Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 Point de départ : arrivée dans l'ile

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 29 Mar - 11:41

Corso réagi au quart de tour, il est prévoyant et organisé, ca se sent, après s’être muni d’une torche, il reviens vers moi, à la lueur de celle-ci je le vois me sourire.. Ça me réchauffe un peu aussi rustre qu’il pourrait paraître il se laisse un petit peu gagné par la douceur ...

Oui effectivement il n’a pas tort, Sibylle ne pourra pas être soignée ou dégréffé, en tout cas pas ici ... Malheureusement l’espoir que l’on nous retrouver est bien mince, je doute que nous pourrons un jour revoir et refaire face à notre vie passée ... Peut-être est-ce mieux ainsi ? En ce qui me concerne, je ne suis pas désemparée de ne pouvoir revoir ma vie défiler dans mon cabinet ... J’accepte ce qu’il m’arrive même si je dois mourir, ce ne sera pas pire qu’ici dans tout les cas !

On se repaire et marchons jusqu’à une forme prêt d’un canot proche de l’eau ... Une forme des plus rectangulaire attire bien évidemment notre attention, c’est enfin elle cette malle ... Ce qu’on va y trouver ? j’ai tout de même hâte de le savoir.. Corso, prend un bout de celle –ci puis commence à porter, je fais ce que je peux en essayant de l’aider un maximum, de ma petit corpulence, je ne dois pas lui être d’une grande utilité ! ...

Après quelques pas, on arrive enfin vers Lyana ... Le moment est venu de voir ce que cache la Malle.. Hélas pas grand-chose mis à part ... Une bouteille de Vodka ... Une trousse de soin enfin de premier secours ... Ca devrait intéresser Lyana ! Puis par là ... Un drôle d’appareil ... Je n’ai jamais vu ça ! A quoi peut-il bien servir ce truc ?? Ne voulant pas trop faire de misère, je préfère le laisser à l’intérieur pour éviter que je ne touche ce qu’il ne faut pas !

Tien des biscuits ... A croire que le Vince savait ce qui allait se passer ou alors qu’il était très paranoïaque ... C’est qu’au fil que le temps se dévoile ici je pourrait presque aussi le devenir, tant de mauvaises ondes dans les parages ... Vraiment plus rien ne m’inspire, malgré tout petit espoir qui me taraude.. Je vais ne pas baisser les bras et m’abandonner ...

Corso axant jeté un œil furtivement à l’intérieur s’en va un peu plus loin ... rechercher quelques petites branches pour que le feu ne se meurt pas .. Merci à lui de nous apporter ce réconfort sommaire soit il, il pense aux autres j’en suis sûre ! Ensuite il s’assied ... Et reste proche de nous..

Il essaie un petit peu de récupérer, la survie ici est difficile pour nous tous, Quelque chose rôde et ensemble il faut que l’on reste ... Toujours devant la caisse et à genoux, je saisi un paquet e biscuit.. Sans bruit, je me relève et m’avance vers Corso .. La faim nous tiraille tous ... arrivé à sa hauteur, et pour ne pas l’embêter, je lui dépose ces quelques denrées à ses côtés.

Je le laisse à ses pensées, puis me retire gentiment, je retourne vers Lyana , je vais me reposer, même si la fatigue, je lutte pour qu’elle ne me gagne pas ... J’ai trop peur de fermer les yeux ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 29 Mar - 12:24

La jeune rousse est partie avec le loup de mer. Ils vont chercher quelque chose ou ont des trucs à se dire. Mais pourquoi je m’intéresse à ça moi au fait ? J’ai d’autres trucs à gérer.

Grmmmblbl.

Rick est encore sous le choc de ce qui arrive, alors qu’il n’a absolument rien vécu et semble vouloir se réfugier sous l’ombre de mon desert eagle. Comme si un gros calibre allait simplifier les choses. Faudrait qu’il arrête de mater des séries débiles…

La blessée a repris ses esprits et acceptes l’auscultation de Lyana. Machinalement, j’écoute leur conversation et ce que dit Sybille n’est pas rassurant. Elle a cicatrisé en une paire d’heure. Elle se remet d’une opération neuro-chirurgicale en moins de temps qu’il n’en faut à Mademoiselle Céli pour sortir une vacherie. Je m’approche du groupe et écoute de nouveau.

« Vous devriez vous assoupir mademoiselle Sybille, votre état semble fragile et il ne fait pas bon être mal en point sous ces lattitudes. »

Rayana finit par nous rejoindre, elle n’a pas l’ai rassurée, et ça se comprend. Il faudra pourtant bien prendre un peu de sommeil. Et manger aussi. J’ai bien un stock de provisions, mais si je sors tout ça ici, ça va être la foire d’empoigne. On avisera demain, lorsque le soleil sera levé et que le groupe s’éparpillera un peu. Je réprime un frisson et me cale dans le sable. Je vérifie mon attirail, gare mon sac à dos pour éviter qu’une main curieuse vienne y fouiller, place le flingue à portée de main…

Je vais fermer un œil et laisser l’autre ouvert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Mortenzen
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 29 Mar - 12:52

Une aide presque innatendue, voilà comment on pourrait qualifier l'intervention d'un autre naufragé. Etant donné l'heure tardive, le comte pensait que nul ne viendrait l'aider.

Ils tractèrent à deux le corps de la demoiselle tombée du ciel. Arrivé sur la plage, le comte la déposa sur la plage.
Il colla sa joue contre sa bouche afin de vérifier qu'elle respirait
normalement.

Rien de bien inquiétant dans sa respiration, je pense qu'elle devrait réouvrir les yeux sous peu.

Il alla chercher son grand veston qu'il déposa en guise de couverture.

Puis se tournant vers son aide-sauveteur:


Merci pour l'effort, je ne crois pas que nous ayons déjà été présenté vous et moi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 31
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 29 Mar - 13:14

Morgan se mit enfin à ressentir ses membres, et se mit à se tortiller dans tout les sens.

*Plus d'eau ??*

Quel bonheur, enfin sauvée, elle l'avait échappé belle, en ouvrant les yeux elle aperçut deux hommes, surement ceux à qui elle devait la vie.
Elle voulu se redresser, mais c'était trop tôt, son corps était fatigué, encore trop faible.
Mouillé dans le sable, elle se dit qu'elle devait ressembler à un gros poisson pané et cette idée la mis en rogne.

S'accordant encore un peu de répit, Morgan décida de voir les choses avec optimisme ... elle ne serait pas obligé de rejoindre la famille de son copain, et d'ailleurs c'était un signe, qu'il fallait qu'elle le fui comme la peste.


S'appuyant de toute ses forces sur ses bras, elle se redressa non sans mal, et observa les deux hommes.

- Euh .... merci de m'avoir sauver ... tout va bien pour vous ? On devrait peut-être pas rester là, trempé comme on est !!

Pas de réponses immédiates.

- Si l'un de vous pouvez m'héberger pendant la nuit, je vous promet de vous dédommager dès demain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven Larrson
Déplaisancier
avatar

Masculin Nombre de messages : 480
Age : 43
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 29 Mar - 13:37

Ah, elle est bien bonne celle là, l'héberger..

J'ai peur d'avoir égaré les clés de mon loft madame.
hum.
Dommage, j'y ai une super baignoire. Et puis un peignoire.


Je me retourne vers le sauveteur amateur..

Je vais vous laisser expliquer ce qui est explicable à la dame..
Mon nom est Sven Larrson..
J'habite un loft à deux pas, avec un frigo rempli.
Je déconne.
Et je ne suis pas drôle.


Rho je commence à geler moi trempé en slip... Je me lève péniblement, je m'en contrefous d'être ridicule, là en slip, et je me dirige vers ma couverture de survie laissée seule, avec la trousse à pharmacie, la lampe, et surtout la pierre..
Ma petite pierre.. Je pense dessiner des yeux et une bouche et en faire ma copine de celle là... Ou alors m'y lester le cou avec une corde et me jeter à l'eau, elle doit peser 3 kgs à tout casser, une tentative aussi ridicule que mon slip.

Je récupère tout mon bardas et passe près de Jenny, elle dort profondément.. Je devrais faire de même..
Je me pose pas trop loin d'elle, étend mes fringues sur le sable, et me couche sous la couverture...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 29 Mar - 23:25

Pas de réponse, c'est presque une réponse quand même...
La plage semée d'objets divers, le foutoir complet.
En plusieurs jours ils se seraient organisés un minimum.
Là c'est toujours le chaos.
Le même chaos à quelques détails près.
Un jour.
Peut-être deux jours, au plus.
C'est trop rapide...


Pensive, un peu abattue, elle continue à passer la main sur sa nuque, à caresser ce métal qui fait partie d'elle à présent... Il a pris la chaleur de sa peau, la douleur s'est effacée...

Les mots de Mike sont pleins de bon sens... et de justesse.
J'en peux plus, en fait...
Mais en même temps j'ai quelque chose de fébrile qui court sous ma peau...
Si je m'allongeais là, je ne fermerais pas l'oeil de toute façon... Trop de questions.

Rayana lutte avec le sommeil, Corso est plus qu'à demi parti. Lyana reste silencieuse. Mike, allongé non loin, semble dormir. Mais un reste de tension sur son visage, un reflet noir entre ses paupières me dit qu'il ne dormira pas profondément...

Les autres, plus loin, hors de vue, ou presque dans la pénombre...

Un soupir, silencieux.
J'ai faim, mais la gorge trop nouée...
Soif aussi... Mais je ne vois rien à boire ici...
Mes yeux retombent sur le paquet de vêtement.
Oui, c'est une idée.
Mon sac doit être resté quelque part près des canots.
Quelques vêtements de rechange, des chaussures.
Et le demi-litre d'eau qui était posé sur ma table de nuit.

Est-ce que je vais tenir debout ?
On verra.
Je rejette la veste de Monsieur Mike d'un coup d'épaule, et je la soulève pour la déposer bien à plat à côté de moi.
Je resserre le drap sur ma poitrine, le coince comme un paréo.
Allons-y...
Sur les deux genoux d'abord. Pousser des mains, et me voilà accroupie.
Ca tourne un peu, puis ça se calme.
J'attrappe le paquet de vêtement et le serre contre moi.
Je me relève doucement, le paquet serré contre moi pour garantir l'arrimage du drap, l'autre ouverte, prête à saisir le premier truc qui passe si mon équilibre me faisait défaut.
Ca tourne plus violemment...
Mais là aussi, ça se calme...
Je me sens bizarre... Le sang palpite dans mon cou, pulse dans ma tête, je l'entends qui siffle à mes oreilles...
Mais ça tient.
En route...

Je me tourne vers les canots, et je quitte la chaleur du feu. Au mieux je retrouverai le sac. Au pire il y a là quelques gros rochers derrière lesquel me cacher pour réintégrer une tenue qui ne m'oblige pas à guetter les coups de vent coquins qui aiment à faire voler l'étoffe...

La nuit s'assombrit autour de moi... J'entends un léger tumulte au loin, des bruit d'eau. Mais mon objectif est toujours là... Les canots. Et là, à gauche du nôtre, une tache noire indistincte. Mon sac...

Je vais le chercher, puis je fais retraite derrière l'un des gros rochers... Il était temps. Le vent vient de la mer, poussant la brume, et je la remercie, la brume, parce que j'ai les jambes dehors, au moins... En plus j'ai la tête qui tourne à nouveau... Ca fait du bien de retrouver le sable sous mes genoux. Quelques secondes de repos, puis j'attaquerai le changement de costume...


Dernière édition par le Jeu 29 Mar - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 29 Mar - 23:29

CLAC

La sécurité de mon flingue vient de sauter sous la pression de mon pouce. On vient de bouger.

J'observe à travers mes yeux mi-clos.

Sybille. Elle se lève. Elle peut donc marcher. Elle porte ses vêtements dans ses bras. Elle s'éloigne.



J'ai quand même pu dormir presque 7 minutes...

Je me relève à demi et observe son ombre partir vers les canots.





Je guette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 0:41

Baillement a s'en décrocher la machoire.
Pourtant je n'ai même sommeil...
Attendez, j'ai quand même fait une nuit quasi complète hier...
Ca m'était pas arrivé depuis des mois.
Je sors de ma couche de fortune.
Mes genoux craquent, je suis tout rouillé.

- Pfff...

Long soupir...
Décidément je sens que ça va être très long cette petite excurtion Robinson Crusoé...
Encore faut il sent sortir un jour...

Une ombre se faufille et passe devant moi.
Quelqu'un qui semble avoir besoin d'intimité...
D'ailleurs je vais pas venir l'ennuyer pour autant.
Direction...
Le rocher sur lequel le reflet des flammes dansent.
Face à la mer.

La légère brise marine souffle sur mon visage et mes cheveux virvoltent avec elle.
Nouveau passage près du feu.
Un regard furtif vers les gens assis.
Épuisés pour la plupart...
Un peu normal aussi...
Nous y voila...
La pierre est froide, pas endroits creusée par le temps et la marée.
Hop, nous y voilà...
Faisons un petit résumé de la situation...

[Petite musique :
http://www.radioblogclub.com/open/94076/wash_away/Wash%20Away%20%28Reprise%29%20Joe%20Purdy]

Premièrement nous nous sommes échoués il a 2 jours maintenant.
La raison... Pas très claire.
Ensuite je n'ai aucune idée de l'endroit où on est...
C'est vaste le pacifique... Très vaste.
Autre point positif... Nous avons perdu tout contact avec l'extérieur...
Comble de la chance on a échoué sur l'île qui a du inspirer le réalisteur d'X-files...
D'après ce que j'ai cru entendre tout n'est pas super... Explicable.
Et voilà... Je m'étais promis mais ça y est...

Une fine larme d'échappe et coule sur ma joue.
Stop, j'arrête la scéance lamentations...
Amy doit rester où elle est...
Je dois faire comme elle m'a dit...
Écouter les recommendations d'une gamine de 12 ans... Si c'est pas pathétique.
Regard fixe vers le reflet de la lune dans l'eau.
Demain il faudra que je m'active...
Allez laissons un peu les vagues emporter mes soucis au loin.
Posons nous un instant pour ne penser à rien.
Profiter un moment de la vie elle même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Mortenzen
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 1:10

Le comte regarde Sven s'éloigner sur la plage, en slip..

Bah, superman avait bien son slip par dessus son pantalon ça l'a pas empêché de vendre des millions de comics.

Il se tourne vers morgan, et de sa voie habituellement raclante mais plus chaleureuse que d'accoutumée il lui répond.

Ne t'inquiètes pas, c'est un véritable club med ici, il manque juste les bungalow, les animations, la bouffe, les sanitaires. mais il y a autant d'effluves hormonales et de filles à moitiée nues.

Nous sommes les rescapés du naufrage d'un bateau de luxe. Il semble que d'autres naufragés vivent sur cette île depuis hem... Fort longtemps, et que leur provenance...
On verra ça plus tard, tu peux garder le veston je n'en aurais pas besoin, mais à ta place je ne resterais pas mouillée..


En disant cela il ôte son shirt trempé et se dirige vers le feu au milieu de la plage.
S'installant à proximité de celui ci, les ombres jouent sur son visage caverneux. Seuls ses deux yeux glacés demeurent impénétrables dans la nuit environnante.


Il se surprend alors à lever la tête vers les étoiles, et à laisser son âme s'échapper vers les questions de l'infinitésimale compléxité de l'univers qu'il contemple alors..
Le vent marin entoure son corps à moitié nu, pour la première fois depuis fort longtemps, il trouve une incroyable paix intérieure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda Blust
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 38
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 1:18

Ca résonne comme une valse…

Cette danse des flammes non loin, comme bercée par les battements des vagues échouées et ce va et vient incessant autour d’elles. Au loin, l’horizon a eu raison du soleil, faisant place à une brume épaisse et sombre qui envahit le rivage… mauvais présage.

Mais ça ressemble au chaos…

Un vrai champ de bataille avec son lot de blessés qui arrivent et autour desquels on s’affaire pour donner l’illusion du réconfort et cette scène surréaliste où un avion déchire le ciel pour venir s’écraser en pleine mer. En entendant les moteurs, Mathilda avait d’abord pensé aux secours mais elle assiste maintenant à un sauvetage... un comble !

Elle observe ce défilé, ses pieds barbotant dans l’eau, s’amusant à enfoncer ses orteils puis à les déterrer dans un tempo régulier… ça la calme, ça lui fait oublier l’éventualité qu’ils soient perdus, que les secours ne viennent pas…


SI ! Shut up ! Bien sûr qu’ils vont venir… ils sont déjà en route et tout ira bien…

Elle porte son sac comme une mère porte son enfant… ce sac, c’est tout ce qu’il lui reste, c’est tout ce qui prouve qu’elle est elle… la seule chose à quoi s’accrocher.

Et les autres ?

Hum… quoi les autres ? Je n’en connais aucun pour ainsi dire et du peu que j’en connaisse, ça n’est pas glorieux !

Rhooo Mathilda ! Alleeeez… Regarde… Ils l’ont ramenée !

Oui. J’aurai aimé… mais trop tard… je n’étais pas en état… l’important est qu’ils l’aient ramené saine et sauve… elle a l’air fragile… Qu’est-ce qui s’est passé ? Que lui a-t-on fait ?...

… Qui sont ces gens qui enlèvent des naufragés au lieu de leur porter secours ?!

Il faut que je sorte de là… je vais attraper froid…


Mathilda s’avance, quelques pas… où aller ?

Droite. Gauche. Elle hésite. Elle ne peut plus reculer. Elle veut savoir.

Alors elle marche vers ce rocher derrière lequel s’est réfugiée Sibylle, doucement elle arrive à sa hauteur. Sans un mot, sans geste brusque, elle laisse poser ses genoux à terre, fait glisser la fermeture éclair de son sac et en sort une bouteille d’eau et une barre céréalière. Elle lève ses yeux vers la blessée…


"Peut-être devriez-vous vous nourrir un peu…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 1:39

Tout est sombre quelque chose m’appelle, m’attire, de la lumière éclatante un bruit qui résonne des gens qui crient Scène Apocalyptique ... Brouillard désespoir Lyana ! L’homme au costume sombre ... Sibylle devinant ... Chose méprisable ... Chaos !!!

Avec sueur je me dresse d’un coup !! Je regarde autour de moi, tout est pareil noirceur et angoisse ... Rien à changer si ce n’est ce brouillard qui s’amplifie ! J’ai cauchemardé ... Donc je me suis assoupie ... Combien de temps ? Il fait encore noir ... Le feu danse et sillonne la plage vaste abri de fortune ...

Essayant de me calmer aux visions d’horreur qui m’ont pénétrée je pense et je sais pourquoi je ne voulais pas dormir ! Mais trop épuisée, je me suis laissé allée ... Je jette un regard ou Sibylle était ... je ne la vois plus ! Mon estomac se noue ! Ou est-elle ? Je la cherche du regard ... Rien ...

Un peu plus loin je vois toujours Corso dans son coin, mais ou est sibylle ? Je vois aussi l’homme qui à ramener Sibylle ... Avec angoisse je me lève et prend sa direction ... J’ai peur, si peur ... Tout doucement je vais le retrouver.. Me trouvant face à lui, je vois bien qu’il ne dort pas non plus ... Alors je me lance timidement ...

Excusez-moi Monsieur, savez-vous ou est Sibylle ? Elle n’est plus vers le feu ...

Ne sachant comment il va réagir ... Je m’attends à tout ! Va-t-il être surpris ? J’ose à peine le regarder, comme si j’avais fauté en ne veillant pas sur elle. Je détourne un peu mon regard Angoisse de son regard ? Je me sens coupable !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 9:58

Secoue-toi, Sib, c'est pas le moment de t'endormir...
Le bruit des vagues est hypnotique, et je suis fatiguée, tellement fatiguée...
C'est beau ici, le rocher est lisse, la plage qui part en sinuant, sable et roche, végétation dense, et la brume qui ferme tout, comme un cocon. Pas d'étoile.
D'ici on pourrait se croire seul.
Et c'est ça qui me rend anxieuse.
La chair de poule c'est ça.
Le vent frais et humide, oui, aussi.
Mais j'ai la trouille.
J'ai toujours fui les autres, là je suis à cinquante pas d'eux.
Et j'ai une boule glacée dans le ventre.

J'attrape la fermeture de mon sac.
Elle résiste, forcément, j'ai les mains qui tremblent.
Brusquement la boule grandit.
J'ai l'impression qu'on m'observe, j'ai l'impression que si je tourne la tête je vais voir deux yeux jaunes qui me fixent.
Respirer calmement... Sib, arrête... T'as pourtant passé l'âge d'avoir peur du noir...
N'empêche.
Je fouille dans le sac.
Mes sandales, sur le dessus, là où je les avais fourrées en hâte.
Jeans, haut en coton.
Je pourrais remettre ce que je portais avant.
Je sais c'est idiot, mais j'arrive pas à passer au-dessus de l'idée qu'un truc inhumain me les a ôtés.
Où est-ce que j'ai fichu les sous-vêtements, merde !
Je farfouille rageusement, j'y vois rien, et je bute sans cesse contre la paire de bottines, allez, allez, où sont ces fichues culottes je suis sûre que j'en ai pris !!! La boule grandit, je sens presque les yeux jaunes...
Oh et puis merde !

Je me redresse et vire le drap qui n'attendait que ça.
Le froid, la trouille.
J'ai la peau hérissée et les pointes des seins comme deux petits cailoux.
J'attrape le jean, et je l'enfile à la hâte, l'épaule contre le rocher, frissonnante. Pied gauche, replier la toile, voilà, pied droit, ça accroche, merde, merde, ah, ça y est.
Je tire sur le vêtement, j'ai la peau moite de brume et ça glisse mal. Je joue un peu des hanches, c'est toujours là que ça coince, mais je me tortille un peu et ça passe.
Ca fait bizarre...
Pas le temps pour le bizarre.
Trois boutons, puis celui de la taille.
Pas facile avec les doigts qui tremblent.
Et puis décidément, ça fait bizarre...
Le paysage qui disparaît là-dessous n'est pas le même que d'habitude...
Mais tant pis.
Voilà. Fini. [hrp : désolée Corso, j'ai pas osé être plus poétique ^^]


Le haut noir traîne sur le drap, facile à repérer.
Je me reflanque à genoux, là j'ai la boule de panique qui m'est remontée dans la gorge, je me dis que je suis dingue, la dernière fois que je me suis isolée, je me suis réveillée ailleurs et différente, et voilà que je recommence, j'aurais dû demander à Lyana de m'accompagner, crétine, trop tard, trop tard... Je passe vite les bras dans le vêtement, et...


Le bruit.
Coeur qui bloque.
Ventre en pierre.
C'est juste à côté de moi.
Sib, t'es une sombre conne.
Ca y est, c'est là.


Ziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip...

Fermeture éclair ?
Pas facile de tourner la tête quand on est pétrifiée...
Ca me demande un effort inimaginable...
Mais ce bruit, non, c'est trop humain pour être quelque chose de vraiment menaçant... Le cou raidi, je me tourne un peu.

Une femme, vaguement entrevue sur le bateau.
Une rescapée.
La pierre fond et la boule d'angoisse explose en eau, vague de soulagement qui me fait lâcher un grand soupir...
Nom de Dieu j'ai eu une frousse pas possible...


La femme sort posément de l'eau et quelque chose qui ressemble à un snack. Pour moi, apparemment...
Elle me parle. Calme, raisonnable.
Et brusquement moi je réalise que je me suis interrompue en plein habillage... Je passe vite la tête dans l'encolure du vêtement, et je termine de l'enfiler à la hâte... Heureusement, il fait très sombre.
Et puis c'est une femme...
Mais bon...
Oh Sib, arrête avec ces pudeurs de mômes...


Merci...
Je ne sais pas si j'arriverai à manger, mais je meurs de soif...


Rapidement, je fourre en vrac dans mon sac les vêtements que Corso m'a rendus. Je le ferme, pose dessus le drap blanc, roulé en boule, et mes sandales.

J'accepte la bouteille d'eau, la porte à mes lèvres, et je bois guelques longues gorgées. Pas fraîche, mais délicieuse... Ca fait un bien... J'ai l'impression de la sentir couler à l'intérieur de moi, emportant au passage des tas de peurs, de doutes et de questions...

Je lui rends la bouteille, je tremble moins, déjà...


Je... Je ne connais pas votre nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 11:57

Les flammes dansent un sabbah hypnotique, onpourrait croire qu'on y voit le visage grimaçant de Moloch Baâl, le brûlant babylonien. Je me laisse entraîner par la danse, le visage dur, au bord du sommeil. Si certains pensent que je ronfle comme un sonneur, ils se fourrent le doigt dans l'oeil et profond. Je ne me suis plus endormi pendant un quart depuis l'age de 16 ans. J'étais mousse sur un croiseur militaire et j'ai pris cinquante coups de badines à l'ancienne. Plus tard, quand j'ai eu mes galons de premier lieutenant, j'ai sauté sur la première escale pour jouer les déserteurs dans les îles sous le vent. La discipline, elle m'ait resté en travers de la gorge. Et dans la marine, on a pas changé les méthodes d'enseignement depuis Surcouf.

La fatigue aiguise les traits du marin, bientôt quarante balais, ça commence à sentir le rance. Corso aime pas trop y penser, tant d'heures à la barre, de surveillance d'horizons changeants... Souvenirs, En mer de chine, sur un sampan chargé d'opium au dessus de la ligne de flottaison, à 25 ans, c'est son premier gros coup, il a voulu la jouer solo. Grossière erreur, les chinois veulent se rincer au passage toujours. Il n'a pas dormi depuis trois jours, les bateaux de Wu Trois-doigts le suivent sous le vent. il pique du nez sur la barre. Soudain, les moteurs patinent, c'est foutu. Il sursaute, se sort de sa léthargie.

C'est la premiere fois, où il a buté un homme de sang froid. Le type enjambait le bastingage. About portant, son crane a explosé comme une vieille citrouille. C'est le bruit du chien qu'on arme, bruit unique entre tous qui lui restera à jamais. Le reste c'est du détail, couleur, bang, la tronche duchinois qui se crispe de surprise, c'est du détail. Juste ce bruit, à l'instant où la décision est prise !

Et ca fait clac à cet instant, qui vive ! Juste les yeux qui reconnaissent le terrain. Mike est sur un coude, l'animal est tueur aux aguets plus sur ses gardes qu'un félin sur le territoire ennemi. Rayana l'a rejoint doucement, elle lui parle à voix basse. Et au loin, un long drap blanc qui flotte au vent et qu'un malin caprice s'évertue à soulever, découvrant la rondeur d'un mollet ou le galbe d'une cuisse fuselée, la peau blanche à la clartée blafarde des rares rayons de lune qui perce le brouillard. Les rondeurs de Sibylle de dos qui s'évacue discrètement vers les rochers. Elle marche ! Tout n'est pas perdu pour elle alors.

J'ai comme une bouffée de senteur poivrée qui me remonte au visage, j'aurais pas du mettre le nez dans sa culotte. Le parfum aphrodisaique des dames me laisse rêveur depuis l'enfance, et la maison où oeuvrait ma chère maman. Même les pirates ont une maman ! Et moi, j'en avais dix pour le prix d'une. Diable, les nerfs, la fatigue me joue des tours.

Doucement, mon vieux breton frappé par la malediction de vénus, ce genre de demoiselle, c'est des vraies dames. Ca se cache pour se reculotter, ça dit vous aux gens qu'elle ne conaissent pas, pas le genre à laisser les mains balladeuse d'un vieux briscar, frère de la côte. T'as bien d'autre chose à penser, et c'est pas vraiment le moment sur cette île infestée de saloperie vivantes. Alors pourquoi, tu imagines un cresson sombre coincé en haut des cuisses qui disparait sous le coton propret d'une culotte de demoiselle. Si tu savais qu'elle n'en a pas trouvé de culotte ! (hrp : Mais, on peut t'aider Sibylle ^^)

Corso secoue la tête et ravale sa salive. Il se rallonge les mains derrière la tête, guetter les étoiles, si seulement, il y avait un indice dans le ciel bas et lourd d'où on se trouve... Veille, Mike est sur le fil, des insomniaques trainent partout, je ferme les yeux mais c'est l'appareillage étrangeplanté dans le coup de la miss qui vient me chahuter, libido rapido en berne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathilda Blust
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 106
Age : 38
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 14:25

Elle est tendue.

On le serait à moins voyons, c’est tout à fait normal ! Nous le sommes tous avec ce naufr…

Elle est à moitié nue !

Oh gosh ! Non non, ne lui montre pas que tu es gênée… ne détourne pas le regard, c’est ridicule voyons… oui enfin, baisse légèrement les yeux tout de même, inutile de la regarder fixement… laisse lui l’intimité nécessaire pour finir de se rhabiller… voilà.


« Je… Je m’appelle Mathilda Blu… hum… je suis confuse, désolée, je n’avais pas vu que vous… enfin bref… c’est Mathilda. »

Elle n’a pas faim. Elle devrait manger mais elle n’a pas faim…

« Ce n’est pas grave… j’en ai plusieurs sur moi au cas où… si vous vous sentez assez de force pour manger, faites moi signe et j’accourrai avec mes barres super céréalées ! »

………

Un blanc d’une seconde qui pèse une éternité. Une profonde respiration. Des yeux qui se baladent sans savoir où se poser. Des questions au bout des lèvres qui attendent des réponses mais qui ne peuvent pas être posées.

Alleeezz… non… enfin, ça ne se fait pas… on ne se connaît même pas… elle ne va pas me déballer sa vie comme ça, juste parce que je lui demande… Tiens, salut, moi c’est Mathilda, alors comme ça vous vous êtes fait enlever ? Wouahhh racontez moi ça !.... Pffff…. ridicule !

A quelque part, entre mille hésitations, une initiative. Un sourire, léger, un peu gêné mais naturel qui se dessine sur les lèvres de Mathilda. Ses mains viennent poser son sac et ses jambes viennent s’entrecroiser juste à côté de Sibylle…

Des gestes simples, muets, non accompagnés de paroles inutiles.

Elle défait machinalement l’emballage de sa barre céréalière et commence à croquer dedans. Elle n’a pas vraiment faim. Enfin si, certainement, depuis le temps qu’elle n’a rien mis dans le ventre mais elle ne le sent pas. Elle n’a pas faim, elle s’occupe.


Demande lui son nom… c’est bien ça… poli… neutre… ça permet de faire connaissa…

Un éclair vient de déchirer le ciel, faisant sursauter Mathilda qui sort brusquement de ses pensées… suit un terrible grondement… ça paraît si proche, c’est SI proche ! De grosses gouttes éclatent sur son front, ses joues… dans un crépitement de plus en plus épais… le vent semble se lever, se faire plus fort…

« Aïe aïe aïe… je crois que ça va pisser des vaches, comme vous dites ! On ne devrait pas rester ici, il vaut mieux se réfugier dans la forêt le temps de l’averse ! »

Mathilda ramasse son sac et celui de Sibylle qu’elle jette sur son dos puis, tendant un bras à la jeune femme pour l’aider à marcher, elle l’interroge du regard…

Allez ! S’il vous plaît ! Venez ! Laissez-moi vous aidez… il faut partir…



[HRP > Direction un coin de verdure si Sibylle veut bien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 16:58

La rouquine se radine vers moi. Elle veut retrouver Sybille, oui, je comprends… Alors que je vais pour lui répondre un éclair illumine un instant l’aube naissante et détache les silhouettes des deux femmes. Ce qui se prépare est plus gros qu’un simple grain.

« Je crois que mademoiselle Sybille s’est retirée pour des besoins plus… intimes. Mais je crois que le temps tourne à l’orage, mademoiselle. Il va falloir nous hâter pour nous mettre à l’abri. Je vous prie de bien vouloir m’excuser un instant. »

Je cours en direction du canto où j’ai laissé mon baluchon de nappe empli de victuaille. C’est que la faim se fait sacrément sentir et je ne voudrais pas que tout ce qui reste soit gâté par la pluie. Déjà des gouttes grosses comme des œufs au plat dégringolent et s’écrasent dans des flocs bruyants sur le sable. Je cours.

J’embarque mon paquet et reviens en sens inverse. Je hèle au passage le fils à papa.

« MONSIEUR RICK ! Je crois qu’il serait de bon ton de songer à s’abriter ! » Sans ralentir l’allure je reviens près du feu et récupère ma veste, déjà refroidie de sa dernière occupante.

« Mademoiselle Rayana, je crois qu’il nous faudrait nous mettre à couvert. La pluie fait plus que mouiller sous les tropiques…
"

Et sans attendre de réponse, je jette un œil en direction de mon ancien fardeau. Elle marche, elle devrait pouvoir s’en sortir sans mon aide.

Je prends de nouveau mes jambes à mon cou et m’enfonce dans la lisière de la forêt.

[direction… ben la forêt !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 17:45

Voilà bien notre veine ... Il commence à pleuvoir ! Un beau gros orage comme je les aime ... Mais à l’abri, c’est quand même mieux de pouvoir l’observer ... Monsieur Mike, semble savoir ou est Sibylle, donc je me sens à moitié rassurée ... Mais il à pas tort, vaut mieux se diriger ailleurs..

La pluie tombe de plus en plus fort ... Bien que la forêt ne soit pas le meilleur endroit ou s’abriter, je crois que nous n’avons guère le choix ... Mourir foudroyer ou mourir d’une autre manière de toute façon d’ici nous ne sommes pas sorti !

L’homme que j’ai précédemment questionné, part vers un canot, puis s’en revient, il a un package avec lui ! Il n’attend pas son reste et part s’enfoncer dans la forêt ! Je vais faire de même, Mon sac est la, je n’ai pas grand-chose j’en avais sorti une trousse de soin il y a peu ...

Ne recherchant pas de repaire cette fois ci, je fonce vers Lyana qui est encore prêt du feu ... Tous ça ne me dit rien de bon, encore de mauvais présages s’insinue dans mon esprit.. Il faut partir très vite ...

J’arrive vers elle précipitation je n’arrive pas à me contenir, je sens quelque chose, je sens que quelque chose va venir ! Partons, loin même si ce caché ne pourra pas nous sauver ... Ca nous laisse seulement encore un peu de vie ... La faire écouler cette vie qui prend de drôle de tournure à présent ...

Les éclaires zèbrent le ciel, je lève ma tête et regarde cette tempête arriver ... J’ai envie de rester, j’ai envie que cette eau de pluie me lave de ces tourments ... Je reste immobile quelque instants, fixant intensément les astres se déchaîner ... Je sens la pluie ruisseler sur mon visage, et mes cheveux ...

Reprise de cette réalité, fatalité, je ne dois pas traîner ... Le vent souffle de plus en plus fort, je reprends mes esprits, puis regarde Lyana, il faut vraiment partir !

Lyana, Viens, allons nous mettre à l’abri !

J’attends un instant, mais le temps arrive encore à se faire plus menaçant ! Alors avec empressement, je gagne la forêt ... Enchanteresse ou venue des Enfers, cette Terre et cette forêt sera notre !



[Hrp: direction la forêt et oui ... Comme si on avait le choix ! sourire ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Ven 30 Mar - 20:59

Ca, de la pluie ?

C'est un coup de poing à chaque fois, ou presque !
Et la mer qui gonfle...
Je la sens, elle se ramasse pour nous bondir dessus...
Le fracas des vagues enfle, devient menaçant...

Il faut partir, c'est dangereux...
Mathilda se lève, attrape mon sac.
Elle me tend son bras, m'appelle des yeux.
Pas besoin d'insister beaucoup...
Je me lève, je la suis...
Je trébuche plusieurs fois.
Si fatiguée...

Elle repart vers le feu, je vois les autres qui s'agitent, se lèvent, s'interpellent. Rayana et Lyana, Mike et Rick, tout rassemblent leurs possessions en hâte.

La forêt, refuge contre le vent furieux.
Contre les vagues qui ne monteront pas jusque là.
Contre le pilonnage en règle des gouttes d'eau qui doivent faire trois litres chacune, elles m'étourdissent...
Une claque de vent, je trébuche à nouveau, tombe sur les genoux, me ramasse.
Je ne vois plus rien, la pluie m'aveugle.
J'appelle, mais le vent hurle...
J'avance, pliée en deux, luttant contre les bourrasques, contre la cataracte, contre mes pieds qui protestent à chaque caillou pointu.
L'enfer, ou quelque chose qui y ressemble.

Et soudain c'est fini.
En tout cas c'est tellement moins fort que c'est sans commune mesure...
La pluie est toujours drue, mais les feuillages la brisent, le vent est un grand hurlement dans les branches des arbres.
Je retrouve la vue, l'ouïe.
Je retrouve les autres, le bruit de leurs pas devant moi.

Un regard en arrière, vers la tourmente, et je ne vois qu'un mur gris...
Les tempêtes tropicales...
Soudaines et brutales.
Dangereuses...
Pourvu que ce ne soit qu'une tempête.
Je n'ai pas regardé la météo mondiale avant de partir. Est-ce que ce sont les prémisses d'un cyclone ?
Si oui...

La fatigue me rattrape...
J'ai les genoux qui tremblent, les mains qui tremblent... Je suis trempée et misérable... Epuisée... A bout...
Un quartier de roc, là, juste à ma gauche.
Tabouret de fortune.
Je m'y laisse tomber, les jambes flageolantes, les épaules basses, la tête pendante...
La pluie ruisselle autour de moi, sur moi.
Je grelotte.
Juste quelques secondes, pour me reprendre, quelques secondes, c'est tout...
Là tout de suite, c'est au-dessus de mes forces.


[mais c'est à l'entrée de la forêt quand même pour la suite Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Sam 31 Mar - 3:08

Le vent fraichit qui me réveille doucement, la température chute brutalement, c'est pas un grain qu'on va prendre, c'est une branlée. Sous mes yeux, la mer devient d'un violet sombre qui monte des fond sous marins, la colère de poséidon, le vent qui commence à hurler. Je me dresse comme un coucou de pendule. Les éléments qui se déchainent, ravale l'homme à une toute petite chose.

En mer rouge, les marins sur les boutres, par ce genre de temps s'en remettent à la bonne fortune, ils affalent les voiles et levent la Fortune carrée, ce ridicule bout de toile auquel ils s'en remettent pour passer le grain mortel. Corso aime cet instant de silence immense et si court où tout semble s'arrêter, avant la déferlante. Il ricane au vents et aux nuages, le breton. Il se marre, faire la nique à la belle, dame nature dans sa furie. Et puis soudain, la pluie s'abbat avec la violence tropicale d'une tornade.

Je me baisse sous le vent et cours à la traîne, ils foncent tous vers la forêt. Je prend le cap ! ce petit repos m'a ravigoré et ce vent brutal me fouette le sang. On va pas commencer à pleurer parce que on est en vie. Cette île est aussi accueillante qu'un banc de requin suivant un baleinier. Mais, je ne compte pas y laisser ma peau.

Je cours entre les restes épars de notre campement, je ramasse au passage quelques truc qui traînent, ne rien perdre. il ne restera pas grand chose tout à l'heure. Le vent m'oblige à marcher courbé. Tête basse, la pluie frappe et cingle, et je rejoins l'abris comme les autres. Sur la plage, cela secoue méchant.

(Direction comme que les autres ont dit !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Sam 31 Mar - 18:15

Regard au loin.
De sombres nuages, de petits éclairs au loin.
C'est magnifique...
Je reste comme hypnotisé par ce paysage, perdant tout notion du temps et de la réalité.
Et maintenant.

La pluie...
J'avais presque oublié que ça existait...
La brise légère à fait place à d'immenses bourrasques.
Beaucoup de gens râlent dès qu'il y a de la pluie ou de l'orage.
Petit, j'adorais m'asseoir près de la fenêtre et admirer les forces de la nature.
Les yeux rivés vers le ciel et mes souvenirs, les gouttes tombent sur mon visage.
La plupart des naufragés courrent s'abriter au coeur de la fôret.
Je me lève et descend de mon rocher.
Profitons un peu de cette douche improvisée...
Écouter l'eau contre l'eau, rien de plus apaisant.

Ce moment de détente part vite au fiasco...
Un éclair frappe à une centaine de mètres de moi...
Houla... Mieux vaut pas rester là...
C'est vrai qu'en plus je risque d'attraper un virus.
On va dire que les medecins ne les recommandent pas sous les tropiques.
Sans trop me presser je me rends vers l'abri de fortune que je me suis fait tout à l'heure...
Juste avant d'être mis à terre pas une immense vague m'arrivant dans le dos.
Roulé boulé sur la plage, la tête dans le sable.
Sans rire... Je crois que Dieu ou quelqu'un d'autre fait pleuvoir ses bienfaits célestes sur moi...
Le seul problème c'est pas que de l'eau...
Je parviens à me relever tant bien que mal.
Le sac à dos mis en bandoulière, je m'engouffre dans la forêt...

[HRP : comment ça c'est pas clair là où je vais ? ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Mortenzen
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 178
Age : 31
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Sam 31 Mar - 21:12

Après le bain salé, le bain de pluie...

Le comte peste contre ce brusque changement de temps et marche en direction de la forêt afin de se protéger de la pluie glacée qui colle déjà à ses vêtements.

Il prend au passage son chapeau, et espère que morgan prendra avec elle son veston...

réfugié sous un arbre sufisamment dense pour le protéger, il s'agenouille et se questionne sur le meilleur endroit où aller maintenant.

La forêt l'ayant déjà à moitié avalé, il opte pour l'autre côté de la plage..

Il se met donc en marche, longeant des falaises avant de tomber sur...


[hrp] direction al faille dans la roche [/hrp ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan
Naufragé
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 31
Date d'inscription : 21/03/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Sam 31 Mar - 21:37

Le vide .... voilà ce qu'il y avait dans la tête de Morgan pour tout compagnon.
Elle ne pouvait s'y faire, perdue au milieu de nul part.
Jamais plus elle ne verrait sa famille ? Ses amis ?
Tout à coup elle vit tout les mauvais côtés de sa vie comme de merveilleux souvenirs ...

Vint la pluie, tout le monde partie se réfugier. Assise face à l'océan, Morgan ne bougea pas d'une oreille.
Elle observa, trempé pour trempé, l'horizon et les vagues.
Elle s'était toujours cru forte, invinsible, pourtant là elle se sentait si faible, si inutile.

Prise de sanglots, elle s'enroula dans le veston du comte qui lui avait sauvé la vie. Des gouttes d'eau dégoulinaient au bout de son nez, et elle se mit à tousser.
Un coup d'oeil circulaire, lui fit découvrir, qu'elle allait se retrouver encore plus seule.
Avisant le veston, elle se retourna, et sans pouvoir crier, elle dit faiblement.


- Attendez moi !!

La jeune femme se mit à courir après le propriétaire de la veste.
Tant pis s'il la prenait pour un pot de colle, tout ceci n'avait aucune importance à ses yeux.


[hrp]Sur les pas du comte ... donc direction faille dans la roche.[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcello Della Cavale
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 15
Age : 53
Date d'inscription : 21/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Dim 1 Avr - 18:05

Marcello est reveillé en sursaut.

Oh non, ce n'est pas comme dans les romans à l'eau de rose, la pluie ne caresse pas son visage, elle le fouette, s'engouffre dans ses narines, ses yeux, elle pourrait presque vous noyer.

Il fait nuit, il est trempé. Il regarde autour de lui.


Mierda! Où sont-ils passés tutti? Ma ça n'est pas possible ça, peuvent pas prévenir quand ils bougent?? J'vais finir pas m'en farcir quelques uns de ces passagers à la noix, ils commencent à m'énerver à toujours se plaindre : Oh, zut, l'euro vient de baisser, ma fortune est passée de 3 à 2 milliards de dollars, gnagnagna ... putain d'enfants gâtés!

Un bruit.

Il se retourne et voit un buisson bouger et il entend comme des pas.


Ok les cocos, c'est donc par là que vous êtes partis, on veut laisser le Marcello tout seul, on le trouve encombrant peut-être?

Marcello se lève.

Alors qu'il s'apprête à s'élancer vers la forêt, il se ravise. C'est peut-être le moment de voir ce qu'il peut trouver dans les canots. Avec cette pluie, ils ne seront peut-être plus sur la plage demain.

Il se rue vers les canots. La pluie rend le trajet difficile, malgré la faible distance. Le sable s'est transformé en une sorte de boue.

Une fois arrivé aux canots. Il fouille tous les canots. Dans le premier, il ne trouve rien. Dans le second, il trouve une fusée de détresse. Il ne sait pas si elle fonctionnera après avoir été mouillée, mais on ne sait jamais.


C'est moins bien qu'un flingue, mais ça peut s'avérer utile.

Le reste est inutilisable, complètement trempé, il ne voit plus. La pluie reprend de plus belle, il se précipite alors vers la forêt en espérant rejoindre le groupe. Il n'a pas franchement envie de passer la nuit tout seul avec une fusée de détresse trempée.

[hrp]Vers la forêt[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenny Jane
Pestouille
avatar

Féminin Nombre de messages : 644
Age : 28
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mar 3 Avr - 15:01



Mouille…

Pipi? Non…

Mouille…

Pipi? Pas encore!

Mouille…

Ça pleut!


Réveil brutal. La somme des fines gouttelettes de pluie me fait l’effet d’un grand seau d’eau en pleine tronche. Comme si cet arbre, là, qui était censé m’abriter, s’était amusé à garder la pluie sur ces feuilles, le plus longtemps possible, pour ensuite me les balancer d’un coup.

Sven!!! Ça pleut! Faut qu’on s’arrache!
Ss... Sven???


Je ne le vois pas. Brouillard, pluie, et yeux collés, le trio idéal pour pas voir un éléphant rose sur un tricycle. A taton, je cherche mes trésors, ma valise, mon jambon. Je cherche des mouvements, des bruits, quelque chose qui pourrait me faire penser que je ne suis pas seule, qu’ils ne m’ont pas tous laissée là, abandonnée, en proie à la mer déchaînée ou aux cannibales extra-terrestres qui se nourrissent en plantant leur langue pointue dans la colonne vertébrale, juste au-dessous du cou (cette dernière théorie sort de mon rêve que je ne vous ai pas raconté, celui après la pause pipi). Rien. Personne. Seule. Morte. De trouille. Tétanisée et aveugle.

Une goutte de pluie bien placée (oui, une qui tombe sur mon nez, et me rebondit dans l’œil) me sort de ma torpeur. Faut que je me barre. Hélico-presto. Où? J’en sais rien. Mais partout sera mieux qu’ici. Sous les arbres, dans la forêt, pour être au sec. En espérant que la foudre ne tombe pas trop prêt.

Je vais dans la forêt! Sven, retrouve-moi vite!

Un dernier appel, lancé à ceux qui voudront bien l’entendre, qui pourront l’entendre. La tête dans les épaules, les bras repliés sur mes trésors plaqués sur ma poitrine, je cours. Sans regarder où je vais. Trop peur pour regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle Soraia
Naufragé du temps
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 110
Localisation : Quelque part sur un vieux calendrier...
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Mer 18 Avr - 17:08

Isabelle se débat comme elle peut pour rester hors de l'eau.

Elle est plutôt bonne nageuse, mais dans un bassin avec de l'eau calme, pas dans une mer agitée avec des vagues plus hautes qu'elle.
Un rouleau s'abat sur elle, l'enfonce sous l'eau. Elle est ballottée, trimballée, comme une vulgaire poupée de chiffon. Les yeux grands ouverts et remplis d'eau salée, elle observe les profondeurs abyssales. Elle aime l'eau et l'Océan est son ami, mais maintenant, elle le déteste. Il vient de lui prendre son père.
Son père, lui qui lui avait offert cette croisière sur l'Aquario...
Mais il avait coulé. Ce 5 Juin 1950.

Sa poche se déchire avec un bruit écoeurant. Une petite chose rouge et or en tombe, et coule, très vite, en dansant un peu dans l'eau.
Isabelle regarde avec effarement la bague de sa feue mère se perdre dans les eaux noires.

Elle, elle refuse de la perdre. Elle remonte à la surface, prend une énorme inspiration et plonge dans les eaux tumultueuses. Elle nage tout droit vers les profondeurs avant d'apercevoir l'anneau d'or qui s'enfonce de plus en plus comme une petite flamme. Isabelle bat furieusement des pieds, allonge sa brasse régulière, se propulse toujours plus loin.

Elle commence à manquer d'air, mais qu'importe. La bague n'est plus qu'à quelques centimètres, la jeune fille tend le bras, les doigts, et d'une vigoureuse poussée de jambes, referment son poing sur l'anneau.

Le tenant fermement au creux de sa main close, elle commence à remonter à la surface. Elle manque d'air...Des taches de lumières apparaissent devant ses yeux...Comme des points de lumières qui dansent...

Enfin, son visage crève la surface de l'Océan. Epuisée, elle continue de nager vers la rive, les yeux résolumment fixés dessus.

Elle y est ...

Isabelle se laisse tomber sur le sable chaud.
Chaud, mais elle tremble de tous ses membres.
Elle laisse la fatigue l'envahir. Elle dort...

Isabelle ouvre les yeux. Elle ne sais plus où elle est. Il lui faut quelques instants pour reprendre ses esprits. Alors, elle sens quelque chose de dur au creux de sa main...

La bague. Elle ne s'en sépare jamais. Elle l'a garde toujours sur elle, comme un rappel de la souffrance et du clvaire des camps de concentration. un anneau qui lui redonne espoir quand elle ne croit plus en rien.
Sa voix faible rompt le silence qui s'étale sur la plage...

- Ohé ... Il y a quelqu'un ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isabelle Soraia
Naufragé du temps
avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Age : 110
Localisation : Quelque part sur un vieux calendrier...
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   Jeu 19 Avr - 18:48

Seul le bruit régulier des vagues lui répond.
Aucune voix humaine.
Isabelle entend des éclats de voix sur sa gauche. Elle longe la plage en prenant garde à garder la mer à sa droite, et essaye de trouver les voix...

( Je vais au bateau échoué )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Point de départ : arrivée dans l'ile   

Revenir en haut Aller en bas
 
Point de départ : arrivée dans l'ile
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Arrivée dans une nouvelle ville.
» Arrivée dans le calme...En êtes-vous sûr? [Rp Adonis T. Nightsprings]
» Mon arrivée dans un nouveau lycée
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\
» Quelle est votre part de responsabilité dans l'échec haitien ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île-
Sauter vers: