Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 Un coin de verdure

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 12:58

Il est arrivé à la traine le Corso, trempé comme une souche, mais il reprend des couleurs. visage burinné, mal rasé, il commence à ressembler à ce qu'il est, un vieux loup de mer sur le retour. Ses yeux jettent des éclats sombres tandis qu'il scrute les profondeurs des frondaisons. Cette île est plus famée que le pire bordel de Djibouti. Il porte sur l'épaule un rouleau de driss, un vieux sac fourre-tout, qu'il dépose à ses pieds. Il sort un paquet de cigarette et s' allume unclopiot todu et humide. Il se joue une vieille chanson dans sa tête, le vieux pirate, tandis qu'il se tournevers ses compagnons d'infortune. tous comme des chiens mouillés, ils se remettent un peu de ces émotions. Il en connait peu, et certains tous justes croisés quelques secondes. Le jour sépulcral qui passe à travers les branches est pire que la nuit. Les senteurs étoufantes des sous bois sont pénètrantes, l'atmosphère orageuse est pesante dans l'air.

Dans cette ambiance étrange, un pique nique impromptu s'est improvisé qui tient surement plus à la faim qu'au décors. Corso se sent un faim d'ours en cage, mais, le paquet de biscuit qu'il lui restait ressemble à une éponge de comptoir. Il préfère s'abstenir. D'autant que Mike semble avoir des talents culinaires, où alors, il aurait fait main basse sur un buffet présidentiel ? En tout cas, c'est ce que cela donne l'impression. Je voudrais me joindre aux joyeux convives, mais le cercle est déjà bien chargé.

Par dessus l'épaule d'une personne, j'ttrappe n'importe quoi de digérable, de taille respectable pour un grognard affamé. Entre les cheveux sombres, l'éclat inquiétant du métal sur la nuque... Sibylle ! Un des trop nombreux mystères qui nous entoure, pourquoi elle et pas n'importe quel autre de ces pauvres erres que nous étions hier sur la plage. et l'appareillage incrusté dans sa peau, digne des délire monomaniaque d'un chercheur fou sous acide, à quoi cela sert ? Trop de question, cette jeune femme à elle toute seule, son visage fin et sensuel qui semble toujours en proie au doute et au repli stratégique.

Elle est dans les bras d'une jeune fille que j'ai croisé sur la plage, celle qui l'as vu se faire enlever, celle qui a vu la chose. elles se parlaient à voix basses, je me recule, prenant par vent arrière un peu de distance. Je vais m'appuyer contre un arbre pour dévorer mon larcin tel un ogr de conte de fée. Je contine d'observer le groupe...

Rick, et son ange gardien en grande conversation, Rayana et Lyana qui semblent sortir d'un mauvais rêve. ils sont tous là ceux qui m(ont sortis de la baille ou avec lesquel, on s'est sortit du naufrage. Tous là ? Celle qui s'appelait Kheira ? Et les autres occupants des chaloupes, on dirait qu'on a perdu pas mal de monde. Avec les évènement de ces dernières heures,ça n'a rien de rassurant.

Soudain, un type surgit à deux pas de moi. Sale état pire qu'un mort vivant mais sans la décomposition, couvert de sang. Et soudain, n'écoutant que son courage et son désinterressement, Rayana se lève et se porte au secours du blessé. Elle arrache son tee-shirt, et j'ai les yeux qui me sortent de la tête. Sculpturale poitrine enserrée dans un haut de bikini, surement pour éponger le sang. Je me tiens à moins d'un mètre, et dans ma poche, un certain objet que j'ai découvert dans le coffre de la maison du lac. Le bijoux se met à brûler au fond de ma poche

Je le sorts, il irradie d'une étrange et diffuse chaleur qui n'a rien de normal. je m'acroupis auprès de Rayana, à quoi peut servir ce truc que je tourne et tourne entre mes mains. Je jette des regards inconhérentsautour de moi, comme si je cherchais le poids d'un soutien, et pourquoi vers Sibylle ? Paut-être parce qu'on l'a retrouvée au même endroit que le bijou brûlant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 13:34

Tellement étrange.
Ce n'est pas tant le fait que son corps n'est pas chaud.
C'est le fait de serrer quelqu'un dans mes bras qui est étrange.
Pas l'habitude.
Impression de maladresse...
C'est facile pourtant.
Garder les bras serrés autour d'elle.
Accepter son contact.
Caresser ses cheveux, doucement.
Doucement...

J'aimerais que ça puisse se prolonger, parce que c'est doux, et tellement rare.
Mais l'homme qui arrive en sang et s'effondre me fait sursauter.
J'ai l'impression de sortir d'un rève.
Je ne lâche pas Céli, mais je tourne la tête, je vois Rayana se précipiter, ôter son T-shirt, éponger le sang, s'activer...
Moi je reste plantée comme une imbécile, impuissante, incapable...
L'homme balbutie.
Un mouvement, un peu en arrière. Corso.
Il a sorti un objet de sa poche.
Mon souffle se bloque sur un hoquet.

Je le reconnais.
L'objet qui brillait.
Celui qui a arrêté la douleur.
Celui...

Une main quitte l'épaule de Céli, vient plonger sous mes cheveux, touche les fils de métal tiède.
Ces fils qui n'étaient pas là un jour ou deux plus tôt.
Qui sont là à présent, dans une chair refermée.

Je sais.

Un regard à Céli, rapide, une pression de la main contre son bras,
je reviens, je ne te laisse pas, et je m'approche de la main qui tient l'objet.
Mon coeur s'emballe, c'est inexplicable.
Ce bout de métal contourné m'a touchée...
Peut-être que c'est ça, cette impression de retrouver un ami perdu, un ami précieux, un bien-aimé.

Calme-toi et réfléchis.
Souviens-toi.
Essaie de te souvenir...


Et aide-moi, toi, aussi !
C'est à ça que tu sers, aide-moi !


Un bref éclat de lumière...
Oui...


Il émettait de la chaleur...
Plus de chaleur, beaucoup plus.
Il est trop loin.
Il faut l'approcher...
Il doit y avoir de la chaleur...
Et de la lumière aussi...


Un vague murmure, plus pour moi que pour qui que ce soit, en fait.
Un murmure pour fixer le souvenir en moi.
Pour le stabilier.
L'objet dans la main de la chose, puis je ne le vois plus, il est derrière ma tête et ne me touche pas, mais la chaleur est intense, et la lumière m'aveugle.
Mais les yeux de la chose se sont fermés.
Concentration ? Prière ? Est-ce que ça peut prier ?

La voix de l'homme...
Il délire...
Il perd beaucoup de sang, et depuis combien de temps ?...
Vite.

Je relève les yeux sur Corso.
Je prends son poignet.


Viens, vite.
Ca peut marcher.


Je l'entraîne près de l'homme que je ne reconnais pas.
Tout près, je m'agenouille, j'attire Corso et l'objet de métal auprès de moi. L'objet qui commence à briller. Dont je sens la chaleur sur ma main toute proche...


Approche-le.
Mais ne le touche pas.


Je cherche ses yeux, il doit me prendre pour une folle.
Mais on n'a pas le temps pour les explications.
Fais-moi confiance, s'il te plaît...
Il faut essayer, fais-moi confiance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 14:36

J’essaie tant bien que mal de faire au mieux pour Vince, je ne sais pas ce qui la blessé comme ça, mais ce n’est pas beau ... Lyana toujours ailleurs ... J’aimerais tant qu’elle vienne m’aider, ces connaissances nous seraient vraiment indispensable ici ...

Tout semble prendre des heures, je m’évertue à soigner ce que je fais ... Le pauvre Vince il ne se souvient de rien ... Quelque chose l’a-t-il attaqué ? Je ne sais pas, si lui-même ne se rappelle pas, on va pas savoir l’origine de cette blessure !

Vince essaie de prononcer quelques mots.. Il est dans le flou ... Je me dois de le rassurer comme je le peux ...

Ne vous inquiétez pas, vous êtes blessé, je tente de vous aider ... Je suis Rayana ... Le Monstre ? Quel monstre qu’avez-vous vu ? Ici il n’y a que des gens ... Lyana oui, elle est vivante.. Ne vous en souciez plus ! ...

Mais qu’a-t-il donc vu qui la mit dans un état pareil !! ... Encore une fois tout semble irréel ... Mais grandement probable ...

Je sens quelqu’un approcher ... Enfin quelqu’un se décide à venir m’aider ... Je tourne alors la tête, et je vois Corso arriver ... Il tien quelque chose d’étrange dans sa main, il s’accroupi à mes côtés ... Cette chose brille une chaleur s’en dégage, je n’ai jamais rien vu de tel ... Je sui obnubilée par cet objet.. Pourquoi ...

J’en oublie presque Vince et son sang.. Je replonge d’où j’étais sorti quelque instants, puis continue de faire du mieux pour Vince ... Corso recherchant une appréciation ou une aide ... On dirait que Sibylle à compris, elle vient nous rejoindre ..

L’objet, elle à l’air de le connaître ... Mais à quoi ça sert ? Je ne comprends rien de ce qu’ils font ... Je reste là à observer ce qui se passe sous mes yeux ! Recherchant espoir dans cette chose inconnue..

Masi je les laisse faire, de toute façon je ne peux rien faire d’autre pour Vince ... Si au moins il pouvait revenir, si il pouvait se ressentir ... Je fais confiance à Sibylle Pourquoi ? Sans doute parce que ce qu’elle à subi est peut-être une clé ... Clé de l’âme et des souvenirs ? Je n’en sais rien.. Je la ressens bien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 15:13

Course effreinée à travers les feuillages et les arbres.
Fuir cette foutue plage, ou y finir ses jours.
Enfin, j'arrive aux autres.
Tous autour de Sybille, qui semble être comme une sorte de messie.
J'écoute attentivement en retrait son histoire qui fait froid dans le dos.
Nous ne sommes pas seuls sur cette île, c'est certain.
J'ai été vraiment stupide de croire que je pourrais me débrouiller seul...
L'union fait la force...

Tout autour de nous, une mélodie se joue.
L'eau tombe sur les feuilles et rend la forêt comme vivante...
La tempête fait bouger les arbres, et les fait chanter.
Ma voix s'élève alors, mes premiers mots depuis un moment :

- Il ne faut pas rester là... D'ici peu de temps la température va chuter.
Mieux vaut trouver un abri... Nous aurons tout le temps d'entendre Sybille une fois au calme... Surtout que son histoire ne présage rien de bon pour nous.
Si ce que Sybille et le jeune homme ont vécu s'avère vrai, il y a fort à parier que nous sommes à la merci de leurs agresseurs.


Et ça recommence.
Voilà que je prend les devants.
Regard porté sur les survivants.
Pas de sourire, rien, aucune expression, seulement de l'inquiétude.
Avant de se lancer dans quoique ce soit mieux vaut être préparé...
Nous avons tout notre temps de découvrir les mystères de l'île, mais mieux vaut être en mesure d'y survivre.
J'ai presque l'impression d'être le seul à vouloir quitter cet endroit parfois...
On dirait qu'ils sont en voyage touristique sur une île aux mille et un secrets...
Seul problème, il n'y pas de billet de retour prévu.

Sans un mot, je m'approche du jeune homme blessé.
La dénommée Rayana semble vouloir s'occuper de lui.
Laissons la faire.
Je lui tend mon sac en lui disant :

- Tenez, il doit y avoir de quoi pratiquer les premiers secours là dedans.
Mieux vaut bien soigner vos blessures, car sous ces latitudes les infections arrivent vite.


La main dans les cheveux humides.
Je les coiffe vers l'arrière.
Légers tremblements dans tout le corps...
Une chemise trempée pour affronter une tempête il y a mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 17:46

Le bijou me brûle les doigts et mes yeux deviennent d'un gris acier dangereux. Le talisman aux volutes tarabiscotés accroche des éclats irrisés et mystérieux, il pulse comme un coeur fragile au fond de ma main. Tout se passe dans un ralenti étrange et brumeux qui me laisse quelque peupassif de la scène. Rayana, penchée au dessus du corps blessé du nouveau venu qu'elle a appelé Vince à un moment. Elle est inquiète pour lui. Elle me regarde m'approcher comme si j'étais diriger par le bijoux qui brille dans le creux de ma main.

Corso n'est pas plus rassuré que la très courtement vétue jeune demoiselle. Il accroche le regard noir de Sibylle, un éclair dans ses yeux, comme si elle était seule à pouvoir saisir les profondeur de la scène suréaliste.

J'ai comme une terreur animale abjecte qui me sert les tripes, si les yeux de notre blessée ne m'accrochaient pas avec violence, je tenterais de jeter au loin cette saloperie. J'en ai vu des trucs bizarres dans ma chienne de vie. J'ai tatoué sur mon coeur les entrelacs de protections de mes ancêtres celtes, je vous épargne la cérémonie, j'avais cinq ans. J'ai vu les démons aux yeux comme des braises de l'île de Bali dans les profondeurs de temples oubliés. Mais, je ne me suis senti aussi peu maître de moi-même. On dirait en cette seconde que l'objet me colle à la main et qu'il refuserait de me quitter.

Soudain, Sibylle me croche le poignet, sa paume qui irradie contre mon bras, elle me parle, et je la suis hébété. On s'assoit l'un contre l'autre, elle guide mes gestes. Sa présence féminine me trouble et m'énivre en même temps. Il y a deux Corso qui suivent la scène en même temps. Le premier est un marin troublé qui n'a pas touché terre depuis un mois. Un mort de faim, loup aux dents trop longues, pour qui le contact du corps tiède de la jeune femme est un suplice tantalisant...

tandis que l'autre Corso suit l'energie diffuse de la chose, cette lumière que plus il approche du corps de vincent, plus, elle devient éclatante, un petit soleil descendu sur la terre, éblouissant. Celui-là de corso est tout concentré sur sa tache, il plonge dans le regard de Sib pour y puiser l'energie d'activer le bijou. il ne sedemande pas d'où cette femme mystérieuse tient son savoir... Elle guide son bras, il se concentre et tout près de la plaie affreusement ouverte. Corso ferme les yeux, contre son bras, un sein ferme qui palpite, le chaleur de la femme qui l'accompagne et le guide. Dans sa paume, le talisman qui brûle toujours plus ! Corso grimace sous la douleur. Et en dessous, le corps de vince dont la vie qui ne tient qu'à un fil, s'échappe à gros bouillons de la plaie. Corso pourrait presque le sentir à travers le prisme du bijou. Un flash puissant. Et là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ'
Mais si, elle est gentaaaAAAARRRRGH !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 1143
Age : 45
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 18:27

Et là, personne n'arrive vraiment à garder les yeux ouverts sur ce qui se passe, tant la lumière est intense.

Quand elle décroît un peu, ils peuvent juste entrevoir, au milieu des lucioles qui vont leur agacer la vision pendant quelques minutes, la blessure de Vince qui finit de se refermer.

Le sang est toujours là où il a coulé, mais il n'en vient plus de la plaie. Rose vif, elle semble cicatriser de l'intérieur, depuis les profondeurs de la chair jusqu'à la surface, et à la peau neuve et tendre qui vient finir le travail.

Une cicatrice fraîche et propre. Encore sensible, évidemment. Comme celle qui fermerait une blessure bieille de trois ou quatre mois.

La lueur disparaît, et la chaleur aussi. L'objet redevient une pièce de métal inerte aux formes étranges.

Vince se sentira sans doute un peu fatigué à l'issue de cela, ainsi que Corso, Sibylle, et Rayana aussi, dans une moindre mesure. Que croyiez vous ? Rien ne se crée, pas même l'énergie... Et cette énergie a été tirée de vos corps, à vous, les plus proches.

_________________


Dernière édition par le Dim 1 Avr - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 18:51

Du monde se presse autour de moi. Je vois la jeune femme qui me rassure, me dit que Lyana est vivante. Mais ou est-elle si ce n'est pas elle?
Elle dit ne pas savoir de quel monstre je parle. Etais-je en train de rêver? Illusion? Prémonition? Je ne sais pas, je ne veux pas savoir!

Un homme s'approche alors, accompagné d'une autre jeune femme. les deux ont un comportement étrange du peu que j'en vois. L'homme approche alors un étrange talisman, une pierre dont je distingue tout juste les contour.

Un hoquet et je toussote un peu de sang, alors que l'étrange pierre se met a rougeoyer. Elle éclaire de plus en plus, et m'assome par la même occasion. je retombe dans le noir...


Quelques minutes qui paraissent une éternité, et je finis par me réveiller. Ma tête ne me fais plus souffrir, et je sens les gouttes tomber et ruisseler sur mon corps. Toujours allongé, je me risque à ouvrir un oeil. La vision que je vais avoir me fait déja peur.

J'ouvre, lentement. Le ciel, noir, plein de nuages, et la pluie qui tombe. Une goutte tombe dans mon oeil, que je ferme aussitôt.

Un soupir. Je sens mon corps tout entier trempé et fatigué.
Lentement, je déplace ma main gauche, qui répond parfaitement. Puis je commence à décrire un arc de cercle avec mon bras. Mon épaule ne me fait plus autant souffrir. J'ai juste une petite douleur, et surtout une grosse fatigue, mais rien d'autre...

Je me mets alors à rire. Rire comme un enfant à qui l'on vient de donner un jouet dont il rêvait depuis longtemps. Je rigole comme un gosse qui s'amuse dans un jardin.

Un toussotement vient interrompre mon rire, et je m'asseois péniblement sur le sol. Je regarde alors autour de moi. Les deux jeunes femmes et l'homme sont là, toujours présents après le grand éclair.


"Je... Que s'ets-il passé?"

Je regarde alors l'homme qui tient la pierre dans sa main. Un sourire un peu timide se dessine alors sur mes lèvres

"M... Merci... a vous trois..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 19:19

J'entends la voix d'un homme qui m'appelle mais cette voix me parait tellement loin... Je grelotte un peu et mes pensée reviennent a la sensation que j'avais eu dans la maison du lagon... Mes pensées sont comme rester la bas près de Fausto...

Comment va t il.. Je ne sais pas mais j'ai un mauvais pressentiment... Puis une lumière attire mon regard et me fait lâché le fils de mes pensées je la fixe d'où je me trouve...

Corso la porte, Sibylle a ses cotés et rayana toujours penché sur... Je plisse les yeux un instant..

Vince mais que lui est il arrivé... Il parait blessé et je ne bouge même pas pour l'aider, un peu comme si une force invisible m'appuyait sur les épaules...

La lumière se fait de plus en plus intense et je ne peu plus la regarder, elle me brûle les yeux, je détourne le regard et ferme aussi fort que possible mes paupières... ça me brûle un instant puis plus rien...

Tout en m'appuyant sur le tronc de l'arbre j'arrive enfin a me relevé, le talisman que tenais Corso est redevenu terne et j'ai l'impression que la blessure de Vince c'est refermé... Mais a quel prix ils paraissent tous exténués...

Et regardant tout autour de moi je m'aperçois que certains manquent encore a l'appel, ou sont ils... Sven.. Fausto... et les autres....

Nous n'avons toujours pas d'abris, certains se font enlever bizarrement, d'autres ne viennent pas du même temps que nous... Mais ou sommes nous tombés...

J'ai pas cette endroit, ces arbres m'étouffe j'ai envie de partir... Je lance un regard a Rayana, pour pas qu'elle s'inquiète et je me redirige vers la lisière...

J'ai comme l'impression que le lagon me rappel et malgré se que j'ai cru voir la bas j'ai envie d'y retourné...



[hrp : direction le lagon :p je peux hein? :p ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 21:46

Sibylle guide Corso, elle lui montre un chemin à prendre pour se diriger ... Juste ma main posée sur le front de Vince ... Une chaleur commence à m’envahir ... Je ressens quelque chose d’étrange se passer dans mon corps ... un instant plus tôt, j’avais froid ... Mais maintenant j’ai chaud ...

Une autre présence un autre homme est posé proche de moi ... Mais je ne me souvient plus si je l'ai vu ... L'ais-je croiser ? Il me propose de l'aide mais ai peine à réagir ...

Je sens la Présence de Corso, il est encore proche de moi ... Sibylle semble dégager quelque chose de son être ... Faisons nous pareil ?? Cet objet luit, et prend un éclat presque terrifiant ! Tellement il commence à m’aveugler ... Pourtant je ne suis plus terrifiée et angoissée, une impression de proche réussite je ressens, je ne comprends pas pourquoi ...

La chose arrive encore à prendre plus de lueur ... Je sens la comme si quelque chose pompe mon essence ... Je me vide ? Je dois me remplir à nouveau ... Lueur trop forte, je ne peux m’empêcher de fermer les yeux, même à travers ceux-ci qui sont clôt, il ne fait pas noir de l’autre côté ...

Après un bref moment, j’essaie de rouvrir mes paupières, je veux savoir, je veux voir ce qu’il se passe ! Gentiment j’ouvre un œil ... Il semble que la clarté si aveuglante s’estompe ... Ne prenant plus de risque, j’ouvre l’autre œil.. Je distingue alors quelques petites billes de lueur qui survolent Vince ... On dirait qu’elle danse pour fêter une petite victoire ... Le spectacle qui s’offre là est inespéré ... Foret Enchanteresse serai-ce alors là ton vrai visage ?

Tous disparaît ... Je baisse alors mon regard, puis regarde la blessure de Vince ... Elle est plus là, pratiquement plus visible, seul une cicatrice fait preuve de ce qu’il à pu vivre ... Sans pour autant me clarifier ... Mais finalement, je ne recherche pas clarification... Je vis cet évènement !

Légère baisse de mon aura, je me sens fatiguée et faible un peu ... Mais je ne veux pas m’en soucier, le principal, c’est que Vince soit bien.. Et qu’il ne souffre plus..

Témoin aveugle de ce qu’il à vécu, Vince se met à rire, rire de sa guérison imminente.. et peu concevable ... Qu’importe, ce me fais du bien de l’entendre ainsi ... Alors je lui souris, et pour un peu, je serais prête à l’embrasser heureuse de le voir si insouciant en cet instant !

Comment faire, comment dire à Corso et à Sibylle ma reconnaissance et de mon incompréhension..

Je leur dit un mot simple, je n’ai rien d’autre à sortir de ma bouche ... Je les regarde Corso intensément, Sibylle admirablement..

Merci à vous ...

Lyana ... Elle est pas loin, elle semble se remettre me jette un regard, elle va partir, elle veut que je ne m’inquiète pas ... Mais pourtant je ne suis guère rassurée de la savoir partir sans rien d’autre que son envie.. Mais j’accepte sa décision, elle va le rejoindre ... Je la reverrai j’espère ...

Vince vous vous sentez mieux ? Je ... C’est incroyable se qu’il vient de se passer ...

Maintenant, il nous faudra déjà repartir, ou pouvons nous aller ? Quel chemin doit-on suivre pour ne pas se perdre d’avantage ? ... Quoi qu’il arrive je les suivrai.. Je suivrai le mouvement ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rick
Trait d'union
avatar

Masculin Nombre de messages : 125
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 23:26

Bien sur que je viens d'en poser une...
Vous pouvez pas vous arrêter une minute de vous foutre de ma gueule Mike?
Ca fait bien quatre ou cinq fois depuis que je vous ai vu sur ce putain de rafiot que je vous demande d'arrêter de me donner du "Monsieur" à tout va, on est plus dans les salons, là, Mike!

Non, sérieusement, je vous le demande comme à un...comme à quelqu'un que...avec qui je m'entends bien, quoi. S'il vous plait, appelez-moi Rick. Ou Richard, j'aime pas trop, mais bon...ça me gonfle vraiment les "môssieurs". Soyez sympa, Mike. J'ai jamais été vachard avec vous, je vous ai jamais traîté comme un Larbin. C'est pas mon truc de ma faire servir, moi. Mon dabe, ça le fait triper, j'suis sur, mais moi, je sais pas...ça me gène. Vous avez au moins vingt balais de plus que moi Mike, et vous avez l'air de vous en sortir mieux que tout le monde ici...

D'ailleur, c'était ça, ma question...
Mike, vous... vous n'êtes pas juste un chauffeur, hein?
Mon père vous a engagé comme garde du corps ou je ne sais quoi, c'est ça?
Vous êtes une sorte de mercenaire ou de privé, non?

{Là, si tu tapes à côté de la plaque, c'est pour le coup que tu vas avoir l'air con, Rickounet!}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maélia
Croisiériste
avatar

Féminin Nombre de messages : 33
Age : 37
Date d'inscription : 20/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 23:27

Mmm, Rick n'avait pas faim, mais moi, je dévore!
Aah que c'est bon! Je ne m'en étais pas rendu compte, mais j'étais complètement affamée!

Il croit m'épargner en prenant le grand type en apparté, c'est mignon. J'ai eu mon compte de trouille jusque là. Je le laisse faire. J'ai trop faim pour essayer de capter leur conversation. Je ne vois pas ce qu'elle pourrait m'apprendre d'ailleurs. J'en sais autant que lui. J'ai vu Mike revenir avec Sibylle dans les bras inanimée pendant qu'il dormait. On va pas s'en sortir. Impossible.
Il est plus fort qu'il ne le croît lui-même, Rick. J'aime être près de lui. Il me rassure autant qu'il voudrait le faire, et il ne s'en rend pas compte. Je voudrais être dans ses bras quand...

J'ai envie de le serrer dans mes bras, là, maintenant.

Alors que je m'approche d'eux, je les entends : "...sorte de mercenaire ou de privé, non?"
Ah, on ne va peut-être pas mourir tout de suite alors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Dim 1 Avr - 23:45

« Loin de moi l’idée de me moquer de vous monsieur. J’ai été engagé pour vous servir de chauffeur et faire en sorte que vous arriviez à bon port et je m’y efforce du mieux que je le puis. Si mon service ne vous satisfait pas entièrement, j’en suis confus et essaierai de faire de mon mieux.

Monsieur votre père m’a demandé de pourvoir à tous vos besoins et de m’assurer qu’il ne se passerait rien de fâcheux pour vous. Les évènements récents sont à déplorer effectivement, mais j’ai espoir que nous nous en sortirons et que vous n’aurez alors qu’à vous louer de mes services de chauffeur.

Mais si vous souhaitez entendre mon avis, il ne serait sans doute pas vain de poursuivre un peu nos investigations dans la région. Cette île est habitée et renferme des secrets pour le moins étrange. Qui sait, peut-être y aura-t-il un moyen de trouver une échappatoire ?
»

Et quoi ? Je n’allais pas non plus lui dire qu’en m’appelant simplement Mike, il continuait à me traiter en larbin, vu que ça n’a jamais été mon blaze mais simplement le sobriquet que son ordure de père a bien voulu me refiler. Mais les choses viendront en leur heure. J’ai des choses dont il faut que je m’assure, et l’épreuve que nous traversons me permettront de jauger un peu mieux le rejeton de Spelding. De Van Spielldieng…

Mais les comptes se règleront en temps et en heure. Pour l’instant, il serait bon que nous avancions un peu avant que l’autre gourde aie empiffré toutes nos provisions. Je me rapproche de reliefs du repas et les empaquette du mieux que je peux.

On en est-on dans c e groupe d’éclopés ? Encore un blessé qui se relève après une grande lumière… c’est la cour des miracles ici. Je me rapproche du petit groupe. Un regard suspicieux à Corso...

« Je ne souhaite pas abréger les réjouissances, mais je suggère que nous avancions maintenant, rester ici ne nous amènera à rien de plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rick
Trait d'union
avatar

Masculin Nombre de messages : 125
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 0:01

Bon, ok, i' veut vraiment pas.

Balaise comment il arrive à être honnête et faux-cul à la fois, en plus. Un finaud de première, champion de monde de poker! Il avoue quasiment être un garde du corps, et en même temps il arrive à me faire douter. Wow, respect! Al pacino peut aller se démaquiller, là!

I' ménerve, i' m'énerve!

Bon, m'sieur...si je comprends bien, vous êtes, comme vous dites, d'une certaine manière chargé de "pourvoir à tous mes besoins", c'est ça? Bon alors, j'ai pas besoin de boustifaille, de toutes façons, y'en a plus...

Je jette un oeil à Maélia, elle rougit un peu...

Mais, là, j'ai comme un besoin, m'sieur....

J'aurais besoin de votre permission.
Est-ce que vous acceptez qu'on s'appelle par nos prénoms?
Vous avez une longueur d'avance sur moi, m'sieur, vous connaissez mon nom de famille, moi, j'ignore le vôtre.

J'ai pas le choix, tant que j'ai pas votre permission, je suis obligé de vous appeler Monsieur...


Et si je l'appelair Mr Bond?... rien que pour voir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 0:24

« J’aurais le nom qui plaira à monsieur. Mais quant à vous appeler par votre prénom… Ce sera comme monsieur voudra, mais c’est contre les usages. Vous pouvez tout à loisir me nommer Mike, ou comme il vous conviendra. J’adopterai le nom qui vous conviendra. »

Le sac est bouclé et mes ananas sont au chaud, je ne pensais pas en avoir besoin, mais ici, on ne sait jamais, finalement, je n’ai pas eu tort d’en emporter deux paires. Le couteau est dans son étui et le flingue à l’abri de l’eau.

Paré.

Je lève un peu la voix, si jamais quelqu’un veut suivre…
« Je crois que nous devrions essayer d’avancer maintenant. Rester assis sous la pluie n’a jamais fait avancer les choses. »
[vers la cité des anciens]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rick
Trait d'union
avatar

Masculin Nombre de messages : 125
Age : 33
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 1:08

"Le nom qui plaira à Monsieur"?
Monsieur?
Monsieuuuur?

Y'a pas de Monsieur ici, Mike, personne qui répond, t'as vu?

"Tu m'appelle comme tu veux, mon chou", c'est une phrase de pute de série B, ça, Mike.

Merde! Tu dois avoir un nom, bordel, le mien, c'est Rick, je m'appelle pas Monsieur. Et si on se foutait les usage au cul, non? On est pas sur une île déserte, ici? On va s'en inventer des nouveaux des usages, qu'est-ce que t'en dis?

D'ailleurs, je sais pas qui c'est ce Monsieur, je sais pas à qui t'es en train de parler, mec, mais en tout cas, c'est pas à moi.

On est pas mal ici, nous... Mike, si t'as envie de te barrer avec ton Monsieur, te gène pas pour nous, Maélia et moi on va un peu se fixer ici, je crois.


Merde, fait chier!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 3:40



Je suis bien, près de toi, Sibylle, je suis en paix. J'ai l'impression d'être protégée de tous les malheurs qui nous accablent sur cette île. Rêve illusoire. Rêver est bien ce qu'il y'a de plus rassurant.
Je ne pense qu'à toi en cet instant. J'essaie de te comprendre, je n'y arrive pas, mais rien ne change pour autant dans mon admiration. Bien au contraire. Tu es revenue de chez eux. Tu es bien plus forte que moi. C'est pou ça qu'avec toi, je suis en sécurité.
Une immense déception me prend au coeur lorsque tu te sépares de moi, mais je l'accepte. Je resterai avec toi, Sibylle. Pas de promesses, j'aurais trop peur de ne pas les tenir. Pas de promesses, rien que des actes et des faits.


J'observe de nouveau le groupe, l'hétérogénéité incarnée. Des jeunes, des plus vieux. Des hommes, des femmes. Des grands, des petits, des vivants, une morte. Aux dernières nouvelles. Des contents, des qui le sont moins.

Des conscients, des évanouis.

Des charitables...deux charitables en fait.
Des magiciens de la guérison...
Un miraculé. Je ne connais pas son nom.
Et des essouflés tout autour. L'expérience semble avoir été difficile. Je m'approche de l'ancien blessé et de ses aides-soignants. Sibylle, pourquoi cette faiblesse ? Et toi...le marin...tu as l'air solide, pourtant ! Alors que le garçon, par terre, lui, au contraire, va mieux...
Je préfère ne pas voir les deux mains attachées. Une pointe de jalousie m'étreint. Indigne. Personne ne m'appartient, et tout ce qui a été fait, le fut pour la bonne cause.
Est-ce cela, ma nouvelle mentalité ?
Non. Mon égoïsme, je peux lutter contre. Pas mon destin. De petits combats, peut-être une grande victoire ? Je m'agenouille.d
J'ai deux mains...il y'a deux héros, tout aussi fatigués l'un que l'autre.
Un simple rapport mathématique. Une main autour de chaque épaule. Bien sûr, je ne les relèverai pas seule. Sibylle, peut-être, mais le loup de mer, sûrement pas.
Mais ce contact, en plus de me rassurer, j'espère, les rassénère. Après tout, de l'énergie, pourquoi n'en aurais-je pas, même si elle est différente de la leur ? Car ils ont pâli, à mesure que la blessure se résorbait.


Allez-vous bien, monsieur ? Avez-vous...besoin d'aide ?

Je regarde l'ex-blessé, néo-scarifié. Ca lui donne un genre. Il paraît plus...sauvage. Sans avoir l'air de vouloir nous mordre à la moindre occasion. Mais j'ai toujours associé les cicatrices à l'aventure et la dangerosité.
Je suis certaine que ce marin en porte, lui aussi. Pas le moment pour l'inspecter, mais il faudra que je lui demande. Je veux lui demander son nom, mais je me mords la lèvre avant que le nom ne sorte. Politesse. Il semble fatigué, il a certainement autre chose à faire qu'une causette digne d'un salon de thé anglois. D'ailleurs...est-il breton, normand, maltais, zouave ? Encore une chose à lui demander. Les bretons sont dignes de confiance. C'est un fait avéré.

Les bras entourant toujours le cou des guerisseurs improvisés, mon regard entoure la scène qui se joue devant mes yeux. Car il s'agit bien d'une scène. Un jeune homme et un autre, plus âgé, semblent se croire en plein vaudeville, à celui qui aura le dernier mot, à celui qui ridiculisera le plus l'autre. En parlant de ridicule...un tel débat...pour une simple question sémantique.
Après tout, chacun ses méthodes pour s'échapper de la réalité. Certains agissent, certains dorment, certains mangent, comme la jeune fille au bras du playboy. Et d'autres se demandent si, décidément, il vaut mieux s'appeler Monsieur ou Marcel tout court, non mais sans blague, c'est un monde ça.

Je les oublie aussi sec. Je me concentre plus particulièrement sur la flamboyante femme devant mes yeux. Rie..non Rey...non, je sais. Rayana. C'est ça. Elle aussi est éprouvée. Un peu déboussolée - on le serait à moins.
Je lui souris. Je ne sais que dire de toute façon, et il paraît que j'ai un joli sourire. Selon certains.
J'imagine ce que Trapp doit en penser. D'ailleurs, lui...ne perd rien pour attendre.

Nouveau mouvement de tête. L'un des deux orateurs est parti, l'autre trépigne. Il a certainement perdu leur jeu. Damned. Le pauvre.
Je me tourne vers Sibylle, qui progressivement reprend souffle et couleurs.

Que veux-tu faire ? Suivre l'aventurier solitaire qui s'enfonce dans la forêt...? J'ai un peu marché...il n'y a pas d'abri en direction de la plage.


Je n'ose même pas parler de la caverne de Kweecly.

Kweecly...lui aussi je l'avais oublié. Deux vengeances en perspective.

Mais surtout, une amie. Qui rend les rancunes plus que secondaires.

Même si elles ne disparaissent pas.
Qui a scotché des images dans la case "ressentiment" de mon esprit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 9:56

C'est ça, la même lumière.
La chaleur aussi, c'est ça, exactement.
Et les yeux fermés, bien sûr.
Trop clair.
Et éprouvant.
L'énergie, je la sens qui s'écoule hors de moi, vers lui, drainée, appelée par l'objet dans sa main.

Et puis ça s'arrête.
L'homme blessé remue, il bouge. Il rit. Il est sauvé.
Il nous remercie, je ne peux qui sourire en retour à cette seconde, je suis abrutie de fatigue... Corso est pâle aussi, même Rayana, là, juste devant, accuse un relâchement dans les épaules.
Ca a pris ce que ça devait prendre, à tous les trois.
Heureusement que nous étions trois...

Rayana questionne, elle en a la force.
Moi je rassemble les miennes péniblement.
Il va falloir partir.
Les deux hommes, là-bas, qui se querellent.
Mike et Rick. Le visage dur de Mike...
J'ai du mal à y croire, et pourtant.
Ses gestes étaient doux envers moi.
Mais peut-être n'était-ce que de la prudence, des précautions, que j'ai prises pour de la douceur... Comment peut-il afficher cette dureté, le jeune homme crie et tempête, mais en réalité, il supplie, il mendie un peu d'humanité...
Sib, attention...
Ferme-toi.
Tu es fatiguée, tu perds le contrôle.
Ce n'est pas le moment de disperser le peu qu'il te reste d'énergie...

La main fraîche de Céli me sort de ma brume...
Elle est juste derrière nous.
Sa question m'étonne. Et me réchauffe, aussi.
Je tourne la tête pour lui sourire.


Ce que je veux faire, moi ?
Je n'en sais rien...
Me sauver de la pluie, manger un boeuf entier, et dormir 50 heures à peu près...


Je ris, doucement.
Je me sens délabrée et vide comme une vieille maison même pas hantée...

Un regard vers Corso...
C'est lui qui tenait l'objet.
Et il n'était pas vraiment en pleine forme, lui non plus...
J'espère que...


Corso ?...
Ca va ?...


Qu'est-ce que je t'ai imposé, là ?
Qu'est-ce que je t'ai imposé, sans réfléchir ?
Et si ça t'avait fait plus de mal qu'à moi ?
C'est toi qui étais au centre...

J'enserre toujours son poignet.
Je répugne à le lâcher, d'ailleurs, ne me demandez pas pourquoi...
Le sang y bat, je le sens.
Régulier, lent, pas trop.
J'ai peur quand même.


Corso ?

Petite voix inquiète...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Monsieur Mike
Falaise
avatar

Masculin Nombre de messages : 1160
Age : 56
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 12:33

Je prends ses insultes en pleine face. Il se rebelle l’avorton, il fait péter les exclamations et prend son petit air de coq pour essayer de me picorer les chevilles.

« Monsieur Richard Spelding, j’ai été engagé par votre père et je n’ai pas dans mes prérogatives la possibilité de m’affranchir des conventions. Maintenant, s’il devient nécessaire pour votre bien-être que je change un brin de ton, c’est dans l’ordre du possible.

Ecoutes-moi gamin.
Tes airs de fraternité et d’amitié sur-joués me les brisent menues. Plutôt que de te vautrer sur le sable avec mademoiselle, il serait peut-être bon que tu te prennes en main. T’as vingt-deux piges déjà et t’as encore des manières de poupon. Tu t’imagines que nous sommes à Kolantha et que les caméras sont planquées dans les fourrés. Tu laisses tomber ces grands airs d’humanistes et tu participes un peu à tout le bazar, ça me permettra d’avoir un peu d’air et d’arrêter de craindre à chaque seconde que tu te casses un ongle ou que ta mise-en-pli soit défaite.

Quant à rester ici avec ta conquête, il n’en est pas question. J’ai pas l’intention de ramener un cadavre à ton dabe. Je tiens à ta peau mon gars, et ça serait pas mal que tu la prennes un peu en compte. T’es un chevalier-servant ? Soit. Tu veux te la jouer héros au grand cœur ? D’accord. Mais il n’est pas question que je te laisser claquer ici dans un trip Robinson Crusoë. On va avancer, ensemble. On va pas se laisser abattre par les évènements.

Tu veux de l’amitié et de la considération ? Alors gagnes-les.
»

La voix n’est pas aussi agressive que je le pensais. Je m’y attache au roquet ? C’est pas bon pour le boulot ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corso
Mâle de mer
avatar

Masculin Nombre de messages : 263
Age : 50
Date d'inscription : 06/03/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 13:57

Le temps ralentissait, Corso avait l'étrange impression de former un tout avec les personnes autour de lui. Rayana un peu en loin, mais présente comme un petite étincelle à la périférie de ses sens. Vince, le blessé, comme une source de vie s'affaiblissant sous le médaillon, la main de sibylle crochée sur son poignet qui pulsait au rythme des lentes irradiations du talisman. Et puis soudain, le flash puissant, brutal et aveuglant qui jaillit et laisse le vieux marin pantelant. L'impression de se faire vider comme une vieille outre d'air.

J'emerge souffle court, les doigts qui brulent tandis que le médaillon dans le creux de ma main est aussi froid qu'un glacon. alors pourquoi j'ai l'impression que ma main restera définitivement collée au bijou. Je tremble vidé comme une vieille pile usagée. Je baragouine la gorge aussi rocailleuse que la garrigue pour notre blessé, dont je vois la cicatrice rosatre et fraiche, accélération deguérison fulgurante...

" De rien, mon gars, si je savais ce qu'on t'as fais... "

Visage exsangue, traits marqués, le sel a craquelé les lèvres du marin, ses yeux sont vagues et troublés, une teinte d'une bleu délavé aussi transparent et morne que le fond d'un lagon par grand calme. Corso est pas au mieux. La jeune fille sur la plage, elle est venue soutenir Sibylle, mais dans le mouvement, elle entoure corso de son bras et tente de les aider à se remettre. Dingue, l'energie dont cette jeune fille pâle et frèle peut resceller. Le loup de mer cerveau en berne tente de relever la tête.

Ca vient, nom de dieu, je vais pas faire le malin et me redresser trop vite, mais je peux arquer un sourcil sans croire que je vais m'effondrer, c'est un bon signe. Au loin, j'entends la voix de Mike et de son pote qui s'engueulent. Je me concentre sur celles qui m'entourent, Celi a du demander quelque chose parce que j'entends sibylle lui répondre presque ironique. La jeune femme n'a pas laché ma main, c'est un contact chaud et diffu comme celui de son amie sur mon cou.

Je tends l'autre main péniblement pour la reposer sur celle qui me sert le poignet. Manière de dire que ca ira, que le vieux loup de mer en a vu d'autre. Mais, je n'en mène pas large. C'est chaud contre soi une femme, c'est perturbant. Je rocaillise.

" J'ai soif... Ca vas ! Mais, j'ai soif, donnerais tout pour un vieux bourbon sans glace ! "

Je sais pas ce qu'elle m'a aidé à faire, est-ce que c'est moi ? Est-ce que c'est-elle ?


"Bon dieu, sibylle ! Qu'est-ce qu'on a foutu là ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 14:43

Une étrange satisfaction me gagne... Je sais au fond de moi, que nos corps ont fusionné, plutôt que l’énergie des nos trois corps ont fusionné Pour garantir à Vince un réchauffement, une voie à la guérison inexplorée ...

J’éprouve quelque peu la même sensation, en beaucoup moins prononcée, lorsque je tien mes lames en main ... Lorsque j’ai un être en face de moi, qui veut connaître un peu son destin ... Mais cet infime énergie qui se dégage de deux inconnu ... Est loin d’être aussi forte de ce que je viens de vivre ... Très loin ...

Céli rejoint Sibylle, le fait de la voir, de la sentir proche me redonne un peu de force, elle me sourit, sourire mystérieux qui en dit long ... Elle est là, je me ressens vivre ... Etrange émotions me parcours ... Je lui souris également comme un remerciement muet.

Corso met un peu plus de temps à réagir ... Sibylle s’en inquiète, je partage son ressenti ... il est vague et exténué ... Mais reprends ses esprits Céli aussi ? Je commence à croire que cette jeune demoiselle arrive à faire des miracles ... C’est à elle qu’on y doit se réchauffement inattendu de l’atmosphère.. De par sa taille je la sens grande avec ce qu’elle dégage, l’au-delà ? L’au-delà, arriverais-t-elle à leur parler ?

La faim me tiraille l’estomac ... j’ai besoin de manger.. Je pense à Lyana .. Comment va-t-elle ? Une autre pensée erre dans ma tête ... Je ne sais pas si on retrouvera le chemin, un chemin limpide qui nous guiderais un peu plus vers la connaissance.. Mais ce qu’on à vécu toute ma vie je le ressentirai ... Donner un peu de son essence pour parvenir à une aide, aide qui n’est pas demandée.. Mais qui ce fait sans sourciller ...

Un peu plus loin je vois Mike, il s’est adressé à nous mais nous étions trop déboussolé pour y répondre, on doit partir, je vais les suivre ... Il s’entretien toujours avec son protégé ... Il semblerait que ceux-ci se cachent bien des choses ...

Corso recherchent réponses à ce qu’il vient de se produire ... Le faut il vraiment ? Ou vaudrais mieux laissé cette magie s’opérer.. Sans se demander ... Sans chercher une réponse concrète, là est mon opinion... Le corps et son Karma ... Si on y croit et qu’on à foi dans cette supposition grande capacité s’offre à ceux qui décide de se réaliser ...

J’essaie de me relever ... Je fais un mouvement ... Et essaie de me mettre sur mes jambes, je suis prise d’un étourdissement ... Je défaille ... Juste à temps je me rattrape à l’arbre tout proche comme à un bras, je m’y accroche sentant l’écorce rugueuse mais rassurante sous ma main ... je ne sais pas si je vais me rasseoir, ou si je reste debout ... ça tourne encore dans ma tête ... Je ferme les yeux un instant ... En espérant qu’après ce laps de temps je puisse me mettre en route ... Mais pas tout de suite ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 19:41

Il est au moins aussi vidé que moi...
Probablement plus.
A voir l'air hagard dans ses yeux, beaucoup plus.
Sa main sur la mienne me rassure, même si elle me paraît un peu fiévreuse, après tout j'ai tellement froid, si ça tombe c'est juste une impression, cette chaleur. Fiévreux ou pas, il y a une touche d'humour dans sa voix.
Mon sourire revient.
Il tiendra le coup.

Puis ses yeux me retombent dessus, troublés.
J'aurais juré qu'ils étaient sombres...
Peu importe... Voilés de fatigue, ils ne me piègent pas moins lorsque sa question m'arrive en plein visage.
Il y a de la violence dans cette question.
Du rejet ? Alors que sa main reste crispée sur la mienne ? Non.
Du ressentiment alors ? Est-ce qu'il m'en veut ?
Ce serait facile de savoir.
Mais non.
Je ne veux pas.
Je n'ose pas...

J'ai l'impression qu'il m'accuse, je détourne les yeux, et je balbutie, pitoyable...


Je n'ai pas toutes les réponses.
Je me souvenais de l'objet, et de la lumière.
C'est avec ça que la chose a arrêté la douleur, et j'ai pensé...


Ma main libre remonte, nerveuse, elle glisse sur ma nuque.
Un regard rapide vers lui, un appel au secours muet vers Céli...


Je n'étais pas sûre, mais il perdait son sang, et...
Je ne savais pas que ça allait puiser en nous, j'aurais dû...


Evidemment que tu aurais dû y penser.
Tu n'as pas eu le temps de penser.
Mais tu aurais pu le prendre en main toi-même, au moins.


Je... je suis désolée. Désolée...
J'aurais dû...

J'ai le nez entre les pieds.
Le rouge aux joues.
Facile de jouer au héros avec l'énergie des autres.
Bravo, Sibylle. Brillant.
Tu n'as pas osé toucher ce truc, et c'est lui qui paie.


Je vais vous aider à marcher...

Vous... Le "vous" est de retour...
Je me redresse sur les genoux, je me mets debout, un moment pour que les papillons noirs arrêtent de danser, et puis je me penche pour l'aider à se lever aussi.
Sans croiser son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céli
Cadavre exquis
avatar

Féminin Nombre de messages : 876
Age : 27
Localisation : Qui la connait ?
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 21:46



Je suis arrivée entourée de jeunes gens dynamiques, pleins de vie, actifs. D'un coup, d'un grand coup lumineux, tout a changé. Ils ont tous pris vingt ou trente ans, les premiers signes de l'arthrose guettent. Il n'y a que moralement qu'ils semblent rajeunis. Sibylle m'apparaît bien plus souriante et détendue...à première vue.
Je saisis le nom du marin, Corso. On dirait un nom d'île. Il ne doit pas être breton alors ? Et pourtant, dès qu'il ouvre la bouche, je déménage de plusieurs milliers de kilomètres, et je reviens près de la rade de Brest, où nous accompagniions papa lorsqu'il partait pour un ailleurs lointain. Je recrée des liens avec mes racines. Peut-être est-ce pour celà que je le trouve sympathique ? Un sixième sens de la Finis Terre ?
Toutefois, sa qualité - car le fait d'être breton est indubitablement une qualité - ne l'empêche pas d'être inquiet de la portée de ses actes. On le serait à moins.
Et Sibylle de se replonger dans le regret et l'inquiétude.
Pour quelques pincées de force vitale. A peine.
Ils ne peuvent pas savoir, bien sûr, à quel point ils sont loin du compte.
S'ils étaient des chênes millénaires, cette expérience leur aurait à peine arraché une branche, et jeune encore.
Pensive, je lève les yeux. Rayana a l'air également mal en point. Je me lève, et j'accours la soutenir, même si l'arbre à proximité semble être bien plus efficace pour celà. Je ne sais toujours pas quoi lui dire. C'est bizarre...certains, comme monsieur Achille, me donnent envie de parler. Mais avec d'autres, je pressens que toute parole sera superflue. Surtout en ce moment.
Je l'aide donc à se relever, et même si elle flageole encore un peu des canes, elle se remet vite. Elle est dans la force de l'âge après tout, celà se voit, comme l'est Sibylle, comme l'est encore Corso.
C'est pour celà que les regrets sont inutiles...
Regretter, c'est gâcher.
Je peux leur expliquer. Mais si je leur explique, il faudra que je leur dise tout. Sibylle sait, mais les autres...?
Enfin...qu'est-ce qui est le pire ? Le dire maintenant, en mon âme et conscience, sans passer pour une cachottière, ou attendre que leur rencontre avec Trapp les influence, les fasse basculer du mauvais côté ?
De l'autre côté, plutôt, car je n'ai aucune certitude d'être du bon. Je doute même que le "bon côté" existe.
Je vais leur dire. Mais il faut que je trouve les mots.
Des mots simples, qui ne paraîtront pas manipulateurs. Je dois leur ouvrir mon coeur, sans trop en faire, je verse trop dans le pathos en ce moment. Etre nature, tout simplement.


Sibylle...tu n'as pas à être désolée...

Je me sépare de Rayana tout en parlant, et je prends la main de mon amie.

Le choc a été rude mais...vous ne craigniiez rien, toi, Corso et Rayana. Pas grand chose du moins. Au contraire...tu aurais pu regretter si tu avais agi seule.

Maintenant, je dois expliquer. Ce n'est pas tout de verser dans l'ésotérisme, une part de vérité est nécessaire, toujours.

Tu débordes d'énergie vitale, comme tes compagnons. Le blessé était salement touché, mais pas encore parvenu aux portes de la mort. A trois, il n'y avait aucun danger.

Enfin, justifier. Pourquoi saurais-je celà, après tout ? Je ne suis qu'une gamine...

Tu ne peux pas imaginer...à quel point l'énergie est importante lorsque l'on vit.

Et à quel point celà manque lorsque l'on meurt...

Le raisonnement est aisé, j'ai parlé à haute voix. Pas besoin d'en dire plus. Ils comprendront maintenant, ou ils ne comprendront pas. Et après ce qu'ils viennent de vivre, il m'étonnerait fort qu'ils soient encore bassement matérialistes. Espérons juste que la découverte ne me rendra pas rebutante à leurs yeux. C'est ce qui est le moins gagné. Alea Jacta Est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vince Maverick
Ame-né-zig
avatar

Masculin Nombre de messages : 611
Age : 33
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 21:49

Les trois personnes m'ayant aidées semblent toutes trois épuisées. Moi, je me sens mieux, beaucoup mieux, j'ai l'impression d'avoir un regain de force. L'homme semble être mal en point, et la jeune femme s'excuse auprès de lui qu'elle n'en connaissait pas les effets. Je m'approche alors d'eux

"Ce n'est pas à vous de vous excusez, mais bien à moi. Si ma bêtise n'avait pas précipité une telle blessure, vous n'auriez pas eu à intervenir et ainsi à puiser dans votre énergie.

Je vous dois la vie à tous deux, et ai donc une dette envers vous, bien que je craigne ne pas pouvoir m'en acquitter avant fort longtemps"

J'apercois alors la seconde jeune femme qui se lève péniblement, et titube avant de se rattrapper de justesse à un arbre. La pauvre est tout aussi épuisée que les deux autres, elle n'aurait jamais dû se lever.

M'approchant d'elle, je l'invite alors à se rasseoir


"Vous ne devriez pas épuiser vos forces. Asseyez vous et récupérez donc un peu, vous le méritez bien après ce que vous avez fait pour moi. Et si besoin est, si vos forces ne vous reviennent pas, je vous aiderai à poursuivre la route, ne vous inquiétez pas. Après ce que vosu avez fait, je ne compte pas vous abandonner soyez en sûre."

Je lui fais alors mon plus beau sourire, tout en insistant, une main sur son épaule, à se rasseoir, ce qui à mes yeux est sans aucun doute plus prudent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Lun 2 Avr - 23:30

Toujours ce bref vertige, je ne sens pas ce qu’il se passe autour de moi ... Je sais que Céli est là, je sais que Vince va ... Corso ... Sibylle ... Toujours appuyée sur cet arbre je la sens venir ... Céli arrive et de son frêle corps essaie de me donner appui ... Son contact me rassure ... Elle me soutient du mieux qu’elle le peux ...

Je me sens un peu mieux ... Céli suivant toujours la conversation entre sibylle et Corso, s’en va vers Sibylle ! Elle à raison ce n’est pas de sa faute à Sibylle pourquoi serait-elle désolée ? De ma vue elle a pas à l’être ...

Céli m’intrigue, elle me parle de choc et qu’on ne risque pratiquement rien ... Mais de quoi veut-elle parler ?? Effusions de questions se déchaînent dans ma tête.. Elle en sait bien plus que nous tous réunis ... Mystérieuse Céli va se dévoiler ?

J’ai peine à suivre ... Cette phrase ... Et à quel point celà manque lorsque l'on meurt...

Serait –elle donc morte ? Elle a connu les mystères de la vie après la mort ?? De par mes croyances je ne suis pas choquée, Juste impressionnée et étonné que sans séance propice elle peut nous apparaître ... Nous parler vivre à nos côtés .... Je ne trouve pas de mot assez puissant pour lui faire comprendre que je l’estime énormément ... Ce qu’on vit et tout bonnement incroyable !

Je retrouve usage de mes cordes vocales et arrive à aligné ces quelques mots ...

Céli, je ... Je vous crois, je ne peux pas vous comprendre, mais toutefois si vous nous dites ce que je crois que vous voulez nous faire passer ... J’en suis étonnée mais pas choquée ... Je ne vais pas vous fuir croyez moi ! Merci ...


Je vois Vince qui est mieux.. Il s’approche.. Et me parle essaie de me rassurer ... Il m’invite à me rasseoir ... Me tournant vers lui je lui sourit..

Merci Vince, je crois que ca va aller, mais pour le chemin à faire ... Si je sais que j’ai quelqu’un pour éventuellement m’appuyer ... Ca va aller.. Merci !

Sa phrase me touche, pourtant il ne me doit rien, c’est comme ça que je le perçoit.. Rien juste le bonheur d’avoir pu aider un homme en danger me suffit..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Un coin de verdure   Mar 3 Avr - 3:27

[HRP : Voilà c'est un essai rp que je fais, si jamais vous n'aimez pas ou trouvez ça trop "médiéval" je change. J'essaie de me trouver mon propre style =)]

Plus d'un millier de questions m'envahissent...
Pires que des démons et font tout pour que ma raison me trahisse...
Est ce cela ce qu'on appelle folie ?
Ou est ce un tour joué par mon esprit ?
Serait il possible que nous ayons quitté la terre et ses réalités physiques ?

Jamais de mémoire d'humain on a vu un homme puiser sa force chez l'autre.
Sauf peut être chez un certain comte de Bram Stoker...
Je suis certain d'une chose, cette ile s'est fait des âpotres...
Le sentiment d'être le seul à ne rien comprendre... A avoir un peu peur.
Mon esprit est probablement pas assez ouvert.
Encore une fois je suis celui qui se démarque, le mouton noir,
Celui qui n'entre pas dans le rang... C'est loin d'être un compliment.
Autour de moi, les gens s'aident, moi j'observe, bien à couvert.
Les bruits de la tempête font trembler la quiétude du soir.
Regard fixe sur cette étrange pierre, l'origine de l'enchantement.

Elle disparait dans le poing de l'homme dénommé Corso.
C'est alors que devant moi passe une bien étrange créature...
Mais que fait elle là par cette tempête qui dure ?
Une nouvelle question s'ajoute, un nouveau corbeau...
Un papillon de jour, pas très grand et d'une couleur bleue.
Il volète tout autour, il semble tout aussi perdu que nous.
Le voilà qui s'éloigne, comme les naufragés qui ont avancé vers le flou.
Petit regain d'humanité ou simplement un souffle de vie heureux.

L'envie de fuir m'a quitté et a laissé place à la curiosité.
Une locataire s'en va, un nouveau à pris sa place.
Un peu de courage et affrontons l'inconnu et une voie sans trace.
Lâcher prise sur les évenements, laisser le hasard tout emporter.

- Je crois que nous avons échoué sur une île aux mille et un mystères.
Mais mieux vaut ne pas trop nous arreter pour le moment, surtout dans l'état dans lequel nous sommes.
Quelqu'un a t'il besoin d'un peu d'aide ?


Nouvelle tentative.
La dernière, si je suis encore ignoré je ferais route seul.
Je les comprends aussi... Il faut s'arracher à ses rêveries pensives...
En étant solitaire, j'ai toujours tissé mon destin comme mon linceuil.

Regard aux naufragés, mon futur, mon avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un coin de verdure   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un coin de verdure
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un coin de verdure pour toi et moi. ~ Marissa
» Le bon coin
» Colline de coin de table
» MC : nombre de "coin" selon le nombre de joueur
» [RP][Petit Coin des Artisans] Les charpentiers.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île-
Sauter vers: