Taverne de l'imaginaire

[Laissez votre imagination vous guider au travers des différents jeux de rôles mêlant passé, présent et futur]
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Derniers sujets
» Discussion sur le jeu
Lun 3 Déc - 19:42 par Isabelle Soraia

» Sortie de gauche
Sam 30 Juin - 2:56 par Tom

» Sombre recoin
Mar 26 Juin - 11:24 par Céli

» Perdu dans les profondeurs
Mar 19 Juin - 8:42 par AGSHYL

» Lîle, au fil de l'eau
Jeu 14 Juin - 18:06 par MJ'

» Dans les souterrains
Mer 13 Juin - 23:28 par Kheira Cruz

» Dialogues RP => Extension au RP de L'île
Mer 13 Juin - 21:38 par Monsieur Mike

» Tunnel de droite ..
Dim 10 Juin - 14:56 par Tom

» Nos absences
Sam 9 Juin - 9:56 par Lynn


Partagez | 
 

 Les coursives tribord

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
MJ'
Mais si, elle est gentaaaAAAARRRRGH !!!
avatar

Féminin Nombre de messages : 1143
Age : 45
Date d'inscription : 10/05/2006

MessageSujet: Les coursives tribord   Lun 19 Fév - 0:22

Un couloir.

Mais avec la mer d'un côté, la plupart du temps.

A part ça c'est un couloir. Un bête couloir. Un moyen d'aller d'un endroit à un autre. Ou de n'être plus dans l'un, sans être encore dans l'autre.

En transit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot
Croisiériste
avatar

Masculin Nombre de messages : 219
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Lun 19 Fév - 22:33

[En provenance du Grand Salon « Orchestra »]

Putain mais c’est quoi ce bateau, ils auraient pu donner le plan à l’embarquement !

Enfin, un peu d’air, ça fait pas de mal. Je suis trop tendu depuis quelques temps. Faut dire que les événements se sont enchaînés sans me laisser le temps d’y réfléchir. Là j’ai le temps, et quand je fais le bilan j’aime pas du tout comment les choses ont tourné.

Ben ouais, t’a ça dans la peau, c’est toute ta vie de butter les gens t’a pas l’air con maintenant.


Bien, vas y remue le couteau dans la plaie.

Un grand vide se profile quand je songe à mon avenir… Je reste le regard dans le vague…Désespéré, comme une merde…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven Larrson
Déplaisancier
avatar

Masculin Nombre de messages : 480
Age : 42
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Lun 19 Fév - 23:45

Je suis désespréré, nageant dans une grande flaque de merde... D'un animal.. Qui aurait mangé épicé.

Je déambule dans les coursives, encore un peu stone.. Je me dit que m'enfiler la boite de médocs et retourner voir le barman avec son sourire idiot serait une bonne idée..

M'enfin...

Ah.. quelqu'un... Et voilà, faut que je croise quelqu'un. Au moins il a l'air de tirer la tronche lui aussi. Il va pas me servir une analyse discount ou de la bonne humeur dégoulinante rose bonbon..

Bon, allez ! Je vais lui aire croire que le sâle type qui emmerde tout le paquebot, c'est lui, qui fait fuir le gens souriants, c'est lui, qui fais plus pitié qu'envie, ce qui, c'est une lapalissade, n'est pas d'un sexy terrible...




Chic.
Bonsoir.. Vous prenez l'air ?
Ah ah ah.
Quelle poilade ce bateau.
Je m'éclate comme un fou.
Poueeet.

Dites donc vous broyez du noir ?
Zut.
La vie est belle.
Poueet.


Baaam ! Là il prend cher, je m'en vais te le culpabiliser de ne pas être heureux, tiens.. Depuis le temps que j'encaisse, y'a pas de raison.

En même temps ça me déprime de plus belle de jouer au gens normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot
Croisiériste
avatar

Masculin Nombre de messages : 219
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Lun 19 Fév - 23:59

Bordel c’est quoi ce mec !

Pas que ça me défrise qu’on vienne rompre ma merveilleuse divagation mentale, mais ce gars là, il à l’air encore plus dans le bad que moi.

Je le regarde perplexe.

Putain je t’aime déjà toi, presque je te roulerais une pelle.


Non mais ça va j’ai pas viré tarlouze encore !


« Heu salut, oui je m’aère…Et non perso je trouve ce bateau pourrave à mort, je me fait chier comme un rat, et oui je broie du noir. Mec tu serais dans ma tête c’est ce que tu ferais aussi. Quoi que t’a pas l’ai super bien avec ton sourire crispé et tes phrases qui sonnent faux. »

En fait mis a par les donzelles…Miam…C’est la première personne qui me donne pas envie de gerber ici. Je luis tend une paluche.

« Elliot Pacetti. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven Larrson
Déplaisancier
avatar

Masculin Nombre de messages : 480
Age : 42
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mar 20 Fév - 0:31

Un rital ! Pfff... c'est bien ma veine.. M'enfin...
hé hé hé... Pas l'air trop tocard.. Il fait pas semblant d'être heureux au moins. Pas sûr que sympathiser avec un type aux idées noires soit une excellente idée, mais bon, j'aurais moins l'air d'un associal.


Enchanté. Ravi. Très heureux.
Sven Larrson.
Ancien directeur de communication, ancien homme marié, ancien papa comblé, ancien homme heureux. J'ajouterais etc...
Chic. J'ajoutrais youpi.
Il est encore temps de remettre votre main dans votre poche.


Je le regarde, au moins il est fixé. Pfff... Arrête d'être lourd, Sven tu emmerdes tout le monde avec tes problèmes.. Serre lui la pince, pend un médoc, monte te mettre minable, pisse dans la piscine en insultant tout le monde, au moins tu te sentiras vivant...

Je lui serre la main.

Ta présence ici c'est un cadeau d'affreux gens bienveillants toi aussi ? Je veux bien une clope si tu as ça sous la main.. J'avais arrêté comme tous les cons raisonnables, mais là, tu vois, je crois que ça me fera du bien..


Eeeh beh.. Tu as réussi à aligner deux phrases sans être sarcastique mon vieux Sven, je te donnerais pas un air sympathique non lus, mais tu progresses...

Poueet.
C'est la fête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot
Croisiériste
avatar

Masculin Nombre de messages : 219
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mar 20 Fév - 1:01

Waouw, mec, il a tout perdu le gars, normal qu’il tire cette tête. Quoique toi idem hein ! Vous allez pouvoir compter les points, à celui qui aura perdu le plus. Funnn, t’a trouvé le bon gars pour t’éclater toute la croisière. Bon arrête de déconner y a de la barbaque qui n’attend que nous.

Toi, ta gueule !

« Ben mon gars t’a pas été gâté par la vie toi ! Moi idem, explosion totale de mon mode de vie, agenouille toi et ramasse les morceaux. Mais bah, chier, c’est pas le plus grave… Enfin peut être qu’il y a moyen de retrouver le smille durant ce voyage. J’y crois à mort…»

Ouais j’y crois grave mon frère comme je crois qu’elles vont toutes se prosterner à mes pieds dans la seconde !


Pas bonne idée de lui tendre la main, jvoulais juste être poli, ça m’enchante pas plus que ça de palper des paluches. Finalement il m’en serre une. J’imagine facilement l’effort que ça à du lui demander. Pffuuu pas besoin d’jouer du cinéma, j’aime bien son bad, il est authentique. Pas l’étalage d’hypocrisie qu’on se coltine à longueur de temps.

C’est bien ce que je disais, tu va lui rouler une pelle. Mais dit moi avant ou après l’avoir buté ?


PUTAIN !!!!!!!!!!!!! Fiouuuu, respire man, allez, il va te prendre pour un gros taré, et voilà que je perle de sueur à mort encore une fois.


« Euh, non c’est pas exactement ça, disons plutôt un cadeau de gens malveillant pour ce débarrasser de moi. Et c’est pas un cadeau d’envoyer quelqu’un ici, qui t’a fait cette crasse ? »


Des clopes, des clopes, ah ouais je les avais oublié celles là. Je sors mon paquet de la poche arrière de mon jean et le lui tend.

Un whisky, putain… Il en aurait bien besoin lui aussi… Arrête de trembler mec, ça fait alcoolo…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 21 Fév - 3:08

[Arrive du Bar d’Isaac]



Essayant de pomper au mieux le Whisky qui a eu la bonne idée de venir s’installer là au milieu, je regarde pas vraiment ou je vais ... Pourtant toujours cette sensation désagréable ....

Je relève un peu la tête, je suis dans une espèce de couloir ... Assez sombre, il me semble, je ne suis pas tranquille ...

Ohh pour une fois, ils pourraient pas me servir pour me guider dans ce Paquebot.. C’est bien gentil de m’aider à transpercer les gens, mais j’aurais bien besoin qu’on m’aide pour me diriger !!

Bon, il ne faut pas que je cède à la panique moi, il faut que je me concentre, oh, étrange je sens des ondes par –là ...

Prudemment, je m’avance ... et j’aperçois, Elliot, oui c’est bien lui ... Le Pauvre, lui qui voulais réfléchir, il se retrouve avec un bonhomme autant paumé que lui ... Sauf que l’autre là, il a tout perdu, il n’arrive pas à faire le deuil de sa vie passée ...

C’est bien dommage, il ne voudra pas d’aide de ma part en tout cas ...

Arrivée à la hauteur d’Elliot, je le regarde et lui souris timidement ...

Oh, Re Bonsoir Elliot, Ne vous dérangez pas, je ne fais que passer, je recherche ma cabine..

Je me tourne ensuite vers le dépréssif et avec un voix toute douce je m'apprête à y adresser la parole ...

Oui, vaut mieux ne pas lui faire peur à ce pauvre homme ...

Pardonnez moi, Monsieur, je ne vous ai pas salué ... Quelle ingrate je fais ...

Je m’appelle Rayana , au plaisir ... Je suis un peu pressée et ne veut pas troubler votre conversation, je m’en vais ... A tout à l’heure, au dîner ...


Etrange quand même cet homme à l’air si misérable, qu’on ferait tout pour qu’il arrête ses médicaments ...

J’espère qu’on ne va pas le repêcher flottant dans une des piscines ...

L’odeur de la mort trône de plus belle, je ne vais pas tarder à me déplacer ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven Larrson
Déplaisancier
avatar

Masculin Nombre de messages : 480
Age : 42
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 21 Fév - 11:37

Whao ! Il en tient une chouette couche lui aussi !
Encore un que la vie a oublié de gâter... Elle est généreuse avec ses petits chouchous, les autres, qu'ont une moins jolie frimousse, un sourire moins polisson, pas la parfaite petite tête blonde à son goût, ben elle les laisse de côté.. SALOOOPE !
Je m'allume la clope.. Putain, ça faisait longtemps...

Une nana arrive... Ah oui, celle du comptoir, la manieuse de cartes, si elle me propose un bonto je joue mon caleçon.

Chic.
Bonsoir Irma.
Qu'il est grand ce bateau.


Je me tourne vers mon bienfaiteur, celui qui me permettra de mettre à petit feu fin à mes jours grâce à la nicotine, moi qui suis trop lâche pour me pendre dans ma cabine..


Vu qu'on est parti pour bien se fendre la poire toute la soirée, on va manger un bout ?
Avec un peu de bol le poulet aura contracté un virus qui nous décimera tous.


OUps, tu dérapes sven, je me retourne vers la rouquine..


Chic.
Je blague.
Je rigole, hi hi.
Vous vous joignez à nous ? Plus on est de fous..


... Plus le suicide collectif aura de la gueule au 20h, me dis-je, ricanant intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot
Croisiériste
avatar

Masculin Nombre de messages : 219
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 21 Fév - 14:09

Je m'en crame une aussi, putain ça fait du bien.
Mais que vois-je ? Non, la bombasse cartomancienne, décidément… Elle cherche ça cabine, ben je vais l’aider à trouver, faut pas laisser la dame toute seule, elle pourrait ce perdre. Puis bon j’l'aime bien l’autre psycho là, mais faudrait pas qu’il cherche à me voler ma proie.

Ahh!! Cette fois tu la laisse pas ce barrer, tu la prends, tu la retourne, tu la baises, et tu te casses !

Euh ! J’vais la jouer plus fin, hein, man.

«Pas si vite beauté, je dois aussi me changer avant le dîner, faisons un bout de chemin ensemble ? »


Merde j’ai pas envie de me changer, qu’est ce que je dis bordel. Rien à foutre de ma putain d’apparence. Chiotte…

Je regarde pshycho boy, et manque de partir en fou rire à cause de son délire sur les poulets.
Oui je sais c’est pas drôle, mais fuck. Non en fait pas drôle du tout bordel, il part en sucette là le man. Grave dans le délire suicidaire. Cette putain de vie est à chier mais merde quand même.

S’il veut crever le dépressif, j’demande que ça moi de lui coller une balle dans la tronche !

Bah, non tu vas pas butter le seul mec avec qui tu peu plus ou moins parler, merde.

« Ouais mec, j’ai la dalle. Ça me branche bien qu’on aille bouffer là, avec la poulette bien sur, mais mon gars please, laisse tomber les plans suicidaires jusqu’au dessert. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven Larrson
Déplaisancier
avatar

Masculin Nombre de messages : 480
Age : 42
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 21 Fév - 14:28

Alors deux cas de figure se présentent.. Il a clairement envie de se la faire, pulsion typique des gens vivants, depuis longtemps oubliée pour moi.
Alors soit je leur pourrit leur tête à tête, par pur sadisme, mais bordel y'a pas de raison qu'il n'y ai que moi à être mal..
soit je les laisse filer en tête à tête.. après tout il ne m'a pas méprisé, lui, elle non plus d'ailleurs.. Il fait même semblant de s'inquiéter pour moi, lui.

Moui... Bon.


Merveilleux.
Je vais au grand salon.
Ne tardez pas trop, quelle merveilleuse soirée s'annonce.
ticadicatum ticadicatum ohé ohé..
J'ai une de ces envies de danser moi. Chic.



Hop, je sais, j'en fais des caisses, m'enfin.. Je les salue gentiment et file dans la coursive en direction du buffet. Après tout j'ai faim moi, et autant les laisser tirer un coup, vu les prières que j'adresse à l'autre associal là haut pour que le bateau se bouffe un iceberg, ils ont bien le droit de profiter une dernière fois de leurs sens.

[go to the grand salon]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 21 Fév - 15:24

Etonnant ça, le fait que ce cher Elliot passe du temps en la compagnie de l’autre dépressif bouché, et il change de visage ... Bon, je ne suis pas sortie en deux mots. Mais faut bien le dire ça ne m’étonnes pas ...

Oh, mais ne vous dérangez pas, surtout, si vous n’avez pas l’intention de passer à votre cabine, je vais très bien pouvoir faire le chemin toute seule ...

L’autre qui me prends pour Madame Irma, s’en va, il se décide tout de même de moins faire l’antisociale, et à envie de se mélanger aux autres passagers, voilà un bon début pour lui !

Pulsion Masculine, ils ont vraiment de la peine à se contenir ...

Songeant à ce que je viens de me dire, je ne peux m’empêcher de sourire sarcastiquement.

Maintenant que je me retrouve seule aux côté d’Elliot, une drôle d’impression me prends ... Mélange de questions et de savoir ...

C’est embêtant, Cet homme à le don de me faire une drôle de sensation ... Ahh je ne sais pas si je dois ...

Ah, voilà, il semble que le bateau prend le large ... un douce tanguée, par ci, et une autre par là, il est trop tard pour faire demi-tour maintenant ... Esprit errant sans chemin, nous voilà plongée dans une drôle de destinée ... Sombre en soi ...

Pour ne pas trop perdre pied, je fais alors quelques pas tant bien que mal, pour ne pas y atterrir dessus ...



[Suite au grand salon]


Dernière édition par le Jeu 22 Fév - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elena
Barbie nympho
avatar

Féminin Nombre de messages : 162
Age : 36
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Jeu 22 Fév - 1:01

La vache, putain mais y’a quarante mille couloirs dans c’bordel, comment j’vais trouver l’bon moi? Pis j’ai l’impression d‘tourner en rond, y’a tout qui s’ressemble, qu’j’aille à droite ou à gauche c’est qu’une succession de portes toujours identiques ! Mais j’vais d’venir folle moi dans ces putains d’couloirs, en plus j’croise personne c’est mort ! Et pis avec tous les escaliers qu’j’ai descendus j’suis presque à fond d’câle là !

Bon y’a quoi derrière c’te porte, encore un couloir j’pari, ah non tien la salle des machines ! oulà c’est l’bordel là dedans, oh ben au moins y’a une horloge c’est deja ça, super classe en plus, le p’tit cadran posé sur sur pleins d’batons rouges, c’est super fun s’ont imités les bombes qu’on voit à la télé ! Enfin bon bref c’est pas un couloir donc j’trouverais pas la liasse quj’e cherche ici !

Demi tour, à l’embrachement j’prend à droite, à gauche, encore à droite j’remonte les escaliers, et c’est r’parti pour un tour, à gauche, à droite, à gauche ah non cul d’sac bon alors à droite re escaliers, c’est bon là marre j’vire frapadingue, j’laisse tomber, j’remonte et j’trouve le gueulton du soir ! Pfff ça m’apprendra à croire les bobards d’un croque mort !

Ooooh ma cabine, ben c’bordel aura au moins eu du bon j’ai trouvé ma cabine ! J’y rentre, oh putain la vache, classos la cabine s’sont pas fouttu d’ma gueule avec c’te croisière les pizzas sédégueu ! Bon ptit tour dans la valise, faut qu’j’me mette sur mon trente et un quand même pour aller bouffer, ah oué nikel ma p’tite robe rose achetée juste pour l’occaz’, bien moulante, un peu trop d’ailleurs on voit même le string putain, bon ben pas de sous vêtement avec ça ! Retouches sur le maquillage, un ti coup d’parfum super legert et j’suis repartie dans les couloirs !

A droite, à gauche, re à gauche…’Tain après tous ces couloirs j’commence à avoir une impression d’jà vu là !

Oh putain ! OoHh putain !! OOOHHH putain la vache ! Je rêve, faut qu’j’me pince là !

Mais aieuh, merde je rêve pas, par terre, juste à mes pieds…
YOUHOUUUUUUUU !

Je suis richeeeeeeeeeeeee euh enfin faut qu’je compte quand même ! Je ramasse la magnifique liasse posée là sur le sol comme si elle n’attendait que moi… 2, 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16, 18, 20… oh la vache vingt billets d’100 rien qu’pour ma gueule ! Merde pas d’sous vêtement pour les planquer, ah mais si, putain vive les wonderbra intégrés dans la robe ; hop glissé ni vu ni connu enfin si p’etre le sein gauche plus gros qu’l’autre, bon ben faut équilibrer alors, dix de chaque coté !

Et voilà j’suis parée, fin prête, plus qu’à sortir de c’labyrinthe direction la grand salon pour grailler un morceau !

Grand sourire jusqu’aux oreilles je parcours ce qu’il me reste de couloir pour atteindre la bouffe !
Oh tien la voyante de tout à l’heure, et dire qu’elle avait rien vu, p’tetre pas si douée qu’ça en fin de compte, oh et pis elle est toujours avec le beau brun, c’est qu’ça doit bien marcher entre eux !

Hey rebonsoir, z’allez toujours bien ? J’vais bec’ter un morceau on s’retrouve là bas !

J’m’attarde pas, à leur place j’aimerais pas qu’on vienne me faire chier !


hrp : suite au grand salon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliot
Croisiériste
avatar

Masculin Nombre de messages : 219
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Jeu 22 Fév - 15:51

Ben merde il c’est barré.

Ahhh putain tu vas être enfin seul avec la radasse !

Un peu de respect avec la demoiselle, mec.

Aie, elle à pas l’air motivé pour que je l’accompagne. J’insiste, oui, non, peut-être? Chier j’aime pas insister, pas envie de faire des efforts pour une gonzesse. J’l'aime bien, ouais, elle à un châssis d’enfer et une gueule bouffable. Mais bon pas envie de jouer à chat…

T’est un con mon gars, tu réussiras pas à avoir de la barbaque avec ce genre de comportement.



« Je n’insisterais pas , j’espère que nous nous retrouverons au dîné et que je pourrais profiter de votre délicieuse compagnie. »

Elle s’éloigne alors que le bateau se met en marche. A voilà, merde on part, je suis déjà fou de joie à l’idée de me retrouver coincé sur ce rafiot avec tout ces tocards.

Je la dépasse, un petit sourire furtif à son intention.

« A plus tard alors beauté… »


Je presse le pas pour rejoindre le grand salon, tiens la blondasse qu’est ce qu’elle fou ici.

Choppe là, choppe là, choppe là, choppe là, choppe là !




« Salut mselle, faut pas traîner toute seule comme ça. Je vais au salon justement, vous me trouverez au bar si vous avez envie de faire la causette. »

Pourquoi j’ai dit ça moi ? Quel con.

Ferme là si t’a rien à dire mec…

[HRP : suite au grand salon]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Borgia Bellucci
Croisiériste
avatar

Féminin Nombre de messages : 41
Age : 37
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Ven 23 Fév - 16:44

[en provenance su salon]

Il me sert le bras à le broyer… Mmmmmiam… je sens la douleur remonter le long des mes muscles, un frisson me remonte le long du corps et me voilà en pamoison. Je retiens à peine un léger gémissement et me laisse conduire comme s’il me prenait tout naturellement le bras pour me rendre au bal.

Nous sortons enfin de cette fosse d’aisance, les miasmes de tous ces gens mes révulsaient. Nous nous dirigeons vers les coursives tribord… que compte-t-il faire là-bas ? Il me plaque contre la paroi métallique du bateau, un angle du mur m’écrase les côtes. Il lit dans mes pensées ou quoi ?

« Dites-moi, nous serions plus à l’aise dans ma cabine non ? »

Je pose à mon tour ma main sur son bras et mes ongles, affutés comme des lames de guillotine pénètrent profondément ses muscles, coupant le tissu comme une vulgaire feuille de papier. Je sens la peau se perforant et le sang chaud me rentrer sous les ongles, je l’imagine déjà chaud, poisseux et délicieusement amer…

Je le guide rapidement vers le troisième entrepont, cabine 301, la clé joue silencieusement dans la serrure et nous pénétrons dans cette pièce si merveilleusement exigüe. NE PAS omettre de refermer la porte non sans avoir apposé le mythique « do not disturb » à la poignée… à nous deux mon loulou…

[suite dans ma cabine, zavez la clé bande de voyeurs?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcello Della Cavale
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 15
Age : 53
Date d'inscription : 21/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Sam 24 Fév - 21:29

Trois fois le tour du paquebot sans trouver sa cabine ! Marcello était fumasse.

Bordel! Où est cette foutue cabine? Je loge tout de même pas dans la salle des machines.

A chaque tour de la coursive, il avait remarqué qu’une chambre avait un numéro dont la place ne semblait pas correspondre.

A cet instant, Marcello, passablement énervé car il faisait désormais nuit et il pleuvait des cordes, crut apercevoir à la lueur de la lune, trop souvent masquée par les sombres nuages pourtant peu communs dans les Caraïbes, qu’il y avait une légère marque à droite du numéro de cette fameuse cabine. Alors que la précédente était la 319, la suivante, la 321, celle-ci était la 32.


’tain, Marcello, je crois que t’es le plus stupide type de ce bateau ! La voilà, la chambre 320 que tu cherches depuis des heures.

Mais Marcello est de mauvaise foi. Il se mit donc à vociférer contre l’équipage et la qualité de l’entretien du paquebot.

Son sang se mit à bouillir, il allait rebrousser chemin pour faire irruption dans la cabine de pilotage et foncer sur le malheureux capitaine. Mais il se rappela du rôle qu'il devait tenir.
Et oui, en d'autres circonstances, le personnel aurait fini à l'eau, dans le meilleur des cas.

Il prit donc sur lui.

Marcello pénètre alors dans sa cabine non sans avoir griffonné nerveusement le zéro manquant à l’aide d’un stylo, à même la porte. Il pose son sac sur le lit. La cabine, bien que petite, est plutôt d'un bon standing. Il faut aimer la déco seventies fashion, mais sinon elle est clean.


Ma qué, c'est que ça ressemble aux photos du prospectus! Sauf que seules les cabines les plus chères ont été redécorées. C'est pour ça que je prends les chères d'habitude.

A peine a-t-il pénétré dans sa cabine qu'il s'empresse de s'attraper les bijoux de famille pour se les remettre en place. Ce réflexe est sûrement celui dont il a le plus de mal à se débarrasser.

Ahhhhhhhhhhhhhh

Après ce moment de détente, il ouvre alors son sac. Dedans, un flingue, quelques vêtements, un téléphone cellulaire, une petite clé. Il les range soigneusement, en accordant une attention particulière au fait des les mettre là où le personnel d'entretien ne doit pas les trouver, puis il s'allonge, enfin!
Marcello ne sait plus depuis combien de temps il n'a pas pu dormir, ou ne serait-ce que fermer l'oeil. Cette attention constante est éreintante. Mais cela fait plusieurs jours, c'est une certitude, depuis qu'avec Francesco ils ont pénétré dans cet endroit.

Après s'être assoupi, Marcello entreprend de se doucher pour ensuite aller visiter les pièces communes du paquebot.

Un certain temps après, il sort de sa cabine et rejoint, via le pont supérieur, les salons du Pacifiq Princess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Dim 25 Fév - 22:41

Personne dans les coursives.
C'est pas plus mal, j'ai eu ma dose d'émotions et de gens pour la soirée.
Je suis passé voir ma soeur...
Aucune amélioration.
Une fois à quai, je demanderai l'avis des meilleurs spécialistes.
Mais bon, d'après le doc, hormis cette torpeur qui la saisit, il n'y rien de grave à signaler...
Elle reste à dormir, tout le jour et toute la nuit...
Une bonne douche et au lit...
Programme simple, ça et rien d'autre.
Allez, va pour les médicaments que m'a passé le medecin pour mes insomnies.
La dernière fois que je les ai pris j'avais été malade toute le nuit.
Bon, essayons tout de même.
Après avoir gobé les gellules avec un verre d'eau, je me glisse dans mon lit sans cérémonie.
1 heure du matin et je m'endors.
Quel plaisir, un sommeil sans rêve, sans soucis...
Mais de courte durée.
Bordel !
Mais on fait sauter le bateau ou quoi ?
Je me lève en sursaut.
On se croirait à Tokyo lors d'un tremblement de terre !
Je sors sans même prendre la peine de me couvrir...
Chose que je regrette amèrement.
Il fait un froid digne des pôles dehors.
La mer est très paisible, pourtant le bateau tangue comme jamais.
Je m'avance et je me cramponne à la rambarde.
Ce qui devait arriver arriva...
Une secousse, plus grande que les autres me poussa vers l'avant.
Par miracle, je réussi à me rattraper de la main droite, manquant de tomber à l'eau.
Le bras me tire et me fait mal, je vais chuter si je ne fais rien...
Je parviens à m'accrocher de ma main gauche...
Heureusement que je m'entretiens...
Difficilement, j'arrive à me hisser au dessus de la rambarde et à regagner les coussives.
Je commence à me demander si ce bateau ne veut pas ma mort...
Je reste assi contre le mur.
Du sang coule de mon épaule, mon aventure m'a même laissé un souvenir...
Le calme par pitié, c'est tout ce que je demande.
Restons là un moment, le ciel m'apaise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James Callahan
Individu
avatar

Masculin Nombre de messages : 619
Age : 37
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mar 27 Fév - 3:03

Hung... ça fait pas du bien cette blessure...
J'ai du me couper avec une des décorations sur les rampes, c'est pointu...
Voyons voir ça...
Non, ce n'est pas grand chose, je dois avoir des bandages dans mon sac, je pars jamais sans le minimum de premiers soins...
Même si je ne m'en étais jamais servi jusque là.
Engourdi, je me redresse avec difficulté...
On dirait presque un petit vieux après une chute.
Tu parles de vacances...
Espérons seulement que des pirates n'aborderons pas...
Trêve de plaisanteries douteuses, il faut désinfecter et bander ça.
La blessure saigne encore.
J'entre dans ma cabine, et ouvre ma valise.
Ah oui, voila la petite trousse à pharmacie.
Donc, voyons voir le désinfectant...
Voila, de l'eau oxygénée, c'est bien.
C'est toujours moins désagréable qu'un bon vieil alcool à 70%.
J'en applique sur une gaze, et face au miroir de la salle de bain, je l'applique en serrant un peu les dents.
J'ai jamais vraiment été une chochotte, mais faut avoir que ça lance bien.
Voilà, la plaie est pas trop mal nettoyée.
Bon, une autre étoffe de gaze posée sur la plaie, un peu de bandage.
C'est bon, ça se voit pas trop, j'ai pas envie d'avoir l'air d'un blessé de guerre.
Après avoir rangé le matériel médical, je m'assoie sur le lit.
Mais qu'est ce qui a bien pu se passer...
C'est trop, la tentation est trop forte, je vais voir si j'arrive à savoir quelque chose.
Amy est en sûreté à l'infirmerie de toute façon.
Hum... Où aller ?
Je crois que le grand salon est la meilleure option.
Si une communication doit être faîte se sera là bas.
De plus il y a sûrement du monde plus au courant que moi.
J'enfile une chemise noire à manches longues et un jeans puis je ferme ma cabine

[HRP : Vers le Grand Salon "Orchestra"]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gino del Calor
Les frangins
avatar

Masculin Nombre de messages : 198
Age : 36
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 28 Fév - 14:13

[venant du pont terrasse]

je marche à grand pas du mieux que je peux soutenant à peine Tonio qui tient à marcher tout seul après avoir repoussé l'aide des deux femmes qui se sont mis dans la tête qu'elles nous seraient utiles,
elles se doutent de rien, la douleur, comme le sang, c'est un apprentissage,
je connais mieux ça qu’elles le fond de leurs tiroirs….
j'ai la haine et les tempes qui cognent encore mais plus froid c’est étrange
j’ai les nerfs de voir qu’elles nous prennent pour des fiottes

calmati ! Gino c’est l’intention qui compte

J’en pousse une un peu brutalement quand elle me touche

" spingiti non sono ferito ! "

Elle me regarde sans comprendre puis elle empoigne la jambe de mon frère, idiota !

« Yé vé juste savoir où est el médico ! »

4...
les lumières reviennent brutalement, l'équipage? bande de connards pas un qui pointe sa trogne ! on prend la coursive tribord je regarde la guibole de Tonio et sa blessure est moins conséquente que ce que j’avais imaginé mais ça pisse encore si je trouve pas el médico dans les minutes qui suivent je vais retourner le merdier et trouver de quoi le recoudre faudra serrer les fesses et les dents hermano mais je te connais !
la douleur au plexus a disparue d’un coup avec la lumière…
j’y penserais plus tard


« allora? dove è l'infermeria, donne? »


Je suis plus calme, j’esquisse un sourire,
carnassier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyana O'Brien
L'une et...
avatar

Féminin Nombre de messages : 1068
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 28 Fév - 16:23

[HRP: venant du pont terrasse ]


Il me pousse, eh bien le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'est pas des plus aimable au premier contact celui la...

Je n'y prête pas plus attention que ça il ne va pas très bien ça sera son excuse... Et reviens près de lui sans le toucher juste esquissant un sourire...

Le froid qui me tordait les entrailles a bizarrement disparut, la mer semble plus calme et un message du capt'ain stupid annonçant que la lumière est revenu se fait entendre dans le bateau...

Comme si ont avaient pas remarquer que le peu de lumière qui n'ont pas explosé s'étaient rallumés...

« allora? dove è l'infermeria, donne? » me demande t il plus calmement...


-L'infirmerie est au bout de la coursive, dépêchons nous...

Après tout c'était peu être une bonne idée d'aller a l'infirmerie et comme tout avait l'air d'être rentré dans l'ordre le toubib y sera surement... Et s'il n'y est pas peu être que je pourrais le recoudre, autant que se que j'apprends au cours de l'année servent a quelque chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
Les frangins
avatar

Masculin Nombre de messages : 112
Age : 34
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 28 Fév - 16:37

[hrp] Du pont-terrasse [/hrp]


Je grimace quand la chica m’aide à marcher,
Et je sens Gino qui bouillonne à sa façon de se comporter…
J’ai rien contre les chicas moi.. Au contraire…
Mais il y en un moment pour tout…
Et là bé c’est pas le moment !

Luz !

Je peux voir les traits du visage de Gino…
Me fait peur, faut qu’il se calme…
Je croise le regard da la chica qui se cramponne à mon bras,
Et bé jolie petit lot !
Là j’ai vraiment plus mal du tout !
Non mais c’est pas pour autant que je vais me laisser faire.
Courbures des sourcils,
Serrage de dent,
Je marche tout seul !
Je jette un coup d’œil par-dessus mon épaule,

Rien…

Si Sangre !
Je pisse toujours autant de sang !
Mais il fait meilleur tout à coup...
Je sais pas pourquoi !
La chica qui me ferait de l’effet ?
A nan, le sourire de l’hermano !
Il a l’air mieux, ça fait du bien.
Petit clin d’œil.
Je sais pas pourquoi je fais ça,
Mais je suis bien quand Gino sourit…
Los dos chicas restent avec nous.
On fera connaissance plus tard.
Pour le moment, je veux en finir avec cette balafre.
C’est trop long !
On perd du temps !
Et j’ai pas envie de m’éterniser à bord !
Tain de mallette, j’partirai pas sans !
C’est moi qui l’ai paumé cette mallette,
El hermano sera fier de moi !
Concernant l’autre hijo de puta,
Il est déjà mort !

Je regarde devant !
Je regarde derrière !
Je regarde el hermano !
Je regarde la chica !
J’avance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayana
...et l'autre
avatar

Féminin Nombre de messages : 1616
Age : 39
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Mer 28 Fév - 16:45

[Arrivons du pont-terrasse]


Nous traversons à grand pas le salon dépiécer ... Le soleil pointe enfin ... Mais lorsque je suis passé je l’ai entendu m’appeler il va venir, il va me pourrir ... Je devrai faire face ...

Tous on y aura droit, personnes ne pourra se délester ... Mais il faut survivre et essayé de faire fuir cette chose ...

Nous longeons à présent les coursives, Les hommes qu’on escorte semble pas de la meilleure humeur ... Un tantinet agressif peut-être! Celui que j'aide veut avancer seul, je le laisse je veux pas encore le froisser...

Dites, oui, euh si ça vous gênes qu’on vous aide, faut le dire tout de suite nous on pensait bien faire ... Je sais très bien ce que vous pensez ... Vous inquiétez pas, dans de tel condition on n’oserais pas vous prendre pour des tarlouzes ...

Ce qu’un homme en mauvaise posture peut-être désagréable parfois, ils n’aiment pas se sentir diminué ... Surtout face à des femmes ... m’enfin ...

Je lance alors un regard complice à Lyana, je suis sûre qu’elle pense la même chose que moi !

Bon on arrive de toute façon.. Excusez d'être aussi direct, mais enfin ... roo cette pression m'est dificilement supportable! Veuillez m'excuser, je ne veux pas être désagréable!

Un petit sourire timide s'esquisse sur mes lèvres .. en guise de pardon ...

La lueur de soleil me réchauffe un peu, il est vrai qu’on est tous sous pressions.. Ne faut pas leur en vouloir d’un autre côté. L’électricité est revenue, un peu de tranquillité jusqu’au couché du soleil ..



[Suite à l'infirmerie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Achille Gastopoulos
Naufragé
avatar

Masculin Nombre de messages : 185
Age : 51
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Ven 2 Mar - 13:16

[hrp]En provenance du salon "grand orchestre" et via la Suite d'Achille.


Allons-y… vous devez vous allonger au plus vite…

Je ne compte pas m'allonger, juch'te pach'er...

Citation :
Je saisis son bras gauche que je place sur mes épaules… et j’tente de le lever doucement… il douille… normal…

Il la repousse de sa seule main propre:
"Le produit vous avez oublié?! Prenez une couverture ich'i, je vous prie."
RRAAAAAh, mais t'es un malade! Faut te faire soigner! Psychorigide! Elle te colle presque à ses roudoudous et tu la repousses pour "des raisons d'hygiène"? t'en as pas marre d'être con? Bordel si ça se trouve t'es mort ce soir! Sans baiser! Femme, enfant, beau gosse, jm'en fous mais va me falloir du fi..
Tais toi! Aide moi à ch'urvivre et je te paierais qui tu veux à notre retour en Grèch'e.
Non Achille, céder au démon c'est prendre la voie du démon. Et ces gens que tu payes pour "lui" nourrissent tes péchés.
On verra...

Elle revient avec la couverture.

Allez mon vieux… courage… appuyez-vous sur moi…
"Ah oui un dernier point, à quarante ans j'aimerais que vous ch'ech'iez de m'appeler mon vieux. Monch'ieur Gach'topouloch' ira trés bien, mais évitez ce qualificatif vexant, Autrefois on m'appelait Akmé, ch'i vous préférez"


[hrp]Sur le chemin de la Suite, les coursives babord.[hrp]

"Mais pour être honnête, je ne pench'ais pas que vous ch'eriez rech'tée aprés mon petit dich'cours. Ch'e que je viens de vous dire est incroyable. Et pourtant Dieu ch'ait ch'i je ch'uis croyant, moi...
Je vous pench'ais grossière, brute dans votre ech'prit, mais votre présench'e avec moi me laich'e imaginer que vous êtes surtout rusée et pach'iente. On ne laisse pas filer un poisson, même un petit lorch'que l'on a faim...Oui. Je vous dois des excuses, je ne vous sous-ech'timerai plus.

Bon. Bon ch'e que je vais vous dire est beaucoup plus hypothétique, mais plus pragmatique:
Habituellement ch'ur ch'e genre de croisière, il n'y a que des gens comme moi. Riches, entre deux ages, et souvent ch'élibataires. Hors ch'ur ch'ette croisière j'ai vu de tout:
Des gamines se murger comme le dernier cantonnier, de jeunes premiers voire des petites ch'élébrités. Des pauvres. Excusez, le mot mais à part les gagnants de concours il n'y en a jamais, les prix ch'ont faits pour...Et ils sont toujours ch'avamment och'trach'isés...
Mais plus étrange, il y a toujours un phénomène de foire dans le lot: faux voyant, médium...Ch'e que vous voulez qui amuse la galerie. Là pas moins de quatre personnes ch'emblent répondre à ch'es critères. Nous ne parlons pas de vrais pouvoirs, mais d'apparench'e, d'ambianch'e...Ch'est beaucoup ch'ur une ch'eule croisière. Trop...
Et ch'urtout le comportement des gens, que des extrèmes, des joueurs, des alcooliques, des obsédés du rut, même plus du ch'exe, mais de la copulation sauvage, ils exhalaient leurs hormones bech'tiales, dépach'ant la luxure pour ch'e vautrer dans les promech'es baveuses de coït primitif..
Excusez moi, il est des mots qu'on peut penser mais ne pas dire en soh'iété."


Moi je me fous de la société, et je voudrais simplement faire l'amour avec toi ..... faire l'amour avec toi!!!! C'est pas poête, ça?
Silence, monstre, il parle aussi de toi là.


"Mais ch'e n'est toujours pas ch'uffisant. Il faut des détails ch'upplémentaires pour que ch'ela devienne ch'uch'pect. Et préch'isément.
Lorsque nous avons eu le choc, l'équipage a été aux abonnés-absents. Aucune compagnie ne ferait ch'ela. Ch'ans parler de moi, j'ai vu au moins un collègue qui pèse plusieurs dizaines de millions de dollars par an. On ne laich'e pas des clients comme nous avoir des occasions de mécontentement. Même et ch'urtout en cas d'inch'idents.
Mais sitôt que la populach'ion a atteint le paroxysme de la terreur, un ch'erveur est apparu, a crié une ch'ottise monumentale, posé ch'inq lampes et est reparti.
De même, avez vous entendu quelque mech'age que ch'e ch'oit du capitaine à propos des évènements? Et pourquoi n'avons nous pas fait demi-tour aprés de telles avaries?
Comme ch'i on voulait maintenir les gens sous prech'ion pour qu'ils ne ch'e posent pas de quech'tion. Ch'ur où nous allons par exemple. Et là tout de ch'uite l'explicach'ion d'un mécanisme, machine, truc dech'tiné à nous tromper prend ch'a valeur, ch'i vous préférez ch'ela à une créature invisible.
Tout nous mène vers l'organisach'in de ch'ette croisière, tout l'étrange ch'explique par leurs réakch'ions, ou leurs non-réakch'ions...
Plus raisonnable non? Aprés tout il y a de gros poissons ch'ur ch'e bateau..n'est il pas que la pêche est un beau ch'port?..."

Ajoute-il, un sourire en coin.
"Bref prochaine étape de mon enquête: le capitaine."

[hrp] La suite de Achille[hrp]

Il lui a désigné un bar et un fauteuil dans le petit salon et est allé se doucher en vitesse:
"Je préfère que nous allions voir le docteur, ch'il vous plait, vu le nombre de bléch'és il doit être débordé, je pourrais avoir à me débrouiller ch'ans lui, en tout cas peu probable qu'il ch'e déplach'e."

Une douche rapide il ressort, aprés s'être attaché le torse d'une serviette mouillée à l'eau froide, et attrape rapidement une veste, faisant au plus discret pour qu'elle ne tourne pas la tête vers lui, ce qui permettrait à Tara d'apercevoir les nombreuses cicatrices qui zèbrent son dos et ses bras...
Attrapant un crucifix aux bords curieusement aiguisés, il ajoute:
"Ch'i vous ne l'êtes pas déjà mademoisellen je vous conseille de vous armer...Une personne au moins porte une arme à feu...Un italien."

[hrp]direction l'infirmerie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tara Hunter
Official Speed-Sex cup winner
Official Speed-Sex cup winner
avatar

Féminin Nombre de messages : 171
Age : 40
Localisation : Jamais loin de son 9 mm...
Date d'inscription : 21/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Ven 2 Mar - 16:15

Ouais… ouais… la couverture, il a raison… dieu sait c’que ça peut être cette poisse… J’enveloppe la couverture autour de lui et on y va… faisons un brin de causette jusqu’à ta cabine môôsieur Gastopoulos… hé, c’est pas les bonnes manières qui vont nous sortir d’cette merde !

Brute et grossière ? Ouais… c’est pas loin d’la vérité… mais ça m’empêche pas d’utiliser ma matière grise… et en c’moment, mes neurones me disent que t’as des trucs à m’apprendre alors continue ta p’tite histoire, ça m’intéresse…

Excuses acceptées, monsieur Gastopoulos, vous comme moi savons que les apparences sont souvent trompeuses, n’est-ce pas ?

Il m’amuse le gars à m’faire un tour d’horizon des passagers à bord… il a pas tord le bougre ! C’est pas faux, y’a un tas de gens louches ici… et c’est moi qui dis ça hé hé… J’tilte une peu sur le coup des obsédés sexuels… ça m’fait repenser à Kheira…. rhaaa Kheira… où t’es passée toi ?! Faudra que j’me mette à ta recherche dès qu’j’aurai largué l’grec…

On arrive dans le secteur des cabines… alors comme ça, pas de trace de l’équipage pendant l’incident ?!... merde, c’est pas normal ça… un bateau de cet acabit… le manque de réactivité, le refus de faire demi tour… il pose de bonne questions… des questions que j’me pose depuis que j’ai vu l’état du grand salon… ça m’turlupine…

Arrivée devant sa cabine… on entre… j’le laisse prendre sa douche pendant que j’me prends la tête… ça fait chier c’t’histoire ! Putain c’est pas croyable… mais ça m’empêchera pas de faire ici ce que j’suis venue faire, ce pour quoi on m’a payée… et avec largesse…

J’ai besoin d’un verre… j’m’approche du bar… me sert un verre de whisky… j’l’entends derrière la porte de la salle de bain… Il veut aller voir le doc… hé, il devrait rester là allongé mais ça, c’est pas mon affaire…

Si vous le souhaitez monsieur Gastopoulos, si vous le souhaitez… nous irons à l’infirmerie ensemble…

Quoi ?! Une arme… un italien ? Mon bras vient se coller contre mon flanc, sous la veste… mon neuf millimètres… j’me retourne, il est prêt…

Des passagers armés vous dites ? Et bien... le service de sécurité est visiblement défaillant sur ce navire...

Et y'a pas qu'la sécurité...

Allons-y... mieux vaut ne pas traîner, dans votre état...



[HRP > direction infirmerie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibylle
Mi-femme, mi-graine
avatar

Féminin Nombre de messages : 589
Age : 36
Localisation : Flou artistique
Date d'inscription : 15/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Sam 3 Mar - 20:38

(venant du salon)

Ici c'est bien.

Tout au bout de la coursive, derrière un escalier métallique qui mène au pont du niveau intermédiaire... Il faut vraiment y aller avec une intention.

C'est pour ça qu'elle est là, elle.
Avec une intention.
Coup d'oeil à gauche, coup d'oeil à droite.
La coursive est déserte, du moins cette partie-là.
La chaloupe est devant elle.
Une des chaloupes.
Grand canot blanc. En résine apparemment. Pas de bois, pas de métal.
Une bâche blanche, attachée à des sortes de petits rivets.
Le bloc moteur ressort à l'arrière, bâché lui aussi.

La chaloupe est suspendue à ses deux portiques métalliques, incurvés. Deux petites grues qui la font descendre à l'eau. Treuils à manivelle.

C'est ici que ça se décide.
Un ou deux treuils ?
Elle s'approche. Pas de mécanisme sur celui-ci.
Donc il est sur l'autre.
Donc il n'y en a qu'un.

Donc je peux le faire seule...

Elle sourit, largement.
Une croix sur la check-list.

Maintenant, la suite.
Coup d'oeil à gauche, coup d'oeil à droite.
Elle commence à décrocher la bâche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kheira Cruz
Lucky Lucy
Lucky Lucy
avatar

Féminin Nombre de messages : 1195
Age : 37
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Les coursives tribord   Sam 3 Mar - 20:53

En mémoire, les bribes de mon rêve qui s'effrite. La seule chose qui persiste ? il est arrivée quelque chose à Tara.

Je passe tour à tour de coursive en salle pour essayer de la retrouver en faisant abstraction de ce putain de manque qui me rend de plus en plus fébrile, de plus en plus mal, de plus en plus irritable. De l'air. Oui... un bon bol d'air et me voilà déjà sur la coursive tribord.

Les mains enfoncé dans mon jean, qui me colle comme une seconde peau et qui me tiraille quelque peu à chaque pas lorsqu'à chaque mouvement le tissu s'écarte des croutes auquel il s'est greffé, j'avance le long de la balustrade. Il fait chaud et putain qe ça fait du bien un bain de chaleur.

Un mouvement du coin de l'oeil. Un bruit. Il existe donc encore du monde sur ce rafiot ?

Une chaloupe... une femme....une bâche qu'on essaie de retire... Une fuite ? mais seule ça équivaut à un suicide ! Elle a qu'à sauter par dessus bord ça irait aussi vite ! Sister t'es prête à sauver Tara alors pourquoi pas elle ? est ce qu'il ne serait pas temps de réparer toutes les erreurs que tu as commises en aidant les autres ! ta gueule... tu peux pas comprendre. Si ! t'es une grosse merde...

Putain... une rouge. Une verte. Une jaune. Calme.

Je m'approche en silence de la fuyarde, pose une main tremblante sur son épaule.

Hey sister ! je peux t'aider à mourir plus vite si c'est ce que tu veux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les coursives tribord   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les coursives tribord
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Taverne de l'imaginaire :: L'île (Terminé) :: La croisière-
Sauter vers: