit. J'ai lu le scénario.

...

Non, il ne viendra pas.
Personne ne viendra.
Comme personne n'est venu aider.

Ca chauffe...

Après tout, ce n'est qu'une jeune fille qui fait un malaise, rien de grave, beaucoup moins important que le reluquage des fesses de sa voisine, ou que la promenade en forêt.

Ca chauffe...

Jusqu'à quelques instants, je croyais encore que mon état était une seconde chance, un moyen de racheter mes erreurs passées. Mais je sens que ça ne va pas être le cas.

Ca chauffe...

Les éléments sont contre moi. L'eau est contre moi, qui par deux fois s'amusa à envoyer le bateau sur lequel je naviguais dans les profondeurs abyssales. Le feu est contre moi, lui qui refuse de revenir dans mes veines lorsque je voudrais transmettre des émotions. A quand l'air et la terre ? A bientôt, je suppose, au rythme où vont les choses.

Ca chauffe, ça bout...

Et dire qu'il aura fallu ça pour que je ressente de nouveau de la chaleur dans mon corps. Je suis peut-être une fille de la colère. De la haine.
Je suis maudite...

Ca va exploser. Il ne faut pas que ça explose. Vite, une solution. Quelqu'un, quelque chose, vite. Je dois faire quelque chose qui me calme, maintenant, tout de suite. Pas crier, crier est inutile, crier n'intéresse personne exceptées les filles de Poséidon, peut-être. Pas pleurer, j'en ai marre de pleurer, j'en ai marre de cette réaction stupide que j'ai devant chaque danger. J'en ai ma claque. Je ne dois pas non plus devenir violente, vu le peu d'intérêt que me portent les gens, s'ils me voyaient en furie, ils tourneraient illico les talons, à raison.

Qu'est-ce que je dois faire alors ? Agir, je dois agir. Voir la seule personne qui souffre autant que moi actuellement.

La jeune fille qui pleure. Elle me comprendra. Je l'espère. Sinon je ne réponds plus de rien.

Je me relève, agitée de tremblements. Je bouillonne intérieurement. D'un pas mécanique, je me mets en marche vers le bucher improvisé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 3:26

Il a dormi longtemps, Corso. Des rêves pleins la tête, des beaux comme des dessous de femmes en dentelles, des moins drôles, des visages de brutes sur un navire se couchant sous la tempête. Il n'avait pas 16 ans quand il s'est engagé. Il en a vu des plus terribles, vision fantasmatiques de chûte libre, le bruit déchirant d'une voile qui craque, l'éclat d'un couteau dans une ruelle sombre ou une bouche cruelle qui s'ouvre sur des chicots noircis. Parfois, empruntés à ces souvenirs, souvent imaginaire. Sous son buisson, à l'écart, des suées froides, la trouille, la certitude que la fièvre ne quittera jamais son corps, qu'il en crevera.

Dans son rêve, les images de ce naufrage chaotiques revenaient souvent en récurance, des images dénuées d'émotions, mais terribles comme la course d'un homme contre la mort. Le coeur battant, le froid et la peur. Moi, saucisonné sur mon putain de radeau, la masse du gigantesque paquebot qui vient sur moi. Plus tard, le visage de ceux qui m'ont tiré de là. Le souffle rauque des rameurs pendant que la chaloupe s'éloigne des craquements morbides de ce vaisseau en perdition. tout repasse en bribe, la morte au fond du canot et sa copine, celle qui m'a sauvé, desespérée.

On est tous à bout de force, alors pourquoi mon corps me hurle de me réveiller. Je suis bien, je dors à bord de mon bateau, la Fendeuse, on a cargué les voiles et le grand foc nous traine lascivement par nordnord ouest, on rentre à Escondida, l'Ile perdue. On est dans l'Atlantique bordel, c'est un océan qui m'a jamais chié dessus, pas comme le Pacifique. Demain, si on veut on fera un détour vers Cuba ou on poussera jusqu'aux antilles.

Alors pourquoi cette foutue sonnette d'alarme avec mon corps qui tire et souffre de partout. Un vieux corps usé, bion à jeter... L'instinct, ce putain d'instinct, qui vous réveille quand un vent debout a décidé d'arracher la mature, où quand une saloperie de tanker se détourne pour dégazer discretement, et que s'il écrase votre coquille de bois, y a peu de chance qu'on l'accuse, vu qu'il a annoncé persone son petit périple. Ouais ! C'est quand l'adrénaline vous monte au train à mach 2 et que vous sentez rien de vos douleurs. Qu'il ne reste plus qu'une seule chose à faire ! Agir...

J'ai sauté en l'air, ca gueule de partout, mais tout près, c'est une sérénade, et pas dans le genre festive. Une jeune fille s'agite entre les rochers, elle panique. Je ne vois pas très bien ce qu'elle fabrique. Je me relève assez vite, j'ai du jus, mais les étoiles font leur rumba devant mes yeux. je serre les dents. Juste d'enfiler péniblement la loque encore trempée qui me sert de falzar, de la décense, un peu.

Je sort de mon buisson et je trottine vers la fille, jeune blonde et pale comme un matin d'hiver neigeux. Elle secoue quelqu'un que je ne vois pas à cause des rochers. Pourquoi je coure l'aider ? Parce qu'elle panique, et que Corso, quand il parvient à tenir sur ses jambes, il est pas du genre à laisser quelqu'un dans les emmerdes.

Agonie, une copine qui bourlingue avec son équipage vers panama, me l'a souvent dis que je créverais un jour d'avoir foutu mon nez dans les affaires qui me regardent pas. Mais, c'est pas le plus important, je lève le nez.

Difficile de définir la chose qui surplombe la mome qui a l'air paniquée. Elle a surgit le temps d'un clignement d'oeil, un autre et elle balance la jeune fille à perpete. J'ai les poils qui se hérissent, ce truc ressemble à rien de vivant sur la terre, rien qui se décrive avec des mots ! Il attrape un corps évanoui, regarde de notre côté, et dispartait vers les falaises. La trouille m'a jamais arrêté, mais je me fixe une seconde. Je suis encore loin d'avoir récupérer ma forme, et la vision m'a saisi. La jeune fille au pied du rocher et cette horreur sortie de nulle part, qui porte un corps. je suis encore trop loin, cinquante ou cent mètres.

Plys vite qu'un battement de coeur, le truc disparait dans l'ombre avec sa proie, et il reste que la demoiselle choquée et moi. Quand j'arrive à la hauteur de la fille, elle repart dans l'autre sens. Son visage est tellement marqué par la détresse, la frustration., que j'essaye de pas m'exiter. je gronde doucement.

" qu'est-ce que c'était ? Nom de dieu, tu as vu quoi ? Et qui il embarque ? "

Je suis près à partir tout naufragé sur deux pattes, torse nu décharné et sans arme que je suis. Y a comme un mauvais préssentiment qui m'étreids, et si c'était encore pire ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda Blust
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 38
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 5:27

One tear falls on the sand…

Mathilda compte les larmes qui s’échappent de ses joues et s’échouent sur la plage…

Two… three…

Mathilda essaie de se concentrer, de focaliser toute sa pensée sur cette infime partie d’elle-même qui éclate contre les grains de sable, bientôt rattrapée par l’écume effaçant chacune de ses traces d’un retour de vague…

Ne pense à rien d’autre, à rien… Laisse la mer effacer les traces...

Mathilda veut oublier, prie pour être foudroyée ici et maintenant, d’amnésie… mieux vaut refouler que sombrer dans une crise de panique, un éclat de folie ordinaire se dit-elle.

Alors elle compte, elle refoule, juste histoire d’avoir la paix quelques heures, juste pour que la culpabilité ne l’achève pas là, d’un coup, quitte à voir revenir l’angoisse plus tard, parce qu’elle reviendra, de cela elle en est certaine.

Elle ignore ce qui l’entoure, les autres… volontairement, consciemment… elle se laisse emporter par ses souvenirs… elle se revoit le matin de l’embarquement, il faisait si beau ce jour-là… Le soleil inondait généreusement son appartement… ça sentait le printemps, elle se rappelait être d’humeur guillerette malgré son rhume, elle avait fait tourner un vieux 33 tours pendant qu’elle préparait ses bagages…

Mathilda rêve… Mathilda se fout de tout… Mathilda sent avec soulagement le sommeil venir, assommer ses paupières… Mathilda ne voit plus rien que son salon douillet avec ses canapés rouges…

« SIBYLLE ! SIBYLLE ! REPONDS-MOI ! »

Wake up Mathilda… wake up…

Noooo…

Mathilda lutte avec sa conscience. Pour une fois, Mathilda aimerait que cette dernière ferme son clapet et la laisse respirer deux secondes, voire plus. Mathilda croit que cette ombre qui s’approche des naufragés n’est rien d’autre que ses yeux qui se ferment. Mathilda a tort.

Ce ne sont pas tes yeux Mathilda…

Bien sûr que si ! La ferme !

Il y a quelque chose… une présence… il la frappe ! WAKE UP NOW !!

Retour à la réalité d’une gifle.

Comme réveillée d’un cauchemar, Mathilda tressaille, un long frisson glace sa colonne, ses pupilles s’affolent, regardent partout autour d’elle, à sa recherche… à la recherche de qui ? De quoi ?!

Là-bas !

Plus loin, près des falaises, une jeune fille à terre… une ombre qui s’enfuit, avec une femme sur l’épaule, une femme qu’elle reconnaît, qu’elle a déjà vu… SUR LE BATEAU !!

Mathilda ne distingue pas bien cette ombre, ne reste d’elle qu’un mouvement vif, une chose qui a frappé une naufragée et emporté une autre, dans les tréfonds de son inconscient…

… emporté une autre…

Mathilda revoit cet homme qu’elle a laissé là-bas…

NOOOO !! PAS ENCORE !!

Pas le temps de se poser des questions, d’un élan, elle se relève et court auprès des falaises, accélère encore sa course quand elle voit la jeune femme s’éloigner… Elle l'interpelle entre deux souffles à mesure qu'elle approche...

« Hey ! HEY !!

ATTENDEZ !!

QU’EST-CE QUI S’EST PASSE ?!

VOUS ALLEZ BIEN ?!

PAR OÙ EST-IL PARTI ?! »


Plus jamais ! Plus jamais je ne laisserai quelqu’un…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kheira Cruz
Lucky Lucy
Lucky Lucy
avatar

Féminin Nombre de messages : 1195
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 7:48

Les mains dans les poches, mes doigts qui jouent nerveusement avec les munitions, j'arrive sur la plage ou nous sommes arrivées. L'ambiance dans l'air n'est plus la même. Il s'est passé quelque chose.

Une silhouette, rougie par les flammes du feu de camp, vient dans ma direction. Je m'arrête, la laisse venir. Une jeune fille pâle, blonde, délicate. Ses mains. Ce sont ses mains que je reconnais. Celle qui m'a soutenue muettement.

Elle a l'air déboussolée. Instinctivement, je me mets en mode carapace. Je n'ai pas vraiment envie de savoir ce qu'il s'est passé. Mais je sais qu'on ne me laissera pas le choix, qu'on me poussera malgré tout dans la fosse aux lions.

Alors j'avance à mon tour vers elle et stoppe devant elle.

Je sais pas quoi dire. Je sais pas quoi faire. Mon corps se dandine d'un pied sur l'autre. Mes épaules remontent comme pour engloutir mon cou. Mais qu'est ce que je fous dans cette galère...

Merci pour tout à l'heure, dis-je dans un souffle.

Ne voulant pas voir la pitié dans son regard, j'observe l'effervescence dans le campement de fortune ou s'entassent sac et caisses. Tout semble normal et pourtant...

Qu'est ce qu'il s'est passé ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 8:21



Un homme est venu vers moi. A peine si je l'ai remarqué, concentrée que j'étais sur la jeune fille que je devais aller voir. Un seul objectif, une chose en tête, monomanie. Une autre jeune femme est là. Même combat. Je ne lève pas les yeux, j'avance, pareille à un robot. Céli est en mode automatique. Et elle est hors de contrôle.

Ils n'ont pas vu, ils n'étaient pas là quand il le fallait, ils ne sont là que trop tard, beaucoup trop tard.

Maintenant, Sibylle est partie. Pfuit. S'ils ont vu le monstre, alors ils n'ont pas besoin de moi, ils peuvent choisir ou non de le poursuivre seuls, comme des grands. Sinon, ils vont me prendre une fois de plus pour une illuminée, et ça n'ajoutera qu'un peu à ma colère. Raison de plus pour ne pas traîner.

Ce n'est pas vraiment de leur faute, mais je ne peux m'empêcher de leur en vouloir un peu aussi.

Même si c'est à moi que j'en veux le plus, pour mon impuissance, mon inutilité, pour mon absence au plus mauvais moment. Je me retiens encore de pleurer, toujours cette manie stupide.

Elle s'est levée. Elle a passé le moment le plus dur. Elle a l'air forte, elle s'en remettra. Je m'approche d'elle, je vais pour parler, mais pas un mot ne sort.

Qu'est-ce que je peux lui dire ?

Ce n'est rien. Tu ne peux pas imaginer à quel point je te comprends.

Mais ce n'est pas le moment de jouer aux devinettes. Ni de faire une dissertation sur la vie et la mort, je n'ai pas envie d'en parler et elle sûrement pas envie de l'entendre.


Il...oh, il ne s'est rien passé, après tout, Sibylle n'a QUE fait un malaise et a SEULEMENT été enlevée par une chose encore indéterminée. Pas de quoi réveiller la populace non plus.

Oh oh...je deviens cynique, moi, maintenant.


...Et comme tu es une des personnes pour qui Sibylle semble compter pour autre chose que la forme de ses fesses - j'ose espérer - je me suis dit que c'est à toi que je devais en parler. Voilà. Je sais pas quoi faire, tout le monde s'en fout ou s'y intéresse avec mille ans de retard, je ne vois que toi qui aie eu quelque chose de plus important à quoi tu devais penser. Je m'appelle Céli, au fait.

Bien, Céli ! Clair, net, précis, et désagréable. Y'a du progrès. Tu vas passer pour une mégère maintenant, plus pour une folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kheira Cruz
Lucky Lucy
Lucky Lucy
avatar

Féminin Nombre de messages : 1195
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 9:14

Je digère ses paroles amères, me bute à son cynisme. Elle est autant perdue que moi et je ne comprends que trop bien son amertume vis à vis des autres naufragés.

Le manque de sommeil et la faim me taraudent. Lasse, si ça ne tenait qu'à moi je m'allongerais près du feu de camp pour retrouver des forces.

Mais dans ma tête sa cogite, enregistre, décortique, assimile. Elle a réveillé mon instinct de survie mais aussi mon petit... mais vraiment petit... côté solidaire.

Mes mains prennent la sienne, celle qui m'a apporté son soutien quand j'en avais le plus besoin, l'enveloppent, pour se faire rassurantes.

Je m'appelle Kheira... Ecoute Céli... Je dois beaucoup à Sibylle et la moindre des choses que je puisse faire pour la remercier c'est de l'aider à mon tour. Sibylle a été enlevée... ok... Qui dit que ça ne va pas continuer ? que toi, moi, eux n'allons pas disparaître tour à tour ?

Petite pause. Moment de réflexion. Mes pouces caressent le dos de sa main... si froide !

On a pas survécu à ce naufrage pour crever sur cette putain d'île. Et si on reste chacun de notre côté, si quelque chose nous veut vraiment du mal, on y passera tous. Faut se rassembler. Rester groupés. Communiquer. et Agir. Tu comprends ce que je te dis Céli ? Même si on ne les supporte pas, il faut s'unir aux chacals. On a plus de chance de survivre à vingt qu'à deux et de retrouver Sibylle... T'as une idée pour attirer leur attention ?

Et là je regrette d'avoir laisser l'arme de Tara entre ses mains.... On est pas en sureté comme on aurait pu le croire.

Pilule ? Methadone ?

Non. Il est temps d'arrêter tes conneries sister. Fait le en mémoire de Tara. T'as pas pu la sauver mais t'as peut être une chance de sauver Sybille...

J'ouvre mon sac à dos, sors les plaquettes de méthadones et les jette au feu.

Il est temps de grandir sister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 9:42



Le contact de sa main avec la mienne me rassure, me redonne un peu de confiance. Je dois faire face, et elle a raison : il faut que nous nous rassemblions. Que nous communiquions. Je reste amère : jusque là, la communication.

Oui...tu as raison sur la survie. J'espère aussi que tu as raison sur les chances de la retrouver.

J'espère, mais j'ai du mal à croire. Il y'a eu des morts, plusieurs, jusque là, et Kheira est bien placée pour le savoir. Et qui s'en est soucié ? Qui s'en est soucié, de cette jeune femme aux cheveux courts ? Qui ? Sibylle. Monsieur Achille. Moi, un peu, du mieux que je le pouvais. C'est peu. Ca fait trois personnes. Toujours mieux que deux, après tout. Mais sur l'ensemble des naufragés...

L'amertume me ronge.


Pff...pour attirer leur attention ? Les cris, ça ne marche pas. J'ai déjà essayé. Peut-être qu'en mettant le feu à la forêt...


Stop. C'est trop. Redeviens humaine, Céli. On croirait entendre une vieille de 70 ans. Ce que tu es un peu, dans l'absolu.


...en faisant grossir le feu de camp, peut-être que les signaux de fumée...ou alors, il faut qu'on aille voir le plus de monde possible. Monsieur Achille nous aidera, je pense. C'est un des rares à être sensés par ici.


Mais là, au vu de la population du bateau, inspecter l'île recèlerait un fort risque de tomber sur des scènes proscrites à la mineure que je suis. Quoique...ce serait une vengeance, après tout.

Je regarde Kheira qui jette des choses de son sac dans la fournaise. Des pilules. Ses gestes sont légèrement empreints de solennité. Elle franchit un cap. Compréhensible.

Et moi ? J'ai franchi plus qu'un cap, que dis-je, j'ai franchi une péninsule. Où es-tu, douce Céli ? Certainement fondue, endormie dans la Céli-colère actuellement réveillée. Je serre les poings.

Je n'ai même pas envie de pleurer. C'est un signe.

Je me retourne.


Monsieur Achille !

Sibylle...combien serons-nous à vouloir t'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 11:09

Evidemment, le godelureau est tellement occupé à jouer à la ventouse avec sa conquête que la parole d’un larbin ne l’atteint même pas. Je ne suis pas certain que ça va durer longtemps toute cette histoire.

Là-bas de l’agitation, je dresse l’oreille, les conversations se bousculent, on a enlevé quelqu’un, ça doit être l’autre évaporée si mes conclusions sont bonnes. C’est bien ce que je disais, nous sommes surveillés, on nous guette et nous ne sommes pas en sécurité. Bon, je ne vois que deux alternatives. Soit on se barre, mais je n’arriverai pas à décoller le fils Spelding de sa lamproie, soit on gère le groupe pour éviter la panique et éventuellement assainir les lieux…

Et merde, j’ai pas le choix en fait… Je m’approche du petit groupe qui se forme. L’ambiance est à l’hystérie montante, il va bien falloir réussir à calmer tout ce petit monde si on veut être un tantinet efficaces.

« Veuillez excusez mon intrusion, mais, s’il m’est permis de vous donner mon avis, je crois que nous aurions intérêt à nous organiser. Mettre en sûreté notre groupe, recouper nos informations, faire un inventaire de nos moyens et éventuellement organiser une expédition pour tenter de récupérer Mademoiselle Sibylle.

Le récit de mademoiselle Céli ne précisait pas quelque chose qui peut avoir une importance : l’individu que vous avez aperçu portait-il un casque avec deux lueurs rouges ?
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fausto Alumbrado d'Este
Missionnaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 175
Age : 45
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 12:35

Hésitant, je les observe alors qu'ils s'agitent. Je perçois quelques mots, mélange d'oil et d'oc. Des gens du Royaume de l'hérétique de Navare donc... Des saltimbanques, probablement, vu les parures. Ou quelques alchimistes car beaucoup sont en train de se pommader leurs blessures.

Un groupe m'a repéré. Une bachellette m'observe. Il est temps. Je commence à m'approcher d'eux quand résonnent nombreuses hurlades.

Pretant attention aux propos, je comprend qu'une donzelle s'est faite enlever. Grand emeuvement dans le campement... Enlever ? Seigneur Dieu !

M'aurait-il suivi ? De quoi provoquer grande doutance à mon égard.

Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir.
Subissons - nous céans le courroux de Dieu ? Ont-ils, comme moi-même pêché contre le Seigneur ?

Las, il me faut les prévenir... Oncques ne vit le Seigneur refuser son pardon à ceux qui font bonne repentance.

C'est le Diable !!!... Oyez moi avec attention bonnes gens !! Le Diable est parmi nous !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marguerite
Baronne
avatar

Féminin Nombre de messages : 277
Age : 37
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 15 Mar - 12:47

Johnny ...
Surtout .... ne pas fermer les yeux
Rester éveillée...Ils vont bientôt arriver
juste attendre

Une porte qui claque
le silence
le vide


J'ai froid ...l'espoir, la crainte
Un oeil, puis l'autre

Patiente, cela ne fait qu'une nuit ils vont venir
La gorge sèche et ce goût salé
Le soleil reprend sa place ... pas moi
Le feu meurt doucement ... pas moi

Une banane, je souris ...Johnny ..
Pas vraiment faim, mais il faut bien manger
Une bouché, deux, envie de vomir... trois? non

De l'aide ! Un médecin, vite, venez, à l'aide !!

Non ... pas ça
Pas bouger, rien entendre, ils vont arriver juste attendre, survivre

Quelque chose là bas, un bruit sourd comme un corps qui tombe de haut

Non ... rien

Veuillez excusez mon intrusion... Mettre en sûreté notre groupe...organiser une expédition pour tenter de récupérer Mademoiselle Sibylle.

Sûreté ... récupérer ...

Ils ne vont pas venir ...
Survivre coûte que coûte
Mais pourquoi ?

Je ne sais pas, trop ... c'est trop

Courir, loin, oublier, rien voir, rien entendre
L'air du matin qui gifle mon visage
Réveille toi ma jolie, réveille toi
Non ...

Plus de sable sous mes pieds, un peu plus loin quelques voix qui s'approchent

Récupérer ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   

Revenir en haut Aller en bas
 
Point de départ : arrivée dans l'ile
Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Arrivée dans une nouvelle ville.
» Arrivée dans le calme...En êtes-vous sûr? [Rp Adonis T. Nightsprings]
» Mon arrivée dans un nouveau lycée
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\
» Quelle est votre part de responsabilité dans l'échec haitien ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île-
Sauter vers: