Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 Un abris sur la plage (1er signe)

Aller en bas 
AuteurMessage
MJ
Contre toute attente
avatar

Masculin Nombre de messages : 2180
Age : 512
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Un abris sur la plage (1er signe)   Lun 5 Mar - 12:13

Le sable lisse... La falaise, rousse, et le surplomb.

Un abri. La sécurité.

Et tiens, justement, là... Quelques bouts de bois, des brins de corde...
Des constructions rudimentaires.
Des signes.

Vous n'êtes pas les premiers...

Tellements vieilles, ces cordes, elles tombent en pièce, c'est le sel qui les encroûte qui tient les noeuds...
Où sont passés ceux qui ont monté ces abris ?
Que sont-ils devenus ?
Et...
Que deviendrez vous ?








Dernière édition par le Mer 14 Mar - 0:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speaker Trapp
Piston & Cylindre
avatar

Masculin Nombre de messages : 396
Age : 46
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 0:14

J’avais repéré un petit coin tranquille, loin des autres.
Une envie de pas me mélanger.
Y a des moments comme ça, où tout vous fait chier et que les trucs coincent en travers de la gorge. Pas besoin de traîner ses états d’âmes au milieu de la foule, ils ont leur chat à fouetter, et moi le mien à avaler.

J’ai pris sa main, on a marché sur le sable, dans la nuit.
Quelques pas à l’écart, sous une falaise.
Sans un mot.

Pas besoin de se raconter des histoires, ce qu’on vient de vivre ça à rien de banal et là, faut que je fasse passer les couleuvres.

Je me suis affalé sur le sable, au pied de la falaise, le dos calé contre la roche.
A coté, la caisse ouverte.
J’ai tiré sur la main de Lady. Pas besoin de lui faire un schéma.
Elle s’est assise à califourchon sur moi, les cuisses ouvertes, généreuses.
J’ai pris une bouteille de whisky et je me suis rincé le gosier.
Fallait que je fasse passer ce goût amer qui me brûle les papilles.

J’ai caressé sa peau, douce, à peine voilée par le tissu humide de sa robe.
Son visage qui sourit
J’ai dessiné des dessins invisibles sur son visage, sa poitrine aux pointes dressées et qui déforment sa robe.
J'ai souri pour lui faire plaisir. Moi, j’avais pas le cœur.

L’alcool à pris le chemin de ma cervelle, veine après veine, sinuant et distillant son ivresse sous ma peau.
J’ai dévoré sa bouche, mélangé l'alcool aux salives, piqué ses lèvres fraîches.
Je l’ai serré dans mes bras.
Si fort.
Tendrement.

Je crois qu’on s’est endormi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kweecly
?
avatar

Masculin Nombre de messages : 538
Age : 67
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 10:41

Au sommet de la roche... une lueur rouge...

Qu'il dort bien imbibé d'alcool... Qu'il brulera bien s'il s'impregne ainsi...

Dormez cher petit... Dormez...

La lueur disparait... juste l'odeur de souffre persiste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille Gastopoulos
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 185
Age : 51
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 11:47

Alors la chapeau! Je dis il faut la faire cuire et toi direct tu agis, sans mauvais jeu de mots tu es un chef.
Ch'est honnête, vraiment. Je crois qu'elle ne merite pas une ch'imple foch'e, aprés tout elle m'a protégé.
alors c'était pour ça l'essence? T'as le sens de l'hyigiène, à la fois un signal, une cérémonie et la prévention des prédateurs. Achille qeul maitre organisateur, et quelle hypocrisie. Je connais ton âme.
Mais non, enfin ch'est vrai que ch'a évitera les ennuis, masi ch'est ch'inch'ère, et Dieu ch'eul lit en moi. Je ne ch'ais même pas pourquoi vous êtes la au fond.
Mais par le contrat mon petit...tu verras plus tard...A terme...


Achille attrape Tara dans ses bras, oubliant au mieux douleur et fatigue. Puis il va la déposer dans le cercle de pierre aux symboles étranges qui jouxte l'abri sur la plage.

Alors la t'es le meilleur mon gars, a peine arrivé paf un rituel sur un autel dont tu ne sais rien. Fonce petit père.
Achille, ne t'en fais pas mais aprés cela évite de faire n'importe quoi, cette île ce n'est pas rien...Peu de coïcidences ici.
Pourquoi j'ai toujours la désagréable imprech'ion que vous ne me dites pas tout?


Aprés l'avoir déposée sur la pierre, il rassemble du bois, heureusement en quantité suffisante sur cette plage. Puis va chercher son sac.
Il revient immédiatement prés de Kehira et Tara.

"Voilà, ch'est, je crois ch'e qu'il y a de pluch' à ch'a mesure. Un feu rayonnant mais malheureusement trop court...Plus intench'e est la lumière, plus rapide est l'éclair.
Je vous laich'e choisir d'allumer ou non son dernier inch'tant. Prenez ch'e que, je pench'e elle aurait voulu que vous ayez, puis déch'idez. Je peux vous laich'er ch'eule avec elle ch'i vous le désirez, bien que je ne crois pas que ch'e ch'oit le mieux pour vous"


T'es pas fou non? c'est une junkie, et tu lui laisses un flingue? Ah dis au fait, juste comme ça, ça sent comme chez moi ici, tu ne trouves pas p'tit père?
Je ne pench'ais pas à l'arme, et de toute fach'on je ne ch'ais pas tirer..et puis les mafieux ne font pas partie des ch'urvivants...
Silence! N'en dis pas plus que ce que tu as le droit!
Non je ne ch'ens qu'une odeur bizarre mélangée à la salinité. L'odeur de la mort peut être.


Il frissone.

Achille dispose le bois en bucher et l'enduit de l'essence du bidon (pas tout ...). Et confie un briquet à kheira.
Puis il pose gentiment sa main sur la tête de la jeune femme en pleurs, comme on le fait pour réconforter une gamine attristée.
Des larmes d'enfant, on dirait. La pauvre, je crains qu'elle ne ch'urvive pas.

Puis ayant repris sa main, il regarde Kheira, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille Gastopoulos
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 185
Age : 51
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 14:07

Plouf

"Mademoiselle Ch'éli! En danger!"

Il part en courant, avant de se rappeler où il était et se retourne vers Kheira:
"Ch'est à vous de déch'ider mon enfant, mais n'oubliez pas que je ch'uis là pour vous aider, je reviens au plus vite."

Il part au point d'eau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sushi
Cylindre & Piston
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Age : 36
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 14:19

De vieilles cordes émiéttées...
Quelques bouts de tissu déchiré par les intempéries et décolorés par le temps...
Une ou deux bûches de bois moisi et en décomposition, alors qu'il n'y a pas un arbre a bien des kilomètres...

Un abri.
Sûr.
L'île...l'île est habitée, ou a été habitée.
C'est une certitude, mais pour l'instant, d'autres choses me tourmentent l'esprit.

Je l'ai aperçu, la femme rousse, de son corps livide émanait une aura glacée. Sa vie a dû partir depuis longtemps, je pense...
J'ai vu aussi le désespoir de son amie. Et ça me fait peur.
Je revois les images de la Duchesse agitant frénétiquement les bras dans l'eau.
Je me vois tirant sur la corde...
Et je me vois partir, courant pour semer ma lâcheté.
Et ma peur.

La mort, et la frayeur sont partout.
Je les ai vu, nues et terribles, dans le corps de chacun d'entre nous.
La liberté que j'éprouvai sur la plage a disparu, je suis enfermée dans ma propre tête.

A présent, je vois ton visage.
Je plonge mon regard, sombre, éclairé par les étoiles mourantes dans l'aube dans le tien, aussi gris que le mien est d'ombre.
Et tu me regardes, et je me sens fondre.

Trapp ! Parles-moi de la nuit qui décline à l'horizon, des ombres matinales qui nappent l'île et enveloppent l'océan, raconte-moi toutes ces étoiles qui fleurissent dans le ciel, chante-moi les vagues qui vont s'écraser le long des côtes, crie-moi le murmure du vent dans les feuilles des arbres, hurle donc l'orage et le tonnerre qui fracassent les navires contre les falaises !
Mais s'il te plaît, ne me dis pas que tu as peur...

Ne te saoûl pas, reste celui que tu es...Reste avec moi...

Il dort.
Je dépose un baiser sur son front, lui prends la main.
Continue de dormir, si ça peut te faire du bien...
Moi, je reste là.
Près de toi.

Je me suis relevée d'un bond, effrayée.
J'ai vu la lueur rouge au-dessus de nous...
Elle n'est plus là.
Je n'ai pas crié.
J'ai failli le faire.
Ne te réveille pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speaker Trapp
Piston & Cylindre
avatar

Masculin Nombre de messages : 396
Age : 46
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 15:16

Je rêve de vents et de vagues, de bateaux qui sombrent, du noir obscur des nuits lointaines, la peur au ventre, l’envie de vomir pressente, trop pressente, et cette odeur de marée inoubliable, ces effluves imaginaires de poissons qui torturent le nez, et cette impression un peu idiote de se noyer, d’étouffer, de chercher un autre souffle, jamais le bon.

Je suis petit. J’ai dix ans. Peut-être plus.
Je regarde la rue, cette habitude qu’on les gens de ne pas se croiser du regard, d’oublier soigneusement de se saluer discrètement, cette infime tressaute de sourire que chacun s’évertue à garder secret comme si ça porte la poisse d’en décocher un. La misère égoïste, c’est ça que j’dis du haut de mon petit mètre trente.
Le pire, c’est la misère riche. Celle là elle pue, elle crache son petit air bien serré dans son pantalon, à la gueule de ceux qui traînent dans le quartier. Faut dire qu’ici, on vient pas par hasard. C’est moche et ça sent pas bon. La friture comme disait l’autre.
Y en a qui viennent juste pour faire bien, ou pour gratiner dans un petit commerce un peu exotique. Ça les empêche pas de tirer sur le menton bien haut, et de déballer leurs signes extérieurs de richesse comme nous on sort la poubelle du soir.

J’ai dix… je suis plus très sur. C’est pas des questions de gosses tout ça.
Faut dire que je passais mon temps à regarder les autres essayer de se sortir un quotidien vu à la TV, le ridicule des feux de l’amour et des séries pour mauvais rêveurs, ou qui manquent d’imagination.
Et moi, je rêvais. Des vrais rêves de quand je serais grand, et que je serais plus d’ici.

Un jour, je l’ai fait. J’ai arrêté mon rêve, j’ai pris mes cliques et je suis parti.

Je suis dans le bateau.
Il fait noir, j’ai froid.
L’eau monte, la porte est coincée.
Je vais mourir.


Je me réveille, haletant, le souffle rapide, la respiration anarchique, le regard au hasard.
Je tremble à l’intérieur, ça se voit pas.
Elle est là, toujours près de moi.
Sa présence me rassure, mon pouls se calme, je respire et c’est pas si mal.

Il commence à faire jour. J’ai pas du dormir beaucoup.
Je prends sa main, un baisé de bonjour.
La bouche pâteuse.
La bouteille de Whisky posée dans le sable.
Quelle ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sushi
Cylindre & Piston
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Age : 36
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 16:59

Mon coeur vient juste de retrouver sa cadence habituelle, mais déjà il se réveille.
Il n'a pas dormi longtemps...Je sais qu'il aurait pu pioncer encore un moment.
Lui, il va mal...

Je t'en pris, n'ai pas peur...
Tu es le seul qui me rassure dans cet endroit, ne me dis pas que tu es effrayé par quelque chose.

Mon protecteur...

Le seul, l'unique face à ce monde, cette île inconnue.
Le seul en qui j'ai foi.
Le seul qui peut me rassurer.
Le seul qui peut me sauver.
Le seul que j'aime.

Son regard s'attarde sur la bouteille de whisky laissée à l'abandon à côté de lui.
Je m'affole.

Ne bois pas, pas maintenant...
J'ai besoin de toi, de mon vrai Trapp, pas celui qui voit double et qui ne parvient pas à aligner deux mots...

L'image des yeux rouges- à moins que ce ne soit autre chose ! - persiste dans mon esprit. Ces yeux cruels où brille une lueur malveillante...
Je les ai senti rire quand Trapp but son whisky...
Ils sont devenus triomphants, vicieux et cruels.
Une image qui me hante et que je ne décolle pas de mon esprit.

Mais que devrons-nous affronter ?
Après Entity ?
Cette île, elle n'est pas normale !
Mes pensées se bousculent dans ma tête.
J'ai envie de crier pour les faire sortir, de les hurler pour les faire fuir, les bouter hors de moi, elles qui m'empoisonnent comme un venin.

- Je...j'ai...et toi ?

Des bribes de phrase sortent de ma gorge.
Je parais sur le point de pleurer.
Evidemment, j'ai peur...
Mais lui ?
Mais toi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speaker Trapp
Piston & Cylindre
avatar

Masculin Nombre de messages : 396
Age : 46
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 17:37

« - Je...j'ai...et toi ? »

J’ai rien vu, rien entendu. Trop crevé, trop…
Mais je sens sa peur.
Je dois bouger, me réveiller.
La protéger, oui c’est ça.

Je me redresse, l’enlace fermement, tendrement.
Je titube un peu.
Fini de craner, cet endroit est suspect comme tout le reste. Rien ne va depuis qu’on est monté sur ce bateau. Et tout le monde paraît content, comme si rien ne s’était produit.
La nature humaine et sa volonté propre à oublier. Si vite oublié un naufrage, une entité, une île perdue.

En tout cas, l’île est habitée.
Par-dessus l’épaule de Lady, mon regard se perd sur une sorte de plaque ronde…
D’étranges symboles y sont gravés…

Elle tremble, ou bien c’est moi.
Un frisson, je connais cette trouille qui gravite dans l’estomac et sert la gorge.

Chuttt… tout va bien. Souviens-toi de l’As de trèfle. La promesse que je t’ai faite.

Nos joues se collent l’une à l’autre, les mots sont silencieux pour les autres.
Pour elle, pour moi, ils sont salutaires.
Un espoir redonné l’un à l’autre, l’espoir d’être deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sushi
Cylindre & Piston
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Age : 36
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 18:32

Oui...
Tout va bien, je vais bien...
Je suis idiote...
Mais ça va mieux.
Merci Trapp.

L'as de Trèfle !
Mon souffle s'accélère à cete pensée.
Cette pensée d'espoir et de réconfort, qui s'épaissit, nous enveloppe et nous dérobe à la vue des autres, deux silhouettes dissimulées et unies dans un même but, une même douleur, un même espoir.

Deux corps fusionnés à la limite du possible, deux corps si pressés l'un contre l'autre qu'on en distingue plus qu'un.

Un ensemble de chairs appuyées, frottées, collées les une contre les autres, aux contours flous à force d'étreintes.

Deux personnalités...
Deux esprits...
Deux corps...
Pour une seule âme.

Je t'offre la mienne, prends-là donc.
Elle est à toi, tout en moi est à toi.
Je suis toi, en réalité...
Est-ce l'amour qui donne cette impression ?

- Merci...

Un remerciement. Presque une supplique, désespérée et passionée.
Oh ! Ne me lâche pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speaker Trapp
Piston & Cylindre
avatar

Masculin Nombre de messages : 396
Age : 46
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 21:49

L’As de trefle.
Un jour ordinaire dans Chinatown. Les rues sales, les marchands qui aboient leurs bonnes affaires et ça discute, ça marchande, ça s’engueule.
Je la revois assise à cette table et moi accroché à son visage, ce regard profond, ses yeux qui sourient même lorsqu’un clignement les ferme, un instant de sourire clôt d’un battement de cil.
Sa chevelure qui coule sur ses épaules fines.
J’étais fou d’elle, fini la culbute à temps partiel.
Sans la connaître, je lui ai promis de la sortir de cette merde.
Je lui ai pas promis la lune, j’ai pas voulu lui mentir.
Le monde ailleurs n’est pas meilleur, mais elle serait libre.
Au fond, c’était peut-être sa lune à elle, la liberté. Et elle… la mienne dans laquelle se joue un air de saxo, en regardant par la fenêtre d’un hôtel, les nuit tièdes sur Manhattan boulevard.
Non, je lui ai pas promis la lune, c’est elle qui me l’a refilé dans un emballage papier cadeau, son sourire en ruban bleu.

Et puis… il y a eu la course en taxi, l’aéroport, les sièges sur lesquels on s’est assis, le hublot dans lequel on regardait s’éloigner son passé.
Ce regard qu’on a pas pu échanger.
Le nœud dans l’estomac, les mains moites qu’on cachait, chacun sa façon de ne pas montrer la peur qui nous taraudait le ventre.
Un relent de pudeur.

On est descendu de l’avion sans se tenir la main.
Simplement l’un à coté de l’autre, un pas emboîtant l’autre, le sien pour moi, le mien pour elle.
Une marche impatiente cette fois.
Le nœud dans l’estomac, l’excitation chassant celui de la trouille.
Nos mains se frôlaient, un doigt attrapant l’autre pour finir accrochés.
Tenus par les doigts, c’est en vainqueur qu’on a franchi la dernière porte, celle de la liberté arrachée.
Elle s’est tournée vers moi, et elle a bondi dans mes bras, ses cuisses enserrées autour de ma taille, ses yeux baptisant les miens du petit truc qui reste gravé dans la tête. Ce même petit truc qui me fait vaciller sur cette plage.
Elle a plongé sa bouche sur mes lèvres, un baisé brûlant, gourmand, tellement sincère, accrochée à ma taille de toutes ses forces.
J’étais son pilier, elle ma petite fleur d’asie.


« - Merci... »

Et c’est elle qui dit merci…

Je crois qu’on devrait rester encore un peu ici.
Et attendre, voir venir.
Toi et moi, Lady.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lady Sushi
Cylindre & Piston
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Age : 36
Date d'inscription : 13/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Mer 14 Mar - 22:32

Je n'entends rien, plus rien, hormis les battements de nos deux coeurs qui frappent à l'unisson.
D'ailleurs je ne veux plus rien entendre. Je veux rester là, lovée dans tes bras, à attendre je ne sais quoi qui n'arrivera peut-être jamais.
La guerre pourrait faire rage autour de nous, je ne la verrai pas.

Dans mon monde, notre monde, je ne peux entendre que toi.


"Je crois qu’on devrait rester encore un peu ici.
Et attendre, voir venir.
Toi et moi, Lady."


Toi et moi, Lady.
Nous, Trapp.
Personne d'autre.

Tes paroles m'ont ramenée à la réalité.
J'entends le bruit des vagues qui s'écrasent le long de la plage.
Ces vagues...On dirait moi.
Elles vont, elles viennent, elles repartent, s'écrasent, se défont, se regonflent.
Ecumantes et terribles un temps, maigre et mourante la seconde qui suit.
Et leur bruit, c'est mon coeur.
Il ne bat que pour toi.

Je me souviens...

C'était il y a quelques heures, environ cinq.
Je t'ai revu après un long mois d'absence.
Ils nous cherchaient, les mafieux, impossible de rester ensemble.
Ils savaient parfaitement que s'ils tombaient sur moi, ils tombaient sur lui.
Et ils le voulaient, lui aussi...
Les saligauds.
C'était donc trop dangeureux pour nous deux de rester ensemble, jusqu'au départ du Pacific Princess.
Tu ne savais pas si je viendrais...
Mais je suis là.
Il y a quelques heures, tu m'a vue à la table de poker.
Un peu après, on se retrouvait dans la lingerie.
Une heure plus tard, je te massai au bord de la piscine.
Encore une heure après, on courait pour arriver aux canots avant que le bateau ne coule.
Il y a vingt minutes, on accostait sur l'île.
A présent, nous sommes tous les deux, sur la plage.
Je t'ai retrouvé.
Et je ne te quitterai plus.

Je ferme les yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kheira Cruz
Lucky Lucy
Lucky Lucy
avatar

Féminin Nombre de messages : 1195
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Jeu 15 Mar - 7:37

Allumer. Pas allumer. La regarder flamber, se racornir pour ne devenir plus que cendre. J'ai le choix sans l'avoir vraiment.

Je regarde l'arme que m'a donné Achille. Frisson de dégoût. Il y a déjà eu assez de mort. Machinalement, j'enlève le chargeur, le vide de ses munitions que je glisse dans les poches de mon jean, remet le chargeur vide en place. Ma décision est prise. Son corps disparaîtra dignement telle la snipeuse qu'elle a été.Déterminée, j'avance pas à pas jusqu'au cercle de pierre, fixant leurs ymboles qui un instant m'intrigue. Je les chasse de mes pensées me focalisant sur ce j'ai à faire.

L'odeur d'essence me prend à la gorge, au nez alors je me dépêche. Je prend les bras de Tara, les croisent sur son torse et entre ses mains y dépose l'arme vide. Un pas en arrière. Deux pas en arrière. Trois pas en arrière. Quatre pas en arrière. Une dernière pensée. Un dernier souvenir. Tara dans un coin de ma mémoire. Tara dans un coin de mon coeur. Ce n'est pas elle devant moi. Juste son corps.

Pouce qui se crispe sur le poussoir du briquet. Pouce qui s'abaisse. La flamme. Vivante, avide, gourmande. J'avance de nouveau, m'abaisse vers le tas de bois luisant et laisse la flamme se nourrir, se propager pour devenir en quelques secondes un brasier. Reflexe, je recule sous les flammes ardentes, m'en détourne pour rejoindre les autres.

Le bruit du bois qui craque. Des grésillements affreux. Je ne me retournerai pas. Non. Je veux garder une image d'elle intacte. L'odeur de chair qui crâme. Une odeur de barbeuk qui me donne envie de saliver, qui me donne envie de manger... Putain. Malgré moi des images se dorment dans ma tête. Horribles vision d'un corps qui se consume N'y pense pas. N'y pense plus. Ce n'est pas Tara, juste une enveloppe de chair vide.

Je laisse le bûcher derrière moi. Mon deuil est fini. Il ne me reste plus qu'à penser à ma survie. Je le dois pour elle, mais aussi pour moi.

Adieu... Tara...

[Direction : plage d'arrivée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Speaker Trapp
Piston & Cylindre
avatar

Masculin Nombre de messages : 396
Age : 46
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Jeu 15 Mar - 14:31

Je regarde Kheira, le bûcher.
Sa peine se devine.
Dur retour à la réalité.

Lady, on bouge.

J’aime pas les foules agonisantes et les héros d’improvisation.
J’ai toujours joué seul, et c’est comme ça que je gagne les parties.
Mais ici… je ne sais plus.

Survivre, la protéger.
C’est un bon plan.
Et trouver où nous sommes.
Et qui a construit ce campement…



(direction L’ilot)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille Gastopoulos
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 185
Age : 51
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Jeu 15 Mar - 23:45

Arrivé là, il n'y a personne.
Achille contourne la batiise, et dissimule ses affaires comme il l'a indiqué à Céli et Kheira.

Puis repart au plus vite direction le point d'eau, il ne faut pas qu'il prennent trop d'avance non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kheira Cruz
Lucky Lucy
Lucky Lucy
avatar

Féminin Nombre de messages : 1195
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   Sam 17 Mar - 20:34

Echo. "Faille... Faille... je viens de trouver un abri !!! il me faut de l'aide !!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un abris sur la plage (1er signe)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un abris sur la plage (1er signe)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: L’île-
Sauter vers: